Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Xiberoland - ex CLP64
  • : Ce blog est celui d'un ex-correspondant local de presse des Pyrénées Atlantiques vivant en Soule, écrivaillon, gribouilleur et web-addict à ses heures. Mais surtout très casse-pieds...
  • Contact

Un peu de pub perso...

 
 

"L'infection T2 : Pandémie",
par Etienne H. Boyer


Éditions Astobelarra - le Grand Chardon

15 euros, 306 pages, format 11.5x20

Le blog officiel du livre


Genre : roman fantastique

 

Résumé : Tandis que Patrice végète à l'hôpital psychiatrique, que Sébastien est tombé en disgrâce et que Pascal se morfond à Paris, Beau Smart revient de plus belle, causant de terribles dégâts sur toute la planète. 
Mais cette fois-ci, le président Obaba – à qui l’intelligence artificielle a eu la mauvaise idée de s’attaquer – est bien décidé à la traquer et la détruire coûte que coûte. Pendant ce temps, un autre tueur monstrueux et insaisissable est lui aussi entré en scène…

Cette fois-ci, exit les mondes virtuels en trois dimensions : le thriller fantastique écolo et nihiliste se déroule majoritairement aux États-Unis d’Amérique, en Soule et dans le monde réel !


Commander le livre

 l'infection

"L'infection T1 : Contage",
par Etienne H. Boyer


Éditions Astobelarra - le Grand Chardon

16 euros, 378 pages, format 11.5x20

Le blog officiel du livre


Genre : roman fantastique

 

Résumé : Patrice est tombé amoureux de Mathilde, une jeune femme qui vient d'arriver en Soule. Lui est tout sauf un Don Juan, mais il a plus d'un tour dans son sac, malgré les apparences...
Il va contourner ses défauts rédhibitoires grâce à Internet. Mais il va vite apprendre que tout se paie, en ce bas- monde.
Rencontré dans un monde virtuel en trois dimensions, un génie digital exauceur de voeux va se charger de le lui rappeler, en l'entraînant dans une spirale cauchemardesque sans fin...


Commander le livre

 mauvais-berger

"Mauvais berger!",
par Etienne H. Boyer


Éditions Astobelarra - le Grand Chardon

10 euros, 90 pages, format A5

Le blog officiel du livre


Genre : tranche de vie

 

Résumé : Afin de s'installer en tant que berger, Etienne suit une formation agricole qui le conduit à effectuer des stages dans l'exploitation d'un berger éleveur en estives, dans les Pyrénées.
Mais petit à petit, le rêve de notre héros "néo-rural" s'émiette : les conditions de vie dans la bergerie sans confort sont difficiles, et le travail harassant est nullement reconnu.
Mais tout ceci ne serait rien sans les brimades de... la bergère!

 

Ce qu'en dit la presse :

 

Journal du Pays Basque, 12 avril 2008 : "(...) le style descriptif et le langage parfois cru donnent un ton réaliste à ce récit sans concession".

SudOuest, le 17 avril 2008 : "(...) un texte illustré par l'auteur lui-même, plein d'humour et d'autodérision (...)".

 

La Rébublique des Pyrénées, le 24 avril 2008 : "Une tranche de vie où toute ressemblance avec des personnages et des faits ayant existés n'est pas fortuite..."

Magazine Vent d'Oc, septembre 2008 : "Une lecture qui se fait à la vitesse de la lumière, tant l'on veut savoir à quelle sauce sera mangé ce néo-rural!!!"


Commander le livre

Rechercher

DARK XIBEROA

 

4 février 2016 4 04 /02 /février /2016 19:30

Hier, j'ai à nouveau piqué une crise de barreaux de chaise. Il m'en faut peu pour m'énerver, remarquez.

Cette fois-ci, je pestais contre le nouveau système de collecte de déchets en Soule, instauré de manière un petit peu unilatérale par la communauté de communes Xiberoa

En effet, Il y a deux trois systèmes de collecte de déchets : 

1) si vous avez la chance d'habiter en plein centre d'une des 8 plus grosses communes souletines (dont Mauléon), on vous a distribué deux poubelles personnelles (une à couvercle jaune pour le recyclable, une à couvercle vert pour les autres déchets hormis le verre) qui sont collectées hebdomadairement à jour fixe. Vous payerez à chaque prélèvement (levée) de votre poubelle à couvercle vert.

2) si vous habitez dans un bled (Ordiarp, pour en nommer un au hasard), pas de collecte : on parle alors d'apport volontaire dans une borne spécialement dédiée.
Il y a trois bornes différentes : la jaune, pour les déchets recyclables que vous aurez triés au préalable, la verte pour le verre, et la grosse boite en métal pour le tout-venant.
Vous pouvez jeter autant de boites de préservatifs ou de bouteilles de bière vides que vous voulez, il n'y a pas de traçage de vos "apports". A moins d'analyser vos empreintes digitales ou d'éventuelles traces d'ADN, personne ne saura jamais que vous êtes un baiseur invétéré ou que vous êtes alcoolique.
Par contre, chaque fois que vous voulez jeter vos sacs poubelle contenant vos ordures ménagères, vous devez utiliser le badge qu'on vous a fourni pour pouvoir ouvrir la boite en métal. C'est comme ça que la Communauté de Communes de Soule-Xiberoa (CCSX) calculera (à partir de l'an prochain) le montant de votre taxe d'ordures ménagères. 

3) Reste l'apport volontaire à la déchetterie. Quand elle est ouverte. C'est à dire pendant vos heures de travail. Quand vous ne pouvez pas vous y rendre... Bref...

Je suis dans le second cas : je dois badger pour jeter mes merdes. Le principe n'est pas stupide à la base. Au lieu d'être "solidaire" (tout le monde payait la même chose avant, en fonction du nombre de personnes déclarées au domicile et peu importe la quantité ramassée dans les conteneurs communs), le système est maintenant plus "juste". Je paie pour ce que je jette, à moi de réfléchir à ce que j'achète en amont si je veux baisser ma facture, point.
Le but du nouveau système est parait-il de faire des économies, car le précédent était soi-disant déficitaire... Et puis il y aurait une obligation liée à la Loi dite Grenelle 1. Admettons. 

Cela dit, hier, je pestais pour au moins deux très bonnes raisons : 

1) mon badge ne fonctionne pas sur toutes les bornes (et je ne suis pas le seul à qui ça arrive). Notamment sur celle qui est la plus proche de mon domicile. Je suis donc obligé de prendre ma voiture pour aller jeter mes poubelles dans la borne suivante, située à 6km dans le village voisin... On m'objectera que je pourrais y aller en vélo, que ça me ferait du bien au gras, tout ça... Le fait est que la géographie des lieux m'empêche dy aller à vélo.
Donc voiture, et ça, c'est dans le cas où la seconde poubelle n'est pas en panne ou pleine, elle aussi. Car dans ce cas, il faut que j'avance jusqu'à la prochaine borne, et ainsi de suite... Donc re-voiture... Re-gasoil... Re-microparticules = dans ton cul l'agenda 21 si cher au maire de Mauléon!

2) Je tombe souvent sur des poubelles défectueuses : soit elles sont pleines à craquer, soit quelqu'un a déposé un sac poubelle trop gros pour l'ouverture de la poubelle, ce qui fait que j'arrive quand même à badger, j'arrive à faire coulisser le tambour de la poubelle, mais il se bloque à mi chemin. Résultat : l'ordinateur a noté mon badgeage (il me sera donc facturé lorsque le système sera en place) et j'ai toujours mon sac poubelle sur les bras... Grrrr!

Il est où, là, le système plus "juste", plus incitatif, plus écolo? Je ne sais pas combien ce nouveau système a coûté à la communauté (conteneurs, maçonnerie, camions spécifiques, formation des agents...), mais franchement, il y a des failles importantes...
Même si je n'approuve absolument pas le geste, je comprends pourquoi les gens, excédés, laissent leurs sacs poubelles à côté de la borne, à la merci des animaux errants, et ce au risque de prendre une mémorable douille gendarmique de 400€!

Quand faudra vraiment raquer, ça sent bien les dépôts sauvages, tout ça... On vivra dans "Poubelles la vie"! Remarquez, peut-être que ça va attirer les touristes?

Je vais finir sur une note optimiste : si la CCSX ne facture pas encore les usagers, c'est sûrement pour procéder aux divers réglages des bugs dont je parle plus haut. J'espère... ^^

Partager cet article
Repost0

commentaires