Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Xiberoland - ex CLP64
  • Xiberoland - ex CLP64
  • : Ce blog est celui d'un ex-correspondant local de presse des Pyrénées Atlantiques vivant en Soule, écrivaillon, gribouilleur et web-addict à ses heures. Mais surtout très casse-pieds...
  • Contact

Un peu de pub perso...

 l'infection

"L'infection T1 : Contage",
par Etienne H. Boyer


Éditions Astobelarra - le Grand Chardon

EN SOLDE! 9 euros, 378 pages, format 11.5x20

Le blog officiel du livre


Genre : roman fantastique

 

Résumé : Patrice est tombé amoureux de Mathilde, une jeune femme qui vient d'arriver en Soule. Lui est tout sauf un Don Juan, mais il a plus d'un tour dans son sac, malgré les apparences...
Il va contourner ses défauts rédhibitoires grâce à Internet. Mais il va vite apprendre que tout se paie, en ce bas- monde.
Rencontré dans un monde virtuel en trois dimensions, un génie digital exauceur de voeux va se charger de le lui rappeler, en l'entraînant dans une spirale cauchemardesque sans fin...


Commander le livre

 mauvais-berger

"Mauvais berger!",
par Etienne H. Boyer


Éditions Astobelarra - le Grand Chardon

10 euros, 90 pages, format A5

Le blog officiel du livre


Genre : tranche de vie

 

Résumé : Afin de s'installer en tant que berger, Etienne suit une formation agricole qui le conduit à effectuer des stages dans l'exploitation d'un berger éleveur en estives, dans les Pyrénées.
Mais petit à petit, le rêve de notre héros "néo-rural" s'émiette : les conditions de vie dans la bergerie sans confort sont difficiles, et le travail harassant est nullement reconnu.
Mais tout ceci ne serait rien sans les brimades de... la bergère!

 

Ce qu'en dit la presse :

 

Journal du Pays Basque, 12 avril 2008 : "(...) le style descriptif et le langage parfois cru donnent un ton réaliste à ce récit sans concession".

SudOuest, le 17 avril 2008 : "(...) un texte illustré par l'auteur lui-même, plein d'humour et d'autodérision (...)".

 

La Rébublique des Pyrénées, le 24 avril 2008 : "Une tranche de vie où toute ressemblance avec des personnages et des faits ayant existés n'est pas fortuite..."

Magazine Vent d'Oc, septembre 2008 : "Une lecture qui se fait à la vitesse de la lumière, tant l'on veut savoir à quelle sauce sera mangé ce néo-rural!!!"


Commander le livre

Rechercher

DARK XIBEROA

 

18 avril 2012 3 18 /04 /avril /2012 20:08

Un vieux papier datant du 15 juillet 2005 (publié dans Sud-Ouest béarn et Soule et Euskobizia.com). C'est un article que j'aime bien, car j'ai passé un bon moment à interviewer la personne dont il est question ici ; je l'ai "shootée" comme un malade, et je suis assez content du résultat final. Je le republie ici sur demande de... ma Maman, qui a flashé sur ses créations!

Si certaines choses ont changé depuis, Battitta continue aujourd'hui de créer et vendre ses boucles d'oreilles un peu partout dans le pays, depuis le magasin Xibero Bio à Mauléon Licharre jusqu'à la galerie d'art de Lindy Gander (Le petit chien), à Navarrenx.


 

Battitta Guiresse, artisan créateur et fabricant de bijoux. Portrait


Battitta Guiresse : ''C’est à partir du moment où elles enlèvent leurs boucles d’oreilles que les femmes se sentent vraiment nues''Battitta Guiresse est bien connu des souletins pour son implication au sein notamment de Su Azia. Ce que les gens savent moins, c’est quel est son véritable travail. Il faut dire que l’homme est assez discret. Et pourtant, ses œuvres mériteraient d’être portées à la lumière. Battitta est artisan créateur et fabricant de bijoux pour dames depuis 25 ans. « Je suis tombé dans l’orfèvrerie complètement par hasard », raconte t-il. « J’ai toujours été un manuel, mais ce n’était pas vraiment mon truc. Mon idée, c’était de voyager à travers le monde, et d’être indépendant. Mais pour ça, il fallait des moyens. »

Et quoi de mieux que de produire des bijoux et les vendre directement pour gagner de l’argent et voyager léger ? Après ses études, il a décidé de s’offrir une année sabbatique avant d’entrer dans la vie active. En réalité, son break a duré 3 ans. Temps qu’il a mis à profit pour faire son tour du monde. « Comme je voulais faire une vraie coupure, il m’a semblé plus judicieux de partir vers l’ouest. » Direction les States, où il a vite fait de vider ses économies. Puis, c’est le Mexique et la Colombie qui l’ont  l’accueilli. C’est là qu’il a rencontré son destin. « Une personne qui faisait des bagues en laiton et les vendait dans la rue m’a appris les premières bases dans le métier», se souvient-il. Il a ensuite poursuivi ses pérégrinations le long de la côte pacifique jusqu’au sud du Chili, où il avait l’intention de s’embarquer à bord d’un voilier pour l’Australie, apprenant des uns et partageant ses connaissances avec les autres.


Le tour du monde


Savoir souder à la bougie est une chose, mais le gaz est tout de même bien pratique !« Sauf qu’arrivé à Valparaíso, je me suis rendu compte que ce type d’embarcation n’existait pas. Je suis donc reparti vers le nord, en passant par l’Amazonie, le Brésil, la Guyane… » Puis direction la Martinique où – à cause de la saison des cyclones qui se profilait il a dû faire une croix sur l’océanie. il n’a pu que rallier Saint-Malo en bateau. « J’y ai fait la saison estivale. Ça vendait assez bien, et j’ai pu découvrir qu’on pouvait parfaitement vivre de ça, ici aussi. Ensuite, je suis allé en Asie, où j’ai aussi appris quelques ficelles du métier. En Amérique du sud, c’était plus facile car les gens sont indépendants et travaillent d’un bout à l’autre de la chaîne. En Asie, c’est l’usine et chaque ouvrier ne s’occupe que d’un seul stade de la fabrication. Et puis le contact était plus difficile : il y a les barrières culturelle et linguistique et il n’y a aucun moyen pour un blanc de se fondre dans la masse ! »

Mais Battitta est un adepte du système D, et a toujours eu soif de techniques inhabituelles dans notre monde occidental, où tout est prémâché, et où on ne sait plus faire ce que nos anciens savaient faire par eux mêmes. « C’est une vraie chance d’avoir appris ce métier dans des pays où il n’y a aucun moyens. Avant d’apprendre à travailler, j’ai dû apprendre à me débrouiller. C’est la richesse des pays en voie de développement. Leur savoir est bien plus important que celui qui nous reste ».

 

Système D

 

Les bijoux de Battitta passent tous entre le marteau et l’enclume avant d’obtenir ce galbe noble et cette pureté conférée par la pierre semi-précieusePetit à petit, après avoir écumé les foires artisanales et les marchés de Noël, Battitta est revenu à Mauléon où il s’est sédentarisé. Il a amassé du matériel (bien souvent entièrement bricolé par ses soins, comme cette machine a café qui lui sert de bac d’électrolyse pour le plaquage or, ou encore ce tonneau de polissage fait avec une trappe de visite pour les eaux usées !) et des tas de techniques (comme la soudure à la bougie ou même au bidon d’essence, pratique assez dangereuse s’il en est) dont il n’utilise qu’un vingtième. « Je me suis passionné pour les pierres semi précieuses, et j’en ai acheté beaucoup au cours de mes divers voyages. Au fil du temps, je suis donc passé du bijou simple en laiton au pendentif en céramique, puis à la pierre. La pierre a une histoire, une provenance, une charge émotionnelle importante. Certains croient même à ses vertus médicinales. »

Après les bagues, les bracelets, les colliers et enfin les boucles d’oreilles, dont il a fait sa spécialité. Il n’y a pas de contraintes de tailles et c’est beaucoup plus simple à gérer en terme de stock. « Et puis des boucles, ça s’achète plus facilement. Les femmes en sont assez friandes et se sentent nues sans elles. D’ailleurs, c’est la seule chose que les hommes oublient de leur ôter ! » sourit-il.

 

A l’instinct

C’est dans cette ancienne saboterie que Battitta crée et assemble ses modèlesBattitta fabrique lui même dans son atelier (qui fut autrefois le repaire du dernier des sabotiers de Soule) chacune des pièces qui composent ses bijoux (en laiton plaqué or ou argent, ou en argent massif), et les assemble ensuite. Tous sont ses propres modèles qu’il crée à l’instinct, hors des courants de modes relayés par la presse féminine ou de la typicité basque. Il est constamment en recherche aussi de nouvelles idées de formes et d’assemblages, qu’il teste sur ses clientes.

Et comme il est habile de ses mains, il va même jusqu’à fabriquer ses propres présentoirs qu’il livre en kit à ses dépositaires. On peut trouver ses bijoux* jusqu’en Dordogne ou même en Bretagne, mais au Pays Basque, seuls deux lieux privilégiés en vendent : les ateliers du Moulin à Espelette, et –bien sûr- le magasin des produits régionaux d’Allande Etchart à Mauléon.


* Dans une fourchette de prix entre 20 et 50 euros pour environ une cinquantaine de modèles de boucles d’oreilles.

 

E.H.BOYER

Partager cet article

Repost 0
Published by E.H.BOYER - dans PRESSE ECRITE
commenter cet article

commentaires

Mes liens

Persos :

Etienne H. Boyer

Mon Flickr

Mon Dailymotion

Mon Facebook


Immersive Lab

Immersive Lab

E-commerçons

David Castéra

Pette Etcheverry

Richard Malterre

J-Pierre Etchegoyhen

 

CLP :

la vie rennaise (Blog de Manon)

Asso interdépartementale des CLP

Glossaire journalistique

Obtenir la carte de presse

Le droit et l'image

CLP : ce qu'en dit l'URSSAF

PresseNews

le site de GBR

Categorynet

Le site d'Estelle, écrivain public et CLP

Le BloG de Sharon

Le BloG de Flo

Le BLoG de Cadichon001

Le BloG d'un autre CLP énervé

Le BLoG de J-L. Modat

 

Écrire :

Dictionnaire

Encyclopédie libre

Synonymes

Conjugueur

Grammaire

Locutions

Proverbes

Traducteur universel

Ponctuation!!!

Retourne au CM1!

 

Pays Basque/Béarn :

Les éditions Le Grand Chardon - Atobelarra

Paroles d'écolos
Le forum du SAM

Pirenifoto

Barnekaldedik

La Communauté de communes Xiberoa

Karaté Mauléon

Le BLoG de Bil Xokoa

Ekhi Electronic

Langues au chat

Mairie de Mauléon-Soule

Commune d'Ordiarp

Radio Xiberoko Botza

 

Mes potes :

Le BloG de LaureG

L'autre BloG de LaureG

Le BLoG de Cyclotor

Le BLoG de Maaatch

Le BLoG de "monsieur"

Le BLoG de Laurent Caudine

PireniFoto BloG

Pruneau cuit, pruneau cru...

 

J'en suis fan :

Le BloG de Laurel

le site de Peggy Cardoso

le site de Peio Serbielle

Les "pensements" de Laurent Caudine

Le site de Marc Large

Xan de L'ours

Dessins de presse de Large

Sigrid Daune, aka Willow Ahn

Matthew Tyas

 

L'info, la vraie :

Rue89

AgoraVox

Médiapart

la Mèche

France Info

 

Ecolos :

Covoiturage 64

Collectif Anti-OGM du Pays Basque

Réduire nos déchets

La cuisine Amapienne!