Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Xiberoland - ex CLP64
  • Xiberoland - ex CLP64
  • : Ce blog est celui d'un ex-correspondant local de presse des Pyrénées Atlantiques vivant en Soule, écrivaillon, gribouilleur et web-addict à ses heures. Mais surtout très casse-pieds...
  • Contact

Un peu de pub perso...

 l'infection

"L'infection T1 : Contage",
par Etienne H. Boyer


Éditions Astobelarra - le Grand Chardon

EN SOLDE! 9 euros, 378 pages, format 11.5x20

Le blog officiel du livre


Genre : roman fantastique

 

Résumé : Patrice est tombé amoureux de Mathilde, une jeune femme qui vient d'arriver en Soule. Lui est tout sauf un Don Juan, mais il a plus d'un tour dans son sac, malgré les apparences...
Il va contourner ses défauts rédhibitoires grâce à Internet. Mais il va vite apprendre que tout se paie, en ce bas- monde.
Rencontré dans un monde virtuel en trois dimensions, un génie digital exauceur de voeux va se charger de le lui rappeler, en l'entraînant dans une spirale cauchemardesque sans fin...


Commander le livre

 mauvais-berger

"Mauvais berger!",
par Etienne H. Boyer


Éditions Astobelarra - le Grand Chardon

10 euros, 90 pages, format A5

Le blog officiel du livre


Genre : tranche de vie

 

Résumé : Afin de s'installer en tant que berger, Etienne suit une formation agricole qui le conduit à effectuer des stages dans l'exploitation d'un berger éleveur en estives, dans les Pyrénées.
Mais petit à petit, le rêve de notre héros "néo-rural" s'émiette : les conditions de vie dans la bergerie sans confort sont difficiles, et le travail harassant est nullement reconnu.
Mais tout ceci ne serait rien sans les brimades de... la bergère!

 

Ce qu'en dit la presse :

 

Journal du Pays Basque, 12 avril 2008 : "(...) le style descriptif et le langage parfois cru donnent un ton réaliste à ce récit sans concession".

SudOuest, le 17 avril 2008 : "(...) un texte illustré par l'auteur lui-même, plein d'humour et d'autodérision (...)".

 

La Rébublique des Pyrénées, le 24 avril 2008 : "Une tranche de vie où toute ressemblance avec des personnages et des faits ayant existés n'est pas fortuite..."

Magazine Vent d'Oc, septembre 2008 : "Une lecture qui se fait à la vitesse de la lumière, tant l'on veut savoir à quelle sauce sera mangé ce néo-rural!!!"


Commander le livre

Rechercher

DARK XIBEROA

 

22 octobre 2009 4 22 /10 /octobre /2009 13:29
Film le syndrome du Titanic, de Nicolas HulotC'est fou ce qu'il peut y avoir, ces dernières années, comme films écologistes au cinéma! Soit c'est parce qu'il y a enfin une véritable prise de conscience, soit parce que... C'est la mode du moment! Et quand je parle de mode, de tendance, je veux aussi parler de business juteux dans de nombreux autres secteurs économiques. Il n'y a qu'à voir le cahier central spécial écolo sans scrupules dans le dernier catalogue de "Jouéclub" pour s'en persuader.
Mais nous y reviendrons prochainement...

Samedi dernier, donc, je suis allé voir "le syndrome du Titanic", le film de Nicolas Hulot. J'y suis allé avec plein de préjugés. "Nicolas Hulot, animateur vedette de la télé en hélico et 4x4, l'aventurier écologiste qui avait fait du lobbying auprès des candidats aux présidentielles 2007 sans vouloir se ranger du côté des Verts..." Je trouvais ça louche. Je suis allé voir son film parce que ma femme m'avait dit d'y aller. Je m'attendais à un énième documentaire écolo, soit dans la veine de "une vérité qui dérange", d'Al Gore, soit dans la veine de "Home", de Yann Arthus-Bertrand. Je précise que j'avais beaucoup apprécié ces deux films : pour le choc du premier, pour les images du second, le message principal étant peu ou prou le même, à savoir : "protégeons la planète, modifions notre comportement"...

Un message écologiste, intelligent, raisonnable, convainquant. Mais que la plupart de nos congénères n'entendent pas. Il y a ceux qui ne comprennent pas (parce qu'ils n'ont pas les clés éducatives), et il y a ceux qui ne veulent pas entendre (parce que ça nuit à leurs intérêts). Ce qui revient globalement au même, en fin de compte.

Le message de Hulot est différent. Il aborde le problème de l'écologie par l'angle humaniste et philosophique.
Le texte en voix off et les images sont indissociables, et il faut vraiment aller le voir pour s'en rendre compte. Aucun résumé du film ne sera jamais assez clair ni assez complet pour comprendre la quintessence du message. C'est pour ça que je ne vais pas m'y risquer non plus.
Mais le résultat
de ce montage est choquant. Il y a des images qui brassent les intestins, qui font prendre du recul sur soi, sur ses convictions, sur ses actions et leurs conséquences directes et indirectes. On ressort malheureux de la projection, avec très peu d'optimisme pour l'avenir de l'humanité. L'existence nous apparaît soudainement artificielle et vaine, dictée par le fric et des besoins inutiles qui pourrissent tout, au mépris de la condition humaine. On a l'impression d'entrevoir le début de la fin de notre civilisation, lorsque les hommes -à la culture désormais standardisée et estampillée McDonalds/CocaCola- cherchent dans le virtuel ce qu'ils n'arrivent plus à voir et à apprécier dans le réel.

Bref, en sortant du cinéma Maule Baitha, je me suis demandé si j'étais sur la bonne voie, en tant que citoyen de la Terre, animal savant capable de raisonner et d'inverser la tendance. En m'asseyant à mon bureau cette semaine, je me suis demandé si je ne contribuais pas à cette fuite en avant complètement irréfléchie, qui me révolte tout en me laissant impuissant. Je me regarde dans la glace, et je ne sais pas ce qu'il faut faire... Je n'ai pas la solution, et le film de Hulot n'en apporte pas non plus. Il constate simplement un échec sociétal, de notre modèle économique, et programme en filigrane la disparition de notre espèce mais ne va pas beaucoup plus loin.

Ce qui me laisse encore plus désabusé, c'est qu'il ne devait y avoir qu'une petite dizaine de personnes dans la salle, avec moi. Fabienne y était allée deux jours avant, et il y avait 5 personnes seulement. Ce qui me fait dire que mes congénères
persistent à ne pas vouloir ouvrir les yeux, malgré un matraquage médiatique télévisuel quotidien de la réalité la plus crue. Certains (dont j'essaye d'être) tendent vers le mieux, mais combien de % sommes-nous sur Terre à réfléchir, à nous remettre en question, à agir du mieux que nous le pouvons (mais jamais assez) dans l'intérêt de tous, quitte à s'offrir à la critique des autres (qui confondent souvent écologie et intégrisme religieux) parce qu'on ne va jamais assez loin dans nos belles idées. "Tu manges de la viande? Ben oui! Donc t'es pas écolo! Ben si! (...) Tu fais caca dans de l'eau potable? Ben oui... Donc t'es pas écolo!", etc.

J'ai acheté le livre de Nicolas Hulot "Le Syndrome du Titanic 2" pour voir... On ne sait jamais, peut-être que j'y trouverai la réponse à mes questionnements?

Partager cet article

Repost 0
Published by E.H.BOYER - dans COUP DE DÉPRIME...
commenter cet article

commentaires

Pepelo Mirande 28/10/2009 20:34


???


E.H.BOYER 28/10/2009 20:51





Pepelo Mirande 28/10/2009 18:33


Le live de Depeche Mode à Bercy (2001?) est absolument hallucinant!
Le tome n°25 de Lone Wolf & Cub est là ainsi que le 9ème du très très très bonnard et génialissime Walking Dead (putain, si tu connais pas je ne peux que te le conseiller, tu t'en foutras plein
la tête).


E.H.BOYER 28/10/2009 20:24


t'es fou? je suis ça depuis le début! je me suis commandé le 9ième, bien
entendu ;-)

Au fait, et complètement hors-sujet, des nouvelles d'Astapito?


Pepelo Mirande 28/10/2009 18:28


Si mes souvenirs sont bons, Hulot évoque une fois le capitalisme dit "sauvage" (pléonasme) puis plus rien.

Bon, en tous les cas t'es un indécrottable optimiste au sujet de l'art qui change les conscience!

En ce qui concerne le fait de voir sur grand écran le résultat catastrophique de l'action de l'homme sur la nature, n'avais-tu déjà pas été sensibilisé sur ce sujet en te promenant un peu partout
en France et au Pays Basque?
L'eau ultra poluée de la côte basque ainsi que la qualité de celle du gave de Mauléon en son aval. L'action corrosive de décennies de pesticide agricole sur les terres arrables et des décharges
sauvages de toute la campagne souletine. L'exploitation du bois dans des zones au détriment de l'espace pour la faune locale (aujourd'hui qu'ont de sauvages Iraty et les Arbailles?). L'explosion
des pistes pour bergers (belle hypocrésie) qui saignent la montagne. Et ailleurs c'est pire...

Moi, ça me fout le bourdon car malgré la prise de conscience d'une partie de la population ça continue encore et encore. Peut être qu'au moins on limite les dégats.

Bon, je vais écouter un petit Faith no More histoire de me redonner un peu la pêche!



E.H.BOYER 28/10/2009 20:23


LoL! Tu vois : "Faith no More" te fait du bien ;-)


Pepelo Mirande 28/10/2009 13:51


De plus, je n'ai jamais dit et encore moins pensé que le cinéma, la littérature et en règle générale toutes les formes artistiques ne servaient à rien...juste qu'il ne fallait pas leur prêter des
caractéristiques qu'elles n'ont jamais eu, à savoir celles de changer radicalement une situation politique notamment
Brassens le disait lui même d'ailleurs par rapport à ses chansons.



E.H.BOYER 28/10/2009 14:45


Ce n'est pas directement une situation politique que ça peut changer, mais ça peut faire écvoluer la manière de penser d'un ou plusieurs individus. Ces individus votent, et ce vote peut changer le
monde.
La chanson de Depeche Mode (new dress) est une bonne illustration de ce que je pense, même si
c'est complètement cucu comme façon de le dire... (j'avoue)


Pepelo Mirande 28/10/2009 13:45


Je comprends ton raisonnement et je le partage en grande partie.

Ce que je veux simplement dire à propos de ces deux docs, c'est que:

1) avoue-le, ils ne nous apprennent rien qu'on ne sait déjà.
2) les causes véritables ne sont jamais mis en exergue (pas question de critiquer le système économique capitaliste dans aucun des docs).
3) les propos sont permemptoires, ils font porter la responsabilité sur les seuls individus. La solution ne peut venir que du seul changement des comportements individuels.


Je ne me considère pas comme un écolo, un Vert et je suis d'une certaine façon moins sensible que beaucoup de gens à ces messages. Mais je connais la situation et j'essaie à mon niveau donc 
très modestement de réduire mon impact sur l'environnement.
Le problème de ces docs n'est pas la forme (on voit en images, esthétisantes en plus, la réalité des ravages causés à notre planète) mais le fond. Le discourt me semble méprisant, culpabilisant et
stérile.

J'ai réellement ressenti une gène en voyant ces films. Je ne m'y retrouve pas, je n'y souscris pas.

Attention, mes interventions ne portent que sur mon avis sur ces docs et j'essaie de ne pas trop extrapoler car j'ai pas la prétention d'affirmer  ce qu'est un bon ou mauvais écolo et qu'elle
est la bonne solution au final.


E.H.BOYER 28/10/2009 14:38


Alors... Je souscris largement à ton point n°1. On sait déjà tout ça, mais là où est la différence, c'est que ce coup-ci, on le voit en vrai, et
tout d'un coup, agencé d'une façon assez habile. Ensuite, il suffit de réfléchir sur ce qu'on fait soi même pour voir si on peut arranger les choses à son niveau ou pas.

Le point n°2 est plus valable pour "Home". C'est un film très consensuel, qui en touche une sans faire bouger l'autre. Dans "le
syndrome du Titanic", Hulot parle plus clairement de notre modèle économique qui est aujourd'hui LE problème. Il ne pointe personne du doigt, mais on comprend parfaitement là où il veut en
venir. Ensuite, il suffit de se poser les bonnes questions... Qui le représente, ce modèle? Et qui l'a mis en place, ce représentant... Hulot ne cite pas de noms, mais le spectateur suit le
raisonnement logique : c'est la somme des individus d'un même pays qui vote pour un individu qui représente et met en oeuvre des idées, un système. En clair, si tu élis (ou laisse élire) un con, ne
t'étonnes pas d'être gouverné connement...

Donc concernant le point n°3, si tu te bases par rapport à ce que je viens de dire, c'est logique que le syndrome axe sur la responsabilité
individuelle! Donc il est culpabilisant, de fait...
;-)


Mes liens

Persos :

Etienne H. Boyer

Mon Flickr

Mon Dailymotion

Mon Facebook


Immersive Lab

Immersive Lab

E-commerçons

David Castéra

Pette Etcheverry

Richard Malterre

J-Pierre Etchegoyhen

 

CLP :

la vie rennaise (Blog de Manon)

Asso interdépartementale des CLP

Glossaire journalistique

Obtenir la carte de presse

Le droit et l'image

CLP : ce qu'en dit l'URSSAF

PresseNews

le site de GBR

Categorynet

Le site d'Estelle, écrivain public et CLP

Le BloG de Sharon

Le BloG de Flo

Le BLoG de Cadichon001

Le BloG d'un autre CLP énervé

Le BLoG de J-L. Modat

 

Écrire :

Dictionnaire

Encyclopédie libre

Synonymes

Conjugueur

Grammaire

Locutions

Proverbes

Traducteur universel

Ponctuation!!!

Retourne au CM1!

 

Pays Basque/Béarn :

Les éditions Le Grand Chardon - Atobelarra

Paroles d'écolos
Le forum du SAM

Pirenifoto

Barnekaldedik

La Communauté de communes Xiberoa

Karaté Mauléon

Le BLoG de Bil Xokoa

Ekhi Electronic

Langues au chat

Mairie de Mauléon-Soule

Commune d'Ordiarp

Radio Xiberoko Botza

 

Mes potes :

Le BloG de LaureG

L'autre BloG de LaureG

Le BLoG de Cyclotor

Le BLoG de Maaatch

Le BLoG de "monsieur"

Le BLoG de Laurent Caudine

PireniFoto BloG

Pruneau cuit, pruneau cru...

 

J'en suis fan :

Le BloG de Laurel

le site de Peggy Cardoso

le site de Peio Serbielle

Les "pensements" de Laurent Caudine

Le site de Marc Large

Xan de L'ours

Dessins de presse de Large

Sigrid Daune, aka Willow Ahn

Matthew Tyas

 

L'info, la vraie :

Rue89

AgoraVox

Médiapart

la Mèche

France Info

 

Ecolos :

Covoiturage 64

Collectif Anti-OGM du Pays Basque

Réduire nos déchets

La cuisine Amapienne!