Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Xiberoland - ex CLP64
  • Xiberoland - ex CLP64
  • : Ce blog est celui d'un ex-correspondant local de presse des Pyrénées Atlantiques vivant en Soule, écrivaillon, gribouilleur et web-addict à ses heures. Mais surtout très casse-pieds...
  • Contact

Un peu de pub perso...

 l'infection

"L'infection T1 : Contage",
par Etienne H. Boyer


Éditions Astobelarra - le Grand Chardon

EN SOLDE! 9 euros, 378 pages, format 11.5x20

Le blog officiel du livre


Genre : roman fantastique

 

Résumé : Patrice est tombé amoureux de Mathilde, une jeune femme qui vient d'arriver en Soule. Lui est tout sauf un Don Juan, mais il a plus d'un tour dans son sac, malgré les apparences...
Il va contourner ses défauts rédhibitoires grâce à Internet. Mais il va vite apprendre que tout se paie, en ce bas- monde.
Rencontré dans un monde virtuel en trois dimensions, un génie digital exauceur de voeux va se charger de le lui rappeler, en l'entraînant dans une spirale cauchemardesque sans fin...


Commander le livre

 mauvais-berger

"Mauvais berger!",
par Etienne H. Boyer


Éditions Astobelarra - le Grand Chardon

10 euros, 90 pages, format A5

Le blog officiel du livre


Genre : tranche de vie

 

Résumé : Afin de s'installer en tant que berger, Etienne suit une formation agricole qui le conduit à effectuer des stages dans l'exploitation d'un berger éleveur en estives, dans les Pyrénées.
Mais petit à petit, le rêve de notre héros "néo-rural" s'émiette : les conditions de vie dans la bergerie sans confort sont difficiles, et le travail harassant est nullement reconnu.
Mais tout ceci ne serait rien sans les brimades de... la bergère!

 

Ce qu'en dit la presse :

 

Journal du Pays Basque, 12 avril 2008 : "(...) le style descriptif et le langage parfois cru donnent un ton réaliste à ce récit sans concession".

SudOuest, le 17 avril 2008 : "(...) un texte illustré par l'auteur lui-même, plein d'humour et d'autodérision (...)".

 

La Rébublique des Pyrénées, le 24 avril 2008 : "Une tranche de vie où toute ressemblance avec des personnages et des faits ayant existés n'est pas fortuite..."

Magazine Vent d'Oc, septembre 2008 : "Une lecture qui se fait à la vitesse de la lumière, tant l'on veut savoir à quelle sauce sera mangé ce néo-rural!!!"


Commander le livre

Rechercher

DARK XIBEROA

 

29 mars 2011 2 29 /03 /mars /2011 13:15

harcèlement à l'écolePas besoin de se mettre des claques : les chiffres annoncés ce matin par France Info font mal : sur 12 000 élèves de cycle 3 interrogés, 25% ont été (ou sont toujours) régulièrement injuriés par d'autres, et 17% sont (ou ont été) victimes de coups de la part de camarades...

Les plus mous d'entre vous vont me dire : "allez, faut pas non plus croire les sondages, on a tous étés emmerdés à l'école au moins une fois dans notre vie, et on n'en est pas morts!" C'est vrai, vous non (et moi non plus)!

 

Il se trouve que j'ai moi même été victime de harcèlement toute ma jeunesse. D'abord en tant que fils de prof (du cp à la teminale); ensuite parce que j'étais nul en sports collectifs (de la 6ième à la première), puis parce que même en ayant redoublé ma quatrième, j'ai grandi moins vite que les autres (de la 3ième à la première), et enfin parce que j'ai eu une bonne attaque d'acnée pendant l'adolescence (de la 5ième à la terminale). Je vous ferais grâce des quolibets dont j'ai été affublé, ainsi que de toutes les "tortures" morales et physiques que j'ai subies à cette époque.

Parallèlement, certains de mes profs du collège m'ont aussi harcelé parce que je n'étais que moyen/médiocre, et que, en tant que fils de prof, je devais au moins être au niveau bien/très bien... (N'allez pas croire que je cherche à faire pleurer dans les chaumières, hein?  )

 

Le harcèlement à l'école, ça mène à quoi? Eh bien ça vous suit toute votre scolarité (puisque logiquement, vous restez avec les mêmes tocards en classe pendant un bon bout de temps. Et 5 ans, c'est long à cet âge là...).
Lorsqu'on est un enfant psychologiquement fragile, mal entouré par ses parents, rejeté par ses camarades, cela peut mener à un renfermement sur soi-même, à des tentatives de suicide, voire à des psychoses. Certains ont même carrément décompensé en emportant une arme à l'école, et en flinguant tout le monde à tour de bras...

J'ai eu la chance de naître dans une famille stable et aimante...

 

Je dirais même que ça vous suit toute votre vie, puisque le principe du harcèlement, c'est de détruire l'autre par tous les moyens possibles. Insultes, dénonciations calomnieuses, coups, racket, viols, ça peut aller très loin, parfois encore plus loin si on laisse faire.

Quand vous avez été victime de harcèlement pendant longtemps, vous vous exposez malgré vous à être une victime dans tout ce que vous entreprenez, quel que soit l'endroit où vous fuyez, puisque vous n'avez connu que ça.
Et c'est comme ça que, de fil en aiguille, j'ai aussi connu le harcèlement au travail... Ceux qui ont lu Mauvais Berger! savent que ça a été assez loin, et que j'ai failli moi même faire des choses que j'aurais regretté toute ma vie.
Mais "failli, ça ne compte pas", certes...

Suite à cet épisode très douloureux de ma vie, je peux dire que le harcèlement dont j'ai été victime a été très formateur. Mais c'est parce que c'est moi, que j'ai trouvé la force de me relever et de me reconstruire. Parce que j'ai ma femme et mes enfants, de vrais amis, et un putain de caractère. D'autres n'auront pas cette chance. Et pour cela, il faut que les choses changent!

 

Le harcèlement en milieu scolaire existe et a toujours existé. On est aujourd'hui au XXIème siècle. Il est grand temps que cela cesse, et que les brutes à l'école soient enfin punies sévèrement par les personnes ayant autorité sur elles.
J'ai recommandé à mes enfants de ne jamais harceler quiconque (pour quelque motif que ce soit : parce qu'"on ne fait pas aux autres ce qu'on ne voudrait pas qu'on nous fasse"), mais je leur ai aussi clairement donné mon autorisation (ma bénédiction) de se défendre coup pour coup s'ils se faisaient attaquer à l'école, et ce même si c'est interdit par le règlement (Règlement dont les brutes citées plus haut n'ont jamais eu rien à foutre de toute façon. Avec ces gens là une seule chose fonctionne : l'apprentissage de la vie par le retour du bâton!).


Je suis prêt à exposer en personne mes arguments à tous les profs sceptiques ainsi qu'à tous les parents de gamins brutaux de la planète... Parce qu'il ne faut pas se leurrer, "les chiens ne font pas des chats", et "l'exemple vient d'en haut"!

Partager cet article

Repost 0
Published by E.H.BOYER - dans COUP DE GUEULE...
commenter cet article

commentaires

Lurbeltz 31/03/2011 17:45



Oui mais je ne pense pas qu'on puisse comparer. Un ouvrier d'usine, il n'a pas des enfants en charge. Et les compensations, (je ne sais pas si le mot convient parfaitement) , ça ne change rien au
fait que quand il n'y a pas les moyens humains, c'est difficile d'être partout.


ne faisons pas comme le gouvernement qui  essaie de nous diviser, les français contre les non français, les athées contre les croyants, les travailleurs contre les non-travailleurs. 
L'enseignant qui te répond " la récré c'est aussi ma récré", c'est peut-être un reflexe de protection. Parce que je me dis que compte tenu du fait que selon cette étude, c'est un problème à
l'échelle nationale même internationale, cela veut bien dire que ce n'est pas le fait d'individus isolés. Je pense donc qu'il est difficile dans ce cas là, de s'en prendre à la conscience
professionnelle des enseignants.


Bon sinon, tu dois penser que je défends la corporation de ma compagne. Les enseignants et plus particulièrement l'éducation nationale, quand j'ai eu l'occasion de la dégommer, je l'ai fait.
Notamment dans sa pédagogie, ses méthodes d'enseignement etc...


 



E.H.BOYER 31/03/2011 18:12



Tu noteras que je n'ai pas fait l'amalgame entre le sujet et Gilda. Ce qui est logique, car Gilda est professeur en collège et Lycée, pas institutrice. Ce n'est pas la même chose. Dans un collège
ou un lycée, il y a du personnel chargé de l'administration et de la surveillance (même s'il y en a de moins en moins, et que les pions, bon...)


Mais je suppose (j'espère) que si Gilda était témoin de harcèlement entre élèves dans le couloir du collège, elle ne fermerait pas les yeux, si?


Alors c'est vrai que chez les primaires, c'est moins évident de savoir le vrai du faux quand un gosse vient se plaindre. Mais si ça arrive plusieurs fois d'affilée, que le gamin désigne ses
agresseurs, il suffit dêtre en alerte, de surveiller du coin de l'oeil. ça coûte quoi, d'éviter qu'un enfant se fasse tabasser par plusieurs brutes? Eh bien ça permettra peut-être à ce gosse de
renouer avec sa scolarité. Et rien que pour ça, je trouve que c'est un devoir de faire en sorte que les enfants se sentent sécurisés à l'école!


Ce n'est pas une histoire de diviser les français, c'est une histoire d'avoir une conscience professionnelle, et une conscience tout court.


Pour te comparer le truc avec mon ouvrier de tout à l'heure : dans une usine, laisser un collègue se faire harceler, c'est l'assurance d'avoir soi même des problèmes tôt ou tard! Fatalement, cela
va influer sur le travail du harcelé, et donc sur le tiens à un moment donné (quand ton pauvre collègue va partir en maladie, ta charge de travail va augmenter, et le harceleur va chercher une
autre victime qui sera peut-être toi). Je parle en parfaite connaissance de cause.


Eh bien à l'école, c'est pareil. Une brute qu'on laisse agir à sa guise, il va pourrir la vie d'un (ou plusieurs) gamin(s), et cela finira fatalement par influer dans ses résultats scolaires ou
dans son comportement. Et donc par corollaire, cela va se ressentir dans la classe, et peut-être dans l'autorité déchue de l'instituteur. En tout cas ses stats de réussite vont plonger. Et ça,
Sarkozy ne va pas manquer de le remarquer!


Moi, à la place d'un(e) tel(le) instituteur(trice), je n'aimerais pas avoir à faire ce constat d'échec! C'est jamais bon pour le moral...



Lurbeltz 31/03/2011 16:19



Je lis ici que la FCPE dit plus ou moins la même chose que moi... Des postes sont supprimés et il faut de la prévention. Mais Etienne, je relisais ton titre qui dit "il était temps qu'on se
penche dessus". Mais c'est pas nouveau cette affaire ! Quand on met "violence à l'école" sur Google, on se  rend compte que les plans contre la violence se suivent et se ressemblent, devant
notre amnésie béate. Les informations passent et on les oublie.


Ci-dessous, Luc Chatel rien que l'année dernière. Et il dit que «que la sécurité d'une école n'est pas l'affaire des seuls surveillants», mais «la responsabilité de tous les adultes,
notamment les enseignants»... C'est un peu ce que tu dis mon gars ! Sauf qu'il oublie qu'en primaire, il n'y a pas de surveillants.


http://www.liberation.fr/societe/0101628678-violence-a-l-ecole-chatel-veut-un-eventail-de-sanctions-plus-large


Il botte en touche et fait porter sur l'enseignant toute la responsabilité. je trouve ça un peu fort de café. Je ne parle pas de darcos qui organise des tables rondes "présentant les actions de
prévention et de lutte contre la violence scolaire menées dans l'académie en lien avec les villes, la police, la gendarmerie et la justice."... Il n'a rien compris au problème.


Comme disent les syndicats, il n'y a que des mesures de prévention qui soient valables et engager du personnel qualifié. A plus forte raison en primaire. Laisser un enseignant seul toute une
journée avec 25 gamins, c'est de l'inconscience. Je vois que déjà moi des fois je pète un plomb avec mes 2 à la maison alors %-O


Après, je trouve ton idée de rendre coup pour coup hyper dangereux, car ça ne règle pas le problème. Je comprends ton ressenti, et chacun fait ce qu'il sent, mais je pense qu'il y a d'autres
solutions quand même.


Quand on voit la société dans laquelle on vie, la violence sociale dans laquelle sont baignée les adultes et donc les gamins, contamment, l'idéologie de la compétition donc, du chacun pour soi,
il ne faut pas être étonné d'avoir affaire à de la violence dans les écoles. Et c'est souvent l'école libre, gratuite et laique qui prend tout ça dans son ventre. J'ai personnellement beaucoup de
respect pour ces enseignants qui se trouvent seul en première ligne et qui doivent à la fois instruire et à la fois éduquer. Pour rien au monde, je ne prendrai leur place.



E.H.BOYER 31/03/2011 16:57



Je vois que ça aura au moins stimulé ta réflexion, ce petit coup de gueule ;-)


Bon, c'est évident que c'est pas en mettant des flics partout que ça va changer les choses. Il faut juste plus de personnel compétent dans l'éducation nationale, c'est à dire tout le contraire de
ce que fait le gouvernement de droite qu'on se cogne depuis 1995! Avant ça, je ne sais pas ce que faisait Mittérrand. Je m'en foutais complet de la politique...


Si les cours de récréations sont surveillées, il y aura moins de problèmes de harcèlement, je pense. Il y en aura toujours, parce que les gosses sont malins. C'est si facile d'isoler quelqu'un et
de se foutre à 5 dessus pendant que les adultes sont occupés ailleurs. Mais il y en aura moins c'est garanti.


Après, ce que tu dis sur l'instit seul avec 25 gamins toute la journée, le tableau n'est pas tout à fait complet. D'abord ils sont payés pour leur travail, et ils ont de larges compensations
(vacances, sécurité de l'emploi, ils ont une coupure de 2 heures entre midi et deux et travaillent en heures ouvrées, etc.)!
Ensuite, si tu regardes un ouvrier à l'usine en Soule (par exemple), il bosse huit heures par jour dans un environnement de merde (bruit, pollution, fatigue physique et mentale, parfois
harcèlement...) et souvent en 3x8. Au mieux, il ne dispose que de 30 minutes de pose pour aller manger un casse-croute, et hop, on retourne au taff et à la cadence... Et la paie? Minable : à
peine de quoi remplir le frigo!


Chaque boulot a ses contraintes et ses avantages. Et en la matière, l'équilibre n'est pas égalitaire. Donc oui, instit (ou prof) est un métier difficile, mais ça n'excuse pas les "eh oh, la
récré, c'est aussi ma pause : je veux pas le savoir, les gosses n'ont qu'à se démerder tout seul un peu!" Le jour où il y a une couille, qui est responsable?
La conscience professionnelle, elle doit aussi être dans la cour des récréations, et pas seulement entre les 4 murs de la salle de classe. 



Cyclotor 30/03/2011 12:58



Rhooo... à voir tout ce barratin on sent combien vous êtes concernés. Normal, vous êtes deux gros bizut. C'est comme ça : il est dans votre nature d'attirer le mépris de vos contemporains, tout
comme le fer attire la foudre et le Pelotari la femelle.


Et après avoir laissé parler Cyclotor, disons que le problème c'est que le véritable être social, c'est souvent le bizut. L'ensemble du monde étant a-social et détestable, un peu comme dans
"Rage", de Richard Bachman...



E.H.BOYER 30/03/2011 13:11



aka Stephen King...


Pour essayer de me consoler, mon père me disait : "t'inquiète pas mon fils : on est toujours le con d'un autre". Moi j'avais l'impression d'être le con de TOUS les autres!


Finalement, j'ai pénétré moi aussi ce système asocial que tu décris, et je me suis rendu compte qu'effectivement, il est peuplé de cons et que j'en faisais partie...



Lurbeltz 29/03/2011 21:02



Oui bien sur moi aussi j'ai eu des enseignants nuls... Mais je crois que j'ai surtout eu affaire à des enseignants prisonnier d'un système, tout comme les gosses qui sont prisonniers du même
système.J'ai parcouru un chat intéressant ici : http://www.lemonde.fr/education/



E.H.BOYER 29/03/2011 21:22



Prisonniers d'un système? Et qui l'a voulu ce système, Laurent? Ceux qui ont voté en connaissance de cause pour les élus qui ont fermé des postes d'enseignants? Ceux qui refusent de se battre
parce que la démocratie, c'est seulement le jour des élections? Ceux qui défendent leurs enfants contre vents et marées, même s'ils sont en tort? La directrice d'école qui préfère s'écraser
plutôt que de convoquer des parents d'enfants violents (qui eux même sont violents la plupart du temps)? Le système il a bon dos.


Il y a aussi une volonté. Mais comme partout, on préfère le "surtout pas de vagues" au tsunami qui fait avancer, mais fait aussi des victimes. Dans certains cas, moi je serais plutôt pour le "on
casse tout et on reconstruit autrement".



Lurbeltz 29/03/2011 18:06



Je ne suis pas un inconditionnel de Salomé, mais je pense que cet article est intéressant. Car il faut aussi essayer de comprendre pourquoi les enfants deviennent violent. Et cet article nous
aide bien il me semble, non pas à justifier, évidemment, mais à comprendre : http://www.pedagopsy.eu/salome_violence_langage.htm


j'ai moi-même été un enfant à la fois violent, à la fois souffre douleur. Probablement l'avons-nous tous été peu ou prou.



E.H.BOYER 29/03/2011 18:22



Je ne dis pas que j'ai toujours été un saint. J'ai eu moi aussi mes moments difficiles. J'ai tiré à la sarbacane des bouts de papiers machouillés, comme les autres. J'ai certainement été un beau
connard avec d'autres gamins, lire ici ou là. Mais j'ai été soigné. Depuis, je regrette presque
toutes mes conneries de gamin, et j'essaye d'enseigner à mes enfants de ne pas les faire à leur tour (et de se prémunir de celles des autres)!



Mes liens

Persos :

Etienne H. Boyer

Mon Flickr

Mon Dailymotion

Mon Facebook


Immersive Lab

Immersive Lab

E-commerçons

David Castéra

Pette Etcheverry

Richard Malterre

J-Pierre Etchegoyhen

 

CLP :

la vie rennaise (Blog de Manon)

Asso interdépartementale des CLP

Glossaire journalistique

Obtenir la carte de presse

Le droit et l'image

CLP : ce qu'en dit l'URSSAF

PresseNews

le site de GBR

Categorynet

Le site d'Estelle, écrivain public et CLP

Le BloG de Sharon

Le BloG de Flo

Le BLoG de Cadichon001

Le BloG d'un autre CLP énervé

Le BLoG de J-L. Modat

 

Écrire :

Dictionnaire

Encyclopédie libre

Synonymes

Conjugueur

Grammaire

Locutions

Proverbes

Traducteur universel

Ponctuation!!!

Retourne au CM1!

 

Pays Basque/Béarn :

Les éditions Le Grand Chardon - Atobelarra

Paroles d'écolos
Le forum du SAM

Pirenifoto

Barnekaldedik

La Communauté de communes Xiberoa

Karaté Mauléon

Le BLoG de Bil Xokoa

Ekhi Electronic

Langues au chat

Mairie de Mauléon-Soule

Commune d'Ordiarp

Radio Xiberoko Botza

 

Mes potes :

Le BloG de LaureG

L'autre BloG de LaureG

Le BLoG de Cyclotor

Le BLoG de Maaatch

Le BLoG de "monsieur"

Le BLoG de Laurent Caudine

PireniFoto BloG

Pruneau cuit, pruneau cru...

 

J'en suis fan :

Le BloG de Laurel

le site de Peggy Cardoso

le site de Peio Serbielle

Les "pensements" de Laurent Caudine

Le site de Marc Large

Xan de L'ours

Dessins de presse de Large

Sigrid Daune, aka Willow Ahn

Matthew Tyas

 

L'info, la vraie :

Rue89

AgoraVox

Médiapart

la Mèche

France Info

 

Ecolos :

Covoiturage 64

Collectif Anti-OGM du Pays Basque

Réduire nos déchets

La cuisine Amapienne!