Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Xiberoland - ex CLP64
  • Xiberoland - ex CLP64
  • : Ce blog est celui d'un ex-correspondant local de presse des Pyrénées Atlantiques vivant en Soule, écrivaillon, gribouilleur et web-addict à ses heures. Mais surtout très casse-pieds...
  • Contact

Un peu de pub perso...

 l'infection

"L'infection T1 : Contage",
par Etienne H. Boyer


Éditions Astobelarra - le Grand Chardon

EN SOLDE! 9 euros, 378 pages, format 11.5x20

Le blog officiel du livre


Genre : roman fantastique

 

Résumé : Patrice est tombé amoureux de Mathilde, une jeune femme qui vient d'arriver en Soule. Lui est tout sauf un Don Juan, mais il a plus d'un tour dans son sac, malgré les apparences...
Il va contourner ses défauts rédhibitoires grâce à Internet. Mais il va vite apprendre que tout se paie, en ce bas- monde.
Rencontré dans un monde virtuel en trois dimensions, un génie digital exauceur de voeux va se charger de le lui rappeler, en l'entraînant dans une spirale cauchemardesque sans fin...


Commander le livre

 mauvais-berger

"Mauvais berger!",
par Etienne H. Boyer


Éditions Astobelarra - le Grand Chardon

10 euros, 90 pages, format A5

Le blog officiel du livre


Genre : tranche de vie

 

Résumé : Afin de s'installer en tant que berger, Etienne suit une formation agricole qui le conduit à effectuer des stages dans l'exploitation d'un berger éleveur en estives, dans les Pyrénées.
Mais petit à petit, le rêve de notre héros "néo-rural" s'émiette : les conditions de vie dans la bergerie sans confort sont difficiles, et le travail harassant est nullement reconnu.
Mais tout ceci ne serait rien sans les brimades de... la bergère!

 

Ce qu'en dit la presse :

 

Journal du Pays Basque, 12 avril 2008 : "(...) le style descriptif et le langage parfois cru donnent un ton réaliste à ce récit sans concession".

SudOuest, le 17 avril 2008 : "(...) un texte illustré par l'auteur lui-même, plein d'humour et d'autodérision (...)".

 

La Rébublique des Pyrénées, le 24 avril 2008 : "Une tranche de vie où toute ressemblance avec des personnages et des faits ayant existés n'est pas fortuite..."

Magazine Vent d'Oc, septembre 2008 : "Une lecture qui se fait à la vitesse de la lumière, tant l'on veut savoir à quelle sauce sera mangé ce néo-rural!!!"


Commander le livre

Rechercher

DARK XIBEROA

 

13 décembre 2011 2 13 /12 /décembre /2011 22:04

Ce soir, aux ateliers d'écriture de Mauléon, c'était une session spécial Noël. Le sujet : chacun devait écrire sur un bout de papier un mot qui constituerait un cadeau insolite. Ensuite, tirage au sort, puis raconter une histoire de Noël autour de ce mot et que le meilleur gagne!

En théorie, c'était un cadeau que nous faisait Sophie Pavlovsky pour la dernière de l'année 2011. Sauf que bien entendu, c'était sans compter sur les idées loufdingues des uns et des autres pour piéger les copains. Samuel a eu "des yeux derrière la tête", Marguerite a eu un "vibromasseur", Maïtena un "ver luisant électronique", Marc une "brouette", etc.


Comme à chaque fois, je suis arrivé en retard à la bibliothèque, alors il ne me restait que deux possibilités : "un bon pour une heure de lecture à la bibliothèque", ou "un roman". Coup de bol, je suis tombé sur le deuxième! Enfin coup de bol si on veut, car le mot n'avait rien d'insolite. Allez écrire un truc original avec un sujet pareil... Mais Sophie avait apporté des Ferrero Roche D'or pour nous inspirer. Et, vous le savez, le chocolat et moi, c'est une grande histoire d'amour. J'ai posé deux premiers mots sur le papier et le déroulé de l'histoire que j'allais écrire s'est affiché en lettres de lumière dans mon esprit. C'est sortit tout seul, presque sans que j'y réfléchisse!

 

Et voilà le travail :

 

Stéphane pleurait comme une Madeleine sur le canapé du salon. Chaque année à cette période, il commençait à se morfondre dès le premier du mois. Il vivait seul depuis toujours ou presque, et n'avait même pas d'animal pour lui tenir compagnie, dans son très modeste appartement HLM, encombré de vieux cartons remplis de choses inutiles amassées au fil des ans. D'ailleurs qu'aurait-il fait d'un chat, d'un chien, ou même d'un lapin, lui qui était à peine capable de s'occuper correctement de lui-même? D'où la raison pour laquelle il était toujours célibataire, d'ailleurs. Son travail, ou plutôt devrait-on dire, son ex-travail de veilleur de nuit n'était pas fait pour aider aux rencontres. Et depuis qu'il avait été licencié pour avoir essayé de se connecter à Meetic pendant son service, il végétait dans son gourbi, allant inlassablement du frigo quasiment vide au placard à provisions (qui ne valait guère mieux), en passant par de longues stations devant l'écran de télévision poussiéreux, dans lequel s'égrenaient pubs insignifiantes et clips mielleux.

Plus il se rapprochait du 25 décembre, et plus Stéphane avait envie d'en finir avec sa vie sans intérêt. Il ne valait rien! Sa mère le lui avait suffisamment répété, jusqu'à ce qu'il se décide enfin à la quitter avec pertes et fracas, il y a une vingtaine d'années. Il était destiné à mourir seul, sans ami, sans famille et sans regret. Depuis qu'il était sans boulot (et bientôt sans logis), il se disait qu'il n'avait plus rien à perdre.

Non, décidément, il ne supporterait pas un réveillon de Noël de plus. Sortant de son marasme enfin déterminé à passer l'arme à gauche, il repoussa l'échéance au 24 décembre à 13 heures pile. Ce jour là, il irait exploser son compte en banque une dernière fois pour s'offrir un repas de roi avant de se défenestrer. Il avait raté sa vie, mais il réussirait sa mort! Du quinzième étage, quand même, il avait peu de chances de se rater... "Allez, cochon qui s'en dédit", avait-il parié, tout en enquillant l'équivalent d'un petit ballon de rosé, qui trainait dans le fond du réfrigérateur depuis des mois.

 

Le jour J, Stéphane tint ces engagements, contractés envers lui-même : il claqua 300€ en gourmandises diverses au Shoppy du coin, se goinfra comme un porc et se saoula à s'en rendre malade avec du champagne de supermarché et attendit patiemment -vautré dans son canapé élimé- que son réveil digital lui indique l'heure fatidique de ses chiffres brillants d'un rouge diabolique.

La sonnette de la porte d'entrée le sortit de sa torpeur empoisonnée à midi et 55 minutes. Il crut d'abord qu'il avait rêvé et faillit s'assoupir à nouveau. Il trouva la force de se lever au second coup.
Tiens! Le facteur daignait monter jusqu'à chez lui cinq minutes avant qu'il ne se jette dans le vide. Et tout ça alors qu'il n'avait pas reçu de courrier depuis des semaines - mise à par sa lettre de licenciement, bien sûr. Amusant! Avec un peu de chance, le postier serait même le premier à trouver son cadavre en sortant du bâtiment! Stéphane signa l'accusé de réception d'un air absent, dans les vapeurs de champagne. Il referma la porte au nez du facteur, qui s'attendait sûrement à un accueil plus chaleureux en cette journée de fête et retourna s'affaler sur le sofa miteux, d'où s'érigea un nuage allergène.

Il regarda l'enveloppe sans vraiment comprendre de qui elle provenait ni ce qu'elle pouvait bien contenir. L'odieux réveille-matin marquait 12:59. Ça lui laissait une petite minute pour jeter un oeil à cette lettre inattendue. Si c'était une facture ou un avis de passage de l'huissier, ce serait une bonne raison pour partir sans regret!


Il déchira maladroitement l'enveloppe avec ses dents et déplia la missive. Ça alors! Une lettre d'Albin Michel! Stéphane avait complètement oublié qu'il leur avait envoyé, six mois auparavant, le manuscrit qu'il avait passé sa vie à peaufiner pendant ses heures de boulot, entre ses rondes de nuit! Il lut fébrilement.

"Monsieur, c'est avec un immense plaisir que nous vous informons que votre roman a retenu toute l'attention de notre comité de lecture. Après quelques petites corrections que nous vous suggérons dans la fiche de lecture ci-jointe, nous pourrons envisager de le publier pour la rentrée littéraire de l'année qui vient. Etant donné la qualité de votre travail, nous pensons que votre livre pourrait même concourir pour le prix Goncourt. Si vous êtes toujours à la recherche d'un éditeur et que notre proposition vous intéresse, vous trouverez un contrat d'édition en annexe de ce courrier. Il vous suffit de le lire, de le remplir, dater et signer en trois exemplaires, puis de venir nous l'apporter dans nos locaux au jour et à l'heure qui vous plairont. Dans l'attente de votre réponse, blablabla... Bien cordialement, blablabla..."

 

Le Noël d'après et les vingt qui suivirent, Stéphane ne fut plus jamais seul.


Partager cet article

Repost 0
Published by E.H.BOYER - dans ÉCRITURE
commenter cet article

commentaires

Runs 23/12/2011 18:41


lol t'appelle ça positif ? Un type qui n'a personne et qui veut se foutre en l'air... Et que seul le "succès" aura rendu à la vie. En clair sans une certaine réussite, nul ne l'aurais aimé pour
ce qu'il est... Ou comment l'amour c'est uniquement être utile aux autres...

E.H.BOYER 23/12/2011 18:44



C'est la façon négative de voir la chose. "Sans le succès, ce type se serait flingué. Sans le succès, jamais personne ne se serait soucié de lui".


La façon positive, c'est de dire "en chacun de nous, il y a -peut-être- autre chose que de la merde..."


Joyeux Noël, Runs!
;-)



Runs 21/12/2011 03:00


Lu et apprécié. Comme un petit Lu d'ailleurs...

E.H.BOYER 21/12/2011 09:09



Merci Runs.C'est rare que j'arrive à écrire un truc positif...



Lurbeltz 17/12/2011 18:53


Joli conte de noël... Ça fait rêver...

E.H.BOYER 18/12/2011 17:28



L'esprit de Nöel ma bite... Euh...



Mes liens

Persos :

Etienne H. Boyer

Mon Flickr

Mon Dailymotion

Mon Facebook


Immersive Lab

Immersive Lab

E-commerçons

David Castéra

Pette Etcheverry

Richard Malterre

J-Pierre Etchegoyhen

 

CLP :

la vie rennaise (Blog de Manon)

Asso interdépartementale des CLP

Glossaire journalistique

Obtenir la carte de presse

Le droit et l'image

CLP : ce qu'en dit l'URSSAF

PresseNews

le site de GBR

Categorynet

Le site d'Estelle, écrivain public et CLP

Le BloG de Sharon

Le BloG de Flo

Le BLoG de Cadichon001

Le BloG d'un autre CLP énervé

Le BLoG de J-L. Modat

 

Écrire :

Dictionnaire

Encyclopédie libre

Synonymes

Conjugueur

Grammaire

Locutions

Proverbes

Traducteur universel

Ponctuation!!!

Retourne au CM1!

 

Pays Basque/Béarn :

Les éditions Le Grand Chardon - Atobelarra

Paroles d'écolos
Le forum du SAM

Pirenifoto

Barnekaldedik

La Communauté de communes Xiberoa

Karaté Mauléon

Le BLoG de Bil Xokoa

Ekhi Electronic

Langues au chat

Mairie de Mauléon-Soule

Commune d'Ordiarp

Radio Xiberoko Botza

 

Mes potes :

Le BloG de LaureG

L'autre BloG de LaureG

Le BLoG de Cyclotor

Le BLoG de Maaatch

Le BLoG de "monsieur"

Le BLoG de Laurent Caudine

PireniFoto BloG

Pruneau cuit, pruneau cru...

 

J'en suis fan :

Le BloG de Laurel

le site de Peggy Cardoso

le site de Peio Serbielle

Les "pensements" de Laurent Caudine

Le site de Marc Large

Xan de L'ours

Dessins de presse de Large

Sigrid Daune, aka Willow Ahn

Matthew Tyas

 

L'info, la vraie :

Rue89

AgoraVox

Médiapart

la Mèche

France Info

 

Ecolos :

Covoiturage 64

Collectif Anti-OGM du Pays Basque

Réduire nos déchets

La cuisine Amapienne!