Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Xiberoland - ex CLP64
  • Xiberoland - ex CLP64
  • : Ce blog est celui d'un ex-correspondant local de presse des Pyrénées Atlantiques vivant en Soule, écrivaillon, gribouilleur et web-addict à ses heures. Mais surtout très casse-pieds...
  • Contact

Un peu de pub perso...

 l'infection

"L'infection T1 : Contage",
par Etienne H. Boyer


Éditions Astobelarra - le Grand Chardon

EN SOLDE! 9 euros, 378 pages, format 11.5x20

Le blog officiel du livre


Genre : roman fantastique

 

Résumé : Patrice est tombé amoureux de Mathilde, une jeune femme qui vient d'arriver en Soule. Lui est tout sauf un Don Juan, mais il a plus d'un tour dans son sac, malgré les apparences...
Il va contourner ses défauts rédhibitoires grâce à Internet. Mais il va vite apprendre que tout se paie, en ce bas- monde.
Rencontré dans un monde virtuel en trois dimensions, un génie digital exauceur de voeux va se charger de le lui rappeler, en l'entraînant dans une spirale cauchemardesque sans fin...


Commander le livre

 mauvais-berger

"Mauvais berger!",
par Etienne H. Boyer


Éditions Astobelarra - le Grand Chardon

10 euros, 90 pages, format A5

Le blog officiel du livre


Genre : tranche de vie

 

Résumé : Afin de s'installer en tant que berger, Etienne suit une formation agricole qui le conduit à effectuer des stages dans l'exploitation d'un berger éleveur en estives, dans les Pyrénées.
Mais petit à petit, le rêve de notre héros "néo-rural" s'émiette : les conditions de vie dans la bergerie sans confort sont difficiles, et le travail harassant est nullement reconnu.
Mais tout ceci ne serait rien sans les brimades de... la bergère!

 

Ce qu'en dit la presse :

 

Journal du Pays Basque, 12 avril 2008 : "(...) le style descriptif et le langage parfois cru donnent un ton réaliste à ce récit sans concession".

SudOuest, le 17 avril 2008 : "(...) un texte illustré par l'auteur lui-même, plein d'humour et d'autodérision (...)".

 

La Rébublique des Pyrénées, le 24 avril 2008 : "Une tranche de vie où toute ressemblance avec des personnages et des faits ayant existés n'est pas fortuite..."

Magazine Vent d'Oc, septembre 2008 : "Une lecture qui se fait à la vitesse de la lumière, tant l'on veut savoir à quelle sauce sera mangé ce néo-rural!!!"


Commander le livre

Rechercher

DARK XIBEROA

 

20 janvier 2006 5 20 /01 /janvier /2006 20:04

Pendant une partie de ma vie, (3 ans et demi en fait), j'ai tenté le retour à la nature. A la manière des ex soixante-huitards attardés, j'ai quitté la ville pour la campagne, afin de devenir berger. J'ai l'air ironique, comme ça, mais je vous assure que je ne regrette rien! Si je n'étais pas passé par cette étape, je ne serais pas ce que je suis aujourd'hui, (c'est à dire bien peu de choses en vérité, mais quand même plus proche que jamais de ce que j'ai toujours voulu être.) J'ai appris à guider un troupeau de brebis, et à faire du fromage. Cet article, c'est pour que ma recette (pompée sur les bergers béarnais) ne se perde pas dans les flux et reflux des futures générations de citadins. Ma méthode écrite a fait ses preuves avec d'indécrottables charentais. A vous de vous y essayer!

FROMAGE TYPE "TOMME BEARNAISE" (1 Kg)     

LE MATERIEL : (toujours propre et lavé uniquement à l'eau chaude.) 

- un récipient supportant la flamme (fait-tout, cocotte, chaudron) contenant plus de 10 litres,

- un tranche-caillé (grand fouet),

- un thermomètre alimentaire,

- une seringue (mentionnant les ml ou les cc) et une aiguille,

- un ou plusieurs moules (boite de fromage blanc de 1 Kg dans lequel on aura au préalable fait des trous sur toute sa surface),

- de la présure liquide (au moins 5 cc pour un fromage de vache de 1 Kg),

- une dizaine de rayons de vélo trés fins (dont on aura pris soin de couper le pas de vis au préalable),

- un torchon propre,

- 10 litres de lait de vache cru (et frais si possible...) ou 5 litres de lait de brebis.

  L'EMPRESURAGE :

 

 C'est l'opération qui permet le "caillage" du lait. Le lait passe donc de l'état liquide à un état semi-solide gélifié, il devient une sorte de gros yaourt.
- faire chauffer le lait jusqu'à atteindre la température de 30°C,
- couper le gaz (à 30° pile, ce geste est essentiel),
- injecter la présure (2 cc/10 litres de lait de brebis, 5 cc/ 10 litres de lait de vache) au moyen de la seringue et mélanger le tout 30 secondes,
- recouvrir le chaudron du torchon propre et laisser agir pendant 1 heure. 

LE TRANCHAGE :

Cette opération permet d'arrêter le caillage du "yaourt" et de commencer la séparation des grains de caillé et du petit lait.
- trancher le "yaourt" au moyen du "tranche-caillé" en commençant par y dessiner une étoile, puis une autre superposée, puis en effectuant de lents mouvements de droite à gauche puis de haut en bas sur toute la surface et bien au fond du chaudron,
- répéter l'opération jusqu'à obtenir des petits morceaux de caillé de la taille de grains de maïs.

LE BRASSAGE :
 
 

 C'est l'opération qui permet de séparer totalement les grains de caillé du petit lait, et donc de fabriquer les composantes du futur fromage.
- rallumer le gaz à feu moyen (il faut en théorie que le contenu du chaudron atteigne les 40°C en au moins 10 minutes),
- plonger la main dans le fond du chaudron (cela évite à la mixture d'attacher au récipient) et brasser en de longs et lents mouvements circulaires en partant du milieu du chaudron jusqu'aux bords et revenant vers le milieu jusqu'à atteindre 40°C, (vous sentez les morceaux de caillé durcir entre vos doigts et vous constatez la nette apparition d'un liquide jaunâtre : le petit-lait.)
- 40°C : couper le gaz, 
-
continuer le brassage une dizaine de minutes. 
- laisser reposer 30 secondes.

 

 LE RAMASSAGE :

Il y a 2 méthodes de ramassage :  

 

  a) la méthode rapide (assez salissante, pertes de grains de caillé plus fréquente) qui consiste en un ramassage en vrac à la main des grains de caillé que l'on met dans le moule aprés seulement 30 secondes de repos.

b) la méthode lente, ou méthode dite"magique" car c'est l'opération la plus délicate puique effectuée sous l'opacité du petit-lait, mais aussi la plus méritoire si on la réussit. Dans ce cas là, il faut attendre une dizaine de minutes aprés le  brassage que les grains de caillé reposent au fond du chaudron et commencent à  fusionner légèrement.

Puis il faut faire preuve de patience et de douceur tout en ramassant la galette de fromage :

- il faut essayer de ramener le fromage vers soi jusqu'au milieu du chaudron et sans faire de plis (plis = mauvais fromage...) et répéter l'opération jusqu'à obtenir un ballon de rugby ou un ballon de foot.

- se munir du moule et, toujours dans le petit lait, introduire dans le moule la boule de fromage parfaitement ronde, lisse et à laquelle vous aurez donné auparavant la forme et la taille approximative du moule.  

ATTENTION, cette deuxième méthode nécessite un minimum d'assurance dans le métier de fabrication fromagère : il arrive même parfois qu'un vieux berger ayant 50 ans de métier rate son fromage par manque de concentration. Il faut se dire que le fromage que l'on fait, réussi ou non, est le reflet de l'état d'esprit du fabriquant.


L'EGOUTTAGE :

Il s'agit là de finir l'évacuation du petit-lait resté dans le fromage lors du ramassage. Là aussi, il y a deux méthodes : 

 

a) le système de la presse, qui consiste à placer un couvercle au dessus du fromage dans le moule et d'y poser un poids de 1 à 2 kilos, aprés avoir pressé le fromage 2 ou 3 fois sur ses deux faces. Penser à retourner le fromage dans le moule toutes les 2 heures afin que le petit-lait s'égoutte bien et que le fromage soit plus équilibré.

b) le piquage
: aprés avoir pressé dans le moule 2 ou 3 fois le fromage sur ses 2 faces, piquer ce dernier (de part en part et toujours dans le moule) afin de faire des drains que l'on pressera par la suite pour évacuer le petit-lait. Répéter l'opération sur les deux faces jusqu'à ce qu'il n'y ait plus de petit-lait apparent; le fromage devient plus dur à piquer. Retourner le fromage dans le moule toutes les 2 heures.

Quoi qu'il en soit, il faut laisser le fromage finir de s'égoutter tout seul pendant 24 heures.

LE SALAGE :

 

Deux méthodes de salage, là encore :  

a) le salage au gros sel, qui consiste à frotter le fromage avec du gros sel sur toute sa surface pendant quelques minutes, puis de le laisser reposer 12 heures avec 2 à 3 mlm de sel sur la face apparente, puis de le retourner et effectuer la même opération sur l'autre face en laissant reposer 12 heures de plus, soient 24 heures pour un fromage de 1kg...


b) le salage en saumure
: méthode nécessitant moins de manutention et permettant de préserver ses mains. Il faut préparer deux jours à l'avance (pour que le sel fonde) un récipient rempli d'eau salée à hauteur de 40% de sel, et 60% d'eau et y immerger le fromage (sorti de son moule, bien sûr!) pendant 24 heures.


L'AFFINAGE :

Cette opération qui s'effectue sur le long terme (entre 1 mois et 1 mois et demi) permet d'amener le fromage à sa maturité jusqu'à sa consommation. Là aussi, il y a deux méthodes d'affinage :

 

a) l'affinage à sec, qui comme son nom l'indique, va donner un fromage sec, fort et cassant (comme le fromage Basque).
- installer le fromage sur une planchette en pin dans un lieu frais et relativement humide (95% HR pour 15°C) comme une cave à vin.
- retourner le fromage tous les jours. 
- frotter (sans exagérer) le fromage tous les jours et sur toute sa surface avec un filet de sac à patates propre et sec.
Le fromage va peu à peu prendre une teinte jaunâtre et la croûte va se former.

b) l'affinage dit humide :
qui, comme son nom l'indique, permet d'obtenir un fromage à pâte plus molle et plus fraîche (comme les fromages Béarnais).
- mêmes manipulations que pour la 1ère méthode,  en ce qui concerne le lieu de conservation et le milieu, et le retournement quotidien du fromage.
- frotter le fromage tous les jours (le 1er mois) avec un chiffon propre au préalable trempé dans de l'eau salée, puis le ou les mois suivants, revenir à la 1ère méthode. Le fromage va peu à peu prendre une teinte ocre orangée, et la croûte sera plus moelleuse et plus visqueuse que dans le cas de la 1ère méthode.

 

B   O   N        A   P   P   E   T   I   T       !   !   !

Partager cet article

Repost 0
Published by E.H.BOYER - dans DIVERS
commenter cet article

commentaires

Mes liens

Persos :

Etienne H. Boyer

Mon Flickr

Mon Dailymotion

Mon Facebook


Immersive Lab

Immersive Lab

E-commerçons

David Castéra

Pette Etcheverry

Richard Malterre

J-Pierre Etchegoyhen

 

CLP :

la vie rennaise (Blog de Manon)

Asso interdépartementale des CLP

Glossaire journalistique

Obtenir la carte de presse

Le droit et l'image

CLP : ce qu'en dit l'URSSAF

PresseNews

le site de GBR

Categorynet

Le site d'Estelle, écrivain public et CLP

Le BloG de Sharon

Le BloG de Flo

Le BLoG de Cadichon001

Le BloG d'un autre CLP énervé

Le BLoG de J-L. Modat

 

Écrire :

Dictionnaire

Encyclopédie libre

Synonymes

Conjugueur

Grammaire

Locutions

Proverbes

Traducteur universel

Ponctuation!!!

Retourne au CM1!

 

Pays Basque/Béarn :

Les éditions Le Grand Chardon - Atobelarra

Paroles d'écolos
Le forum du SAM

Pirenifoto

Barnekaldedik

La Communauté de communes Xiberoa

Karaté Mauléon

Le BLoG de Bil Xokoa

Ekhi Electronic

Langues au chat

Mairie de Mauléon-Soule

Commune d'Ordiarp

Radio Xiberoko Botza

 

Mes potes :

Le BloG de LaureG

L'autre BloG de LaureG

Le BLoG de Cyclotor

Le BLoG de Maaatch

Le BLoG de "monsieur"

Le BLoG de Laurent Caudine

PireniFoto BloG

Pruneau cuit, pruneau cru...

 

J'en suis fan :

Le BloG de Laurel

le site de Peggy Cardoso

le site de Peio Serbielle

Les "pensements" de Laurent Caudine

Le site de Marc Large

Xan de L'ours

Dessins de presse de Large

Sigrid Daune, aka Willow Ahn

Matthew Tyas

 

L'info, la vraie :

Rue89

AgoraVox

Médiapart

la Mèche

France Info

 

Ecolos :

Covoiturage 64

Collectif Anti-OGM du Pays Basque

Réduire nos déchets

La cuisine Amapienne!