Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Xiberoland - ex CLP64
  • Xiberoland - ex CLP64
  • : Ce blog est celui d'un ex-correspondant local de presse des Pyrénées Atlantiques vivant en Soule, écrivaillon, gribouilleur et web-addict à ses heures. Mais surtout très casse-pieds...
  • Contact

Un peu de pub perso...

 l'infection

"L'infection T1 : Contage",
par Etienne H. Boyer


Éditions Astobelarra - le Grand Chardon

EN SOLDE! 9 euros, 378 pages, format 11.5x20

Le blog officiel du livre


Genre : roman fantastique

 

Résumé : Patrice est tombé amoureux de Mathilde, une jeune femme qui vient d'arriver en Soule. Lui est tout sauf un Don Juan, mais il a plus d'un tour dans son sac, malgré les apparences...
Il va contourner ses défauts rédhibitoires grâce à Internet. Mais il va vite apprendre que tout se paie, en ce bas- monde.
Rencontré dans un monde virtuel en trois dimensions, un génie digital exauceur de voeux va se charger de le lui rappeler, en l'entraînant dans une spirale cauchemardesque sans fin...


Commander le livre

 mauvais-berger

"Mauvais berger!",
par Etienne H. Boyer


Éditions Astobelarra - le Grand Chardon

10 euros, 90 pages, format A5

Le blog officiel du livre


Genre : tranche de vie

 

Résumé : Afin de s'installer en tant que berger, Etienne suit une formation agricole qui le conduit à effectuer des stages dans l'exploitation d'un berger éleveur en estives, dans les Pyrénées.
Mais petit à petit, le rêve de notre héros "néo-rural" s'émiette : les conditions de vie dans la bergerie sans confort sont difficiles, et le travail harassant est nullement reconnu.
Mais tout ceci ne serait rien sans les brimades de... la bergère!

 

Ce qu'en dit la presse :

 

Journal du Pays Basque, 12 avril 2008 : "(...) le style descriptif et le langage parfois cru donnent un ton réaliste à ce récit sans concession".

SudOuest, le 17 avril 2008 : "(...) un texte illustré par l'auteur lui-même, plein d'humour et d'autodérision (...)".

 

La Rébublique des Pyrénées, le 24 avril 2008 : "Une tranche de vie où toute ressemblance avec des personnages et des faits ayant existés n'est pas fortuite..."

Magazine Vent d'Oc, septembre 2008 : "Une lecture qui se fait à la vitesse de la lumière, tant l'on veut savoir à quelle sauce sera mangé ce néo-rural!!!"


Commander le livre

Rechercher

DARK XIBEROA

 

20 octobre 2016 4 20 /10 /octobre /2016 20:00

Shawn Coss - trouble de dépersonnalisationPlus j’avance, et plus je me rends compte que tout ce qui existe a un nom. On peut passer sa vie à essayer d’expliquer, de décrire une chose, mais si on n’a pas les bons mots, on ne peut pas la comprendre ni la faire comprendre aux autres.

Et donc hier, grâce à ce post qui n’arrête pas de tourner et retourner sur les réseaux sociaux, j’ai découvert que ces bizarreries que je vis de temps en temps ont aussi un nom. C’est même ce dessin de Shawn Coss (ci-contre) qui m’a ouvert les yeux, enfin… Ce que j’ai tenté plusieurs fois de vous expliquer dans ce blog en vous parlant de "mes absences" (au risque de passer pour un putain d’allumé du bulbe) s’appelle "troubles de dépersonnalisation" et "troubles de déréalisation". Les deux ont une définition très claire (pour le commun des mortels) dans Wikipédia.

Voici comment je les expérimente : le premier, trouble de dépersonnalisation, je le vis environ une à deux fois par mois. Il résulte généralement d’une période d’intense concentration (souvent quand j'écris), ou parfois d’un réveil difficile. Mais je ne contrôle absolument pas sa survenue. Je pose un œil sur mes mains, et tout à coup, il me semble que ce ne sont pas mes mains mais celles d’un mannequin, d'un pantin, d'un avatar, une enveloppe vide que mon esprit manipule à sa guise. C’est comme si j’étais hors de mon corps tout en y étant profondément accroché. Dans cette sorte d’état de transe, j’ai l’impression que rien de ce qui pourrait arriver dans le monde réel ne pourrait me toucher.

D’ordinaire, on a ce genre de vision pendant son sommeil, lorsqu’on rêve. Sauf que je suis bien réveillé et parfaitement conscient de l’être quand ça m’arrive. Le truc, c’est que c’est un instant très fugace. De l’ordre d’une fraction de seconde, puis c’est comme si j’étais aspiré dans la réalité, d’un seul coup. On est dans une espèce de mise en abîme tordue, dans laquelle je suis conscient d’être conscient et dans un état second à la fois. Et pile au moment où je constate que je me trouve dans cet état de grâce (oui, parce que même si ça fait un peu peur, on se sent super bien), je regagne mon corps et l’impression a disparu aussi vite qu’elle était venue, au point que je doute même de l’avoir vécue.

J’ai essayé à plusieurs reprises de me maintenir dans cette position pour voir jusqu’où je pourrais aller, mais impossible. Il y a toujours ce point de non-retour qui fait que je perds la sensation dès que j’en ai conscience. La seule fois où j’ai réussi à la faire durer plus longtemps, c’était au lycée, en cours de sport. Je m’étais isolé du groupe et mis en position du lotus, dans une des coursives du gymnase. J’étais en train d’inspirer et expirer profondément depuis quelques minutes, quand j’ai ressenti cet espèce de vide, de plénitude. La tête me tournait (l’afflux d’oxygène sûrement) et l’effet a duré quelques temps avant de se dissiper. Je n’ai jamais recommencé ce petit jeu depuis. Sans doute par peur de tomber dans les pommes, comme le concurrent japonais dans le Grand Bleu et de devoir expliquer à ceux qui me retrouveraient allongé et baignant dans ma bave à quel jeu stupide je jouais ?

Le second, qui s'apparente au trouble de déréalisation (mais qui dans mon cas est plus proche du premier), je l’expérimente TOUS LES JOURS en prenant la voiture pour aller au (ou rentrer du) travail. Je conduis et puis je laisse mes pensées voguer. En général, lorsque ça arrive, c’est que je suis coincé derrière un camion. Et alors c’est comme si je mettais mon corps en pause ou que mon esprit se désolidarisait de mon corps, que mon être physique et psychique se dissociaient. Je ne conduis plus : je roule. Je ne vois plus la route. Je sais qu’elle est là, quelque part, mais ce n’est pas elle que je regarde. Je vois des trucs qui me passent par la tête, mes propres histoires de vie, revues, parfois corrigées, des fantasmes, des projections d’avenir ou même des idées pour L'infection, mais pas le paysage qui défile. Et quand soudain "je me réveille", je me dis à chaque fois : "bon sang mais je suis déjà là !? J'ai rien vu passer !

Je sais, ça fait peur, hein ? Certains d’entre vous me croisent chaque matin et n’avaient jusqu’à maintenant jamais eu conscience de risquer leur vie, ce faisant… ^^
Si ça peut vous rassurer, cette transe ne m’a jamais causé un seul accident. Il semblerait que je sois quand même en état de veille dans ces moments-là, comme en pilote automatique. Je freine quand il faut, et je vois les obstacles, apparemment… D’ailleurs, quand je suis en "état dissocié", je ne fais rien de dangereux (genre doubler, ou me déporter sur le côté ou une autre voie…). Je suis, juste, celui qui est devant moi. Vous voilà rassurés, non ?

Ce trouble se manifeste également d’une façon un peu plus gênante pour moi (mais surtout pour les personnes qui me fréquentent) : on discute. Vous avez l’impression que je suis bien présent, que je vous écoute attentivement car j’acquiesce et je réponds aussi lorsque vous me posez des questions (jamais des réponses super développées, faudrait pas déconner non plus), mais en vrai, je ne suis pas là. Je suis un fil déroulé dans ma tête. Souvent à cause d’un mot que vous avez prononcé et qui m’a fait penser à un autre truc, puis à un autre, puis à un autre. Pourtant, mon regard n'a pas l'air fixe et vide... Vous avez l'impression que j'interagis, or c'est du bluff. Désolé... 
En fait, ce serait dû au stress de la vie quotidienne : une simple façon de s'extirper de la réalité, un twist du cerveau pour se protéger ou pour réparer des composantes abîmées ou mal ajustées. 

J’aime pas trop quand ça m’arrive, parce que d’abord, ça tendrait à prouver que je suis incapable de faire deux choses à la fois (le mal des mâles, paraît-il), et ensuite parce que j’ai peur d’être démasqué. Ma mère est experte à ce jeu. Elle sait tout de suite quand je suis aux abonnés absents. Ne vous méprenez pas : il ne s'agit pas d'irrespect ou de mépris pour mon vis-à-vis ou les sujets qu'il développe. C'est juste que mon taux de concentration est comment dire... quasi inexistant ou très limité en temps ? C'est un peu comme si une partie de mon cerveau prenait le reste de mon être en otage et l'enfermait dans une boite pendant quelques instants. Jamais très longtemps, heureusement. 

Bon, à part ça, ces deux troubles n’ont a priori rien d’extraordinaire. Ils ne font pas de moi un fou dangereux, ou un sociopathe potentiel. Beaucoup de gens les expérimenteraient à diverses fréquences. En vrai, c’est lorsque ça devient vraiment invivable (quand le trouble est compulsif, presque aussi fréquent - voire plus - que les moments de lucidité) que c’est dangereux. Ce n’est pas mon cas. J’arrive très bien à vivre avec ce qui s’apparente à de la distraction (très poussée). Et d’autant plus que je sais, maintenant, comment ça s’appelle réellement…

Alors pour ceux qui vivent avec moi au quotidien (qui me supportent), ceux avec lesquels je travaille, ceux que je côtoie souvent ou plus rarement, je vous remercie d’être indulgents avec moi.

Maintenant que vous savez, vous aussi ! ^^

Partager cet article

Repost 0
Published by E.H.BOYER - dans BITS OF MY LIFE
commenter cet article

commentaires

Crowley Aleister 20/10/2016 22:43

Ne rêvez pas votre vie, vivez vos rêves!

https://fr.wikipedia.org/wiki/Voyage_astral

E.H.BOYER 21/10/2016 09:29

Justement, ce n'est pas un voyage astral, je pense. Je ne sors pas de mon corps, je suis emprisonné dedans.

Mes liens

Persos :

Etienne H. Boyer

Mon Flickr

Mon Dailymotion

Mon Facebook


Immersive Lab

Immersive Lab

E-commerçons

David Castéra

Pette Etcheverry

Richard Malterre

J-Pierre Etchegoyhen

 

CLP :

la vie rennaise (Blog de Manon)

Asso interdépartementale des CLP

Glossaire journalistique

Obtenir la carte de presse

Le droit et l'image

CLP : ce qu'en dit l'URSSAF

PresseNews

le site de GBR

Categorynet

Le site d'Estelle, écrivain public et CLP

Le BloG de Sharon

Le BloG de Flo

Le BLoG de Cadichon001

Le BloG d'un autre CLP énervé

Le BLoG de J-L. Modat

 

Écrire :

Dictionnaire

Encyclopédie libre

Synonymes

Conjugueur

Grammaire

Locutions

Proverbes

Traducteur universel

Ponctuation!!!

Retourne au CM1!

 

Pays Basque/Béarn :

Les éditions Le Grand Chardon - Atobelarra

Paroles d'écolos
Le forum du SAM

Pirenifoto

Barnekaldedik

La Communauté de communes Xiberoa

Karaté Mauléon

Le BLoG de Bil Xokoa

Ekhi Electronic

Langues au chat

Mairie de Mauléon-Soule

Commune d'Ordiarp

Radio Xiberoko Botza

 

Mes potes :

Le BloG de LaureG

L'autre BloG de LaureG

Le BLoG de Cyclotor

Le BLoG de Maaatch

Le BLoG de "monsieur"

Le BLoG de Laurent Caudine

PireniFoto BloG

Pruneau cuit, pruneau cru...

 

J'en suis fan :

Le BloG de Laurel

le site de Peggy Cardoso

le site de Peio Serbielle

Les "pensements" de Laurent Caudine

Le site de Marc Large

Xan de L'ours

Dessins de presse de Large

Sigrid Daune, aka Willow Ahn

Matthew Tyas

 

L'info, la vraie :

Rue89

AgoraVox

Médiapart

la Mèche

France Info

 

Ecolos :

Covoiturage 64

Collectif Anti-OGM du Pays Basque

Réduire nos déchets

La cuisine Amapienne!