Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Xiberoland - ex CLP64
  • Xiberoland - ex CLP64
  • : Ce blog est celui d'un ex-correspondant local de presse des Pyrénées Atlantiques vivant en Soule, écrivaillon, gribouilleur et web-addict à ses heures. Mais surtout très casse-pieds...
  • Contact

Un peu de pub perso...

 l'infection

"L'infection T1 : Contage",
par Etienne H. Boyer


Éditions Astobelarra - le Grand Chardon

EN SOLDE! 9 euros, 378 pages, format 11.5x20

Le blog officiel du livre


Genre : roman fantastique

 

Résumé : Patrice est tombé amoureux de Mathilde, une jeune femme qui vient d'arriver en Soule. Lui est tout sauf un Don Juan, mais il a plus d'un tour dans son sac, malgré les apparences...
Il va contourner ses défauts rédhibitoires grâce à Internet. Mais il va vite apprendre que tout se paie, en ce bas- monde.
Rencontré dans un monde virtuel en trois dimensions, un génie digital exauceur de voeux va se charger de le lui rappeler, en l'entraînant dans une spirale cauchemardesque sans fin...


Commander le livre

 mauvais-berger

"Mauvais berger!",
par Etienne H. Boyer


Éditions Astobelarra - le Grand Chardon

10 euros, 90 pages, format A5

Le blog officiel du livre


Genre : tranche de vie

 

Résumé : Afin de s'installer en tant que berger, Etienne suit une formation agricole qui le conduit à effectuer des stages dans l'exploitation d'un berger éleveur en estives, dans les Pyrénées.
Mais petit à petit, le rêve de notre héros "néo-rural" s'émiette : les conditions de vie dans la bergerie sans confort sont difficiles, et le travail harassant est nullement reconnu.
Mais tout ceci ne serait rien sans les brimades de... la bergère!

 

Ce qu'en dit la presse :

 

Journal du Pays Basque, 12 avril 2008 : "(...) le style descriptif et le langage parfois cru donnent un ton réaliste à ce récit sans concession".

SudOuest, le 17 avril 2008 : "(...) un texte illustré par l'auteur lui-même, plein d'humour et d'autodérision (...)".

 

La Rébublique des Pyrénées, le 24 avril 2008 : "Une tranche de vie où toute ressemblance avec des personnages et des faits ayant existés n'est pas fortuite..."

Magazine Vent d'Oc, septembre 2008 : "Une lecture qui se fait à la vitesse de la lumière, tant l'on veut savoir à quelle sauce sera mangé ce néo-rural!!!"


Commander le livre

Rechercher

DARK XIBEROA

 

17 septembre 2015 4 17 /09 /septembre /2015 13:32

J'ai halluciné hier, en découvrant que mon collègue le plus troll d'Immersive Lab, Romain, voyait tous mes statuts Facebook s'afficher dans sa timeline, en temps réel. Ce que je publie, mais pire encore : ce que je like et ce que je commente! "Etienne, va falloir que t'arrêtes Facebook!", il m'a dit. "Je vois QUE toi, si bien que je n'ai plus l'impression d'être Romain L., mais Etienne Boyer, tsé?". Et Yannick (un autre développeur de la boite) de rajouter, comme si ça ne suffisait pas : "Eh ouais, c'est ça quand on est imbu de sa personne... On cherche toujours à imposer sa vie privée aux uns et aux autres..." Gna gna gnaaa...

Alors, intrigué quand même, j'ai voulu vérifier. Et là : WHAT THE FUCKING FUCK! C'était vrai!
Pour garder la face, j'ai charrié Romain en le traitant d'espion à la solde du patronat. Puis j'ai tenté un: "en vrai, t'as pas d'ami à part moi, c'est pour ça, hein?" qui n'a fait rire que moi. Je me suis demandé s'il ne m'avait pas mis en favori par erreur, mais après contrôle : même pas, en plus! Le constat est sans appel : Facebook me traque et informe tous mes "amis" de ce que je fais, dis, pense, regarde, écoute, aime... Je suis sûr qu'il peut même en déduire quand je vais aux chiottes grâce au temps d'inactivité entre mes publications de statuts

Tenez, rien qu'aujourd'hui, je me suis dit : "je vais rien faire, pour l'expérience. Je ne vais liker personne ni commenter personne et surtout ne rien publier!" Mais ô surprise, ce midi, tandis que je regardais tranquillement le premier épisode de la deuxième saison de Z Nation, un de mes contacts a liké (aimé) une photo que j'avais publiée en juillet dernier (c'est vrai qu'elle est classe, cette image : voir ci-après). Aussitôt, comme si c'était LA nouveauté du jour, THE BIG THING, tout le monde se met à la liker et à la commenter! Qu'on soit clairs : je suis content que mes amis Facebook aiment ce cliché. Mieux vaut tard que jamais ^^.

Mais ça veut dire que quoi que je fasse - ou ne fasse pas d'ailleurs, tous mes contacts ont vu cette photo PARCE QU'elle avait été likée! Par contre, mon article ultra-chiadé d'hier, lui, il semble avoir laissé plein de monde indifférent. Et ça... ça, ça me... Grrrrr!!!

Bon, je vais pas cracher dans la soupe, hein, mais j'avoue que c'est un peu gênant quand même. J'ai l'impression de ne rien maîtriser. C'est comme si je me trimbalais à poil dans les rues de Mauléon! Sans compter que ça fait vraiment "type qui ne fout strictement rien de sa vie à part Facebooker"! Je comprends mieux pourquoi mon gamin répond toujours "glander sur Facebook" quand on lui demande ce que je fais comme job... Bref, c'est tellement gênant que j'ai songé (une nouvelle fois) sérieusement à virer de ma vie cette saloperie chronophage et envahissante (je parle de Facebook, pas de mon fils...)Je suis sûr qu'on serait nombreux à y gagner ^^. 

Mais du coup, je risque de reperdre de vue de vrais amis que j'ai retrouvés (ou des nouveaux amis que j'y ai trouvés) et dont je suis les statuts à présent, grâce à ce "réseau social" fourbe. Sans compter que ça me permet aussi de garder un oeil sur mes gosses, sans en avoir l'air...
Chuis piégé : fait chier, tiens!

Carla et moi à la cascade de Pista. Instant de félicité fixé dans l'éternité du web.

Carla et moi à la cascade de Pista. Instant de félicité fixé dans l'éternité du web.

Repost 0
Published by E.H.BOYER - dans BRÈVE DE COMPTOIR...
commenter cet article
16 septembre 2015 3 16 /09 /septembre /2015 12:50

Ce billet est en quelque sorte une resucée d'une "conversation" que j'ai eue hier sur Facebook, au sujet des dessins de Charlie Hebdo de la semaine dernière. Et notamment de celui que vous pouvez voir reproduit ci-dessous. Grosso modo, je réagissais à cet article du Nouvel Obs, lequel reprenait entre autre les commentaires (publiés sur les réseaux sociaux) des gens choqués par ces dessins, qu'il aurait fallu prendre au second degré, comme d'habitude. Encore une polémique hypocrite et stérile. Encore l'arbre qui cache la forêt...

Alors pourquoi je défends ces dessins? Restons calmes : ça vient de Charlie Hebdo, pas de Marine LePen ou de Nadine Morano. Ce n'est pas une histoire d'obédience à une tendance politique. Charlie Hebdo n'a aucune obédience, si ce n'est celle de la dérision, du parti pris de l'humour noir peu importe le sujet. "On peut rire de tout mais pas avec tout le monde", disait Desproges. Et ça se confirme ^^. 
L'art de la satire, ce n'est pas de chercher à faire le buzz à tout prix, mais c'est justement de savoir désacraliser le sujet (aussi odieux soit-il) par l'humour (fut-il très noir), tout en pointant du doigt les dysfonctionnements de notre société. Et si ça vous choque encore, c'est que décidément, vous n'êtes vraiment pas Charlie!

Quand vous êtes plus scandalisé par un dessin que par ce qu'il représente, c'est vous qui avez un problème. Car enfin, il faut réfléchir au sens profond du dessin, pas au traumatisme du petit garçon mort, qu'une bande de bouffons ne respecte même pas. Sinon, on devient exactement comme ceux qui s'offusquent et prennent les armes quand ils voient une caricature de Mahomet... Ceux qui ont découvert Charlie Hebdo après les attentats n'ont pas l'habitude qu'on raille un sujet qui leur tient à coeur, c'est tout. 

Sinon, à part ça, j'ai moi aussi deux enfants et j'ai été davantage choqué par la publication outrancière de la photo originelle et le battage médiatique qui en a été fait, mais surtout par les hoaxes dégueulasses de sites complotistes et les réactions à vomir de la fachosphère qui ont suivi, que par ce dessin. Pour tout dire, j'ai été davantage choqué (esthétiquement parlant) par le triste clip de soutien de Francis Lalanne que par ce dessin. En même temps, il lui restait quoi d'autre comme option, à Francis, pour faire parler de lui, hein? Bref...

Justement, celui-là de dessin, il sonne très juste et nous met le nez bien profond dans notre caca. Dans le même numéro de Charlie, il y a pléthore d'autres dessins sur le même thème, dont certains pas toujours aussi réfléchis... Bizarrement, c'est celui-ci, qui a le plus de sens, qui est cloué au pilori.
Pour moi, dans la caricature dessinée - surtout quand elle vient de là et qu'elle est aussi élaborée - il n'y a pas de sujet tabou. Je vais m'autoriser une petite digression : si je devais comparer mon sentiment sur cette affaire à un autre évènement qui a eu lieu en parallèle (mais qui n'a aucun rapport), ce serait au procès Bedos/Morano. Les juges ont estimé que venant de l'humoriste, les mots "Connasse" et "Salope" prononcés lors d'un spectacle à l'encontre de l'Eurodéputée "Les Républicains" n'étaient pas plus outranciers que d'habitude, et qu'il restait donc dans son personnage de comique. Alors que certains s'insurgent, je suis à titre personnel assez d'accord avec ce verdict, que je trouve juste (pour diverses raisons, mais revenons à notre sujet). 

Je ne dis pas : ça aurait été dessiné par le caricaturiste de "Minute", j'aurais tiqué, comme tout le monde parce qu'à part ceux qui ont de la merde dans les yeux et des prothèses PIP à la place du cerveau, on sait tous très bien ce qu'il y a derrière le FN...
Non, là, le but de Charlie est de nous faire réfléchir avant tout. Nous mettre brutalement devant nos contradictions, nous faire secouer nos méninges et notre culpabilité pour pouvoir évoluer (en mieux). Pas pour reproduire les mêmes comportements fermés qu'on dénonçait tous (ou presque) au lendemain du 7 janvier 2015!

En vrai, ce dessin de Riss, il dénonce une vérité qui dérange. Une vérité certes cruelle et qui fait mal au cul, mais bien présente. 
Cette vérité, c'est que l'Europe n'en a rien à foutre des migrants. Pire : elle n'en veut pas! Elle préfère quadriller son territoire de MacDo (symbole absolu de 
l'exploitation de l'homme par l'homme, de la malbouffe, de la superficialité, bref, du cancer qui pourrit notre société de l'intérieur pour le Dieu du fric) plutôt que de venir en aide à des êtres humains qui fuient l'horreur. Une Europe hypocrite qui hurle au "scandale" et au "grand malheur" quand un enfant noyé est exposé dans toute la presse, mais qui au final... ferme ses frontières pour ne pas avoir à partager ses hamburgers/frites! C'est ça qu'il montre, ce dessin. Il dit tout simplement : "tout ça pour ça"? 
Là où vous voyez un outrage, moi, je vois un (dernier) hommage au courage et à l'aveuglement de ces familles de réfugiés prêtes à mourir... pour quoi au juste?
 L'idée qu'on se fait du paradis, c'est très relatif, finalement, comme le tweete la dessinatrice de Charlie Hebdo, Coco.

Alors non, je ne suis pas scandalisé. J'ai peut-être juste un peu honte de trouver ce dessin très bon, ça je vous le concède, mais sinon, quoi d'autre? 
Ensuite, que voulez-vous que je vous dise : je n'ai pas ce rapport de crainte/respect avec la mort que tout le monde semble avoir hérité des religions judéo-chrétiennes. D'aucuns diraient que c'est parce que la mort du petit Aylan ne me touche pas directement. Mais ce serait une erreur de penser ça. Elle m'a touché, comme à tous ceux qui ont un coeur. Et je n'ai pas oublié la photo ni l’écœurement qui m'a étreint quand je l'ai vue. Oui, j'ai pensé à mes propres enfants. Mais maintenant, vient le temps de prendre du recul sur l'émotion. De relativiser pour mieux réfléchir. De réfléchir pour réaliser ce qu'on est en train de faire de notre société et ce qu'on est en train de devenir à titre personnel, pour essayer d'inverser la tendance, si toutefois c'est encore possible.

Et Je crois que l'humour, justement, c'est ce qui nous rend la vie plus supportable.
Quand tout part en couilles, il ne nous reste plus que ça : en rire. Si vous ne deviez conserver qu'une seule habitude dans votre vie, ce devrait être celle-là! Et ce n'est pas du cynisme. 

Voilà mon point de vue. 

Rire, c'est tout ce qui nous reste quand il n'y a plus rien.
Repost 0
Published by E.H.BOYER - dans LU - VU & ENTENDU...
commenter cet article
14 septembre 2015 1 14 /09 /septembre /2015 19:00

Suite à la publication d'un détournement de l'affiche officielle du dernier "Rallye des cimes" sur ce blog, et suite à ma prise de position CONTRE la chasse (notamment sur Facebook) et la corrida, certaines personnes m'ont fait part de leur inquiétude à mon sujet : à les entendre, je prendrais des risques et tout le monde va finir par me détester en Soule. 

Je tiens à préciser que mes prises de position à ces sujets précis ne sont pas récentes. Ceux qui suivent ce blog le savent. Ce n'est pas comme si c'était la première fois que je disais ce que je pense de toutes ces "traditions", qui sont comme autant de religions (avec ses modérés mais aussi et surtout ses intégristes) en Soule et dans le monde. Je ne crois pas avoir jamais donné l'habitude à quiconque de mon silence. Je n'ai JAMAIS trompé quiconque sur la marchandise ni jamais rampé devant quiconque aurait une plus grosse gueule que moi. Les élus et quelques patrons locaux me connaissent et certains marmonnent encore dans leurs barbes lorsqu'ils croisent fortuitement mon chemin. Il faut croire que j'ai eu la main leste avec le martinet de ma plume et il y en a qui ont encore le fessier cuisant, presque dix ans plus tard...

Fort heureusement, la Liberté d'expression, droit fondamental de notre société (Cf : Article 19 de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme, très bien encadré par la Loi française) m'autorise à dire tout haut ce qui me trotte dans la tête sans pour autant que la population ne plébiscite mon lynchage en place publique et sans qu'un ayatollah local ne vienne m'égorger (moi et toute ma famille sur 7 générations) pendant mon sommeil. 
 


Alors oui, vous avez le droit d'aimer la corrida, la chasse ou le rallye des cimes. Je n'empêche personne de vivre sa passion et je ne vais pas aller crever les pneus ou ensabler les réservoirs de vos 4x4, que vous soyez pilote ou bécassier. Mais moi, j'ai tout autant le droit de dire tout haut que je trouve ça nul, que ce sont des traditions d'un autre âge et que, tôt ou tard, vous serez tous OBLIGÉS de devoir vous en passer parce que l'avenir de la planète, il est là! Et de plus, c'est l'évolution logique de l'humanité que d'arrêter de tout péter pour votre bon plaisir! 
Et le plus dingue, c'est que je peux affirmer tout ça tout haut et sans avoir peur ou honte de mes opinions, puisque c'est mon droit le plus strict. Car sachez-le : dans l'absolu, mes opinions valent autant que les vôtres. 

Donc les remarques et les menaces (jamais en face et jamais directement à l'intéressé, évidemment), ou les conseils avisés plus ou moins dispensés sur le ton de l'humour, en vérité je vous le dis : j'en ai rien à branler! (Sérieux!) ^^
Aussi, faites comme moi : dites-vous que tout ce que je raconte, ça n'a aucune espèce d'importance! Et si vous prenez mes remarques à coeur, eh bien... C'est que peut-être que j'ai raison, quelque part, finalement! Vous savez ce qu'on dit? "Celui qui se sent morveux, qu'il se mouche"! Dont acte.

 

Repost 0
Published by E.H.BOYER - dans AVIS AU LECTEUR
commenter cet article
9 septembre 2015 3 09 /09 /septembre /2015 12:33

Ça vous arrive, parfois, de sentir une odeur insoutenable flotter dans l'air et de vous surprendre en train de renifler vos propres vêtements, histoire d'être sûr qu'elle ne vient pas de vous, non? J'en connais même qui passent leur temps à vérifier leur haleine... C'est assez comique, en fait, comme gestuelle. Bref...
En ce moment, je ne sais pas ce que j'ai, je me sens un peu comme si TOUT puait la merde. Soyons clairs : ça ne sent pas vraiment pire qu'avant, hein? Dieu merci, personne n'a encore chié sur mon siège de bureau, dans ma boite à gants ou dans mes pompes. Mais le ressenti est le même. C'est une odeur virtuelle résiduelle, un peu comme si j'avais visité une station d'épuration il y a trois jours et que je sentais encore ses effluves poisseuses incrustées dans mes poils de nez.
Je me sens sale jusque sous la dure-mère, sauf qu'évidemment c'est faux, vous voyez l'idée?

C'est une odeur pourrie de société en pleine déliquescence, mais qui, noyée dans la technologie et la superficialité, ne s'en rend même plus compte. Au fil des siècles, on s'est tellement reproduits entre nous qu'on ne se voit même plus tel qu'on est, on ne s'entend même plus dire et écrire des obscénités (comme ces maires qui clament qu'ils veulent bien des réfugiens syriens seulement s'ils sont chrétiens) et les répandre sans aucun scrupule sur la toile (comme ces sites complotistes qui prétendent que la mort d'Aylan Kurdi est un montage), tout ça de façon exponentielle. Car c'est de pire en pire chaque jour, comme si on faisait le concours du plus con, du plus monstrueux. C'est même vertigineux.
On est en 2015 et j'ai l'impression d'assister, impuissant, à l'inexorable chute de Rome. C'est quoi le prochain stade? C'est quand le climax? Va t-on enfin se réveiller? Va t-on oser s'arrêter dans cette course funeste au plus abruti?

"Ça sent le sapin" et je me dis : que reste t-il à sauver? L'effort en vaut-il la peine?

Assis sur l'horizon du trou noir, témoin mal à l'aise dans mon costume étriqué de misérable humain, ému et honteux jusqu'à la nausée, tantôt indigné tantôt incrédule, j'observe notre vieux monde au bord de l'implosion.

Comme un subtil parfum de station d'épuration...
Repost 0
Published by E.H.BOYER - dans COUP DE DÉPRIME...
commenter cet article
4 septembre 2015 5 04 /09 /septembre /2015 13:54
Et surtout, un bon ouïkène, hein? #RallyeDesCimes2015
Repost 0
Published by E.H.BOYER - dans INFOGRAPHIES
commenter cet article
3 septembre 2015 4 03 /09 /septembre /2015 12:30

Quitte à entrer en parfaite contradiction avec ce que j'ai écrit dans le billet précédent, autant aller au fond des choses et avec un peu de véhémence, ça fait pas de mal...


Face aux récents évènements concernant les réfugiés qui fuient Daech et autres monstruosités, je suis outré, indigné, j'ai la nausée et j'ai honte. Honte pour moi, honte pour nous, européens, humains qui ne faisons rien à part nous plaindre d'un sort globalement enviable.

J'ai honte qu'on ait laissé faire ça et qu'on continue à justifier ça. D'abord le camion transportant 71 personnes abandonnées au bord d'une autoroute et retrouvées mortes étouffées, baignant dans leurs jus putréfiés. Ensuite ces enfants syriens noyés, échoués sur une plage turque. Des petits enfants - presque des bébés - qui voulaient juste vivre une vie normale avec leur famille, loin de l'horreur indicible à laquelle ils tentaient de survivre au quotidien. 

 

Oui j'ai honte. Honte d'avoir aidé à élire des dirigeants aussi nuls, mous comme des pets foireux, incapables de prendre la mesure de l'urgence ni aucune décision couillue, qui pourtant s'impose. Des élus encravattés qui - tous autant qu'ils sont - ne font que parader, prennent des postures et vont là où le vent du FN les pousse, comme autant de buissons d'amaranthe dans le désert. Inutiles, secs, morts à l'intérieur. Des hommes et des femmes politiques qui vendent des armes à l'oppresseur, et qui ensuite ne veulent surtout pas récolter la tempête d'opprimés qu'ils ont semée.

Pourritures! Marchands de mort! Le fléau de Daech, c'est VOTRE bébé! Un cancer qui continue de se répandre et que vous n'avez même pas la décence d'aller cureter, une bonne fois pour toutes. Là, pour construire des murs de barbelés et pour mobiliser des gardes mobiles et des militaires jours et nuit, vous trouvez des moyens financiers! Ces mêmes moyens, vous pourriez les mettre en commun avec tous les pays concernés et les utiliser pour étrangler Daech définitivement! Lutter contre la cause de tout ce marasme, et pas ses conséquences! 

 

Et puis j'ai honte d'entendre ou de lire les commentaires de nombre de mes congénères, tous aussi stupides et effrayants les uns que les autres. L'idée générale la plus récurrente et la moins radicale étant : "occupons-nous d'abord de nos SDF, de nos paysans, de nos PME, de nos problèmes, et Dieu sait qu'on en a déjà assez"... Comme si - sans pour autant les minimiser - nos problèmes pouvaient être opposés à (voire plus importants que) la situation d'urgence immédiate que vivent ces pauvres gens! Dès fois que ces "migrants" vous enlèveraient un peu de confiture sur vos tartines!

Est-ce que les personnes qui répètent à l'envi ces phrases ont conscience que c'est exactement l'argumentaire développé par Marine LePen?

Mais regardez-vous dans la glace, bande de salauds! Vous êtes prêts à dépenser sans compter votre argent durement gagné en conneries que vous jetterez sans regret l'an prochain, mais incapables de donner un euro, un sandwich, un vêtement, un toit, un sourire - ou ce que vous pouvez à votre niveau - à un réfugié politique parce que soi-disant : "on ne peut pas accueillir toute la misère du monde"! Elle est où, là, la France terre d'accueil, pays des droits de l'homme, de la Liberté, de l'Égalité et de la Fraternité?

Non, vous n'avez plus aucune empathie, aucune notion de l'urgence ni des priorités! Vous avez perdu l'essentiel... Et surtout, avec des idées poisseuses et puantes pareilles : vous n'êtes absolument pas Charlie!

Que vous ne fassiez rien pour les autres (je parle de ceux qui ont moins que rien et qui sont étrangers à vos cercles habituels), c'est une chose. Mais si c'est pour dire des atrocités de ce genre, de grâce : ayez la décence de garder dans vos bouches ces propos fétides, laissez tomber vos méprisables tweets fascisants et vos stylos à bile gluants et allez replanter votre tête blonde bien au chaud, profondément dans le sable, ou au plus près de votre nombril!

 

Cette photo, publiée à outrance sur tous les journaux aujourd'hui (et que je republie ici car c'est une image historique, destinée à ce que chacun - dans son petit pré carré confortable - prenne conscience de la réalité) me glace d'horreur, mais c'est vous, les jean-foutre au pouvoir et les "petites" gens égocentrées, sous-éduquées et deshumanisées qui m'emplissez de dégoût. 

La honte et l'opprobre sont sur moi, sur nous tous.
Repost 0
Published by E.H.BOYER - dans COUP DE GUEULE...
commenter cet article
5 août 2015 3 05 /08 /août /2015 12:30

Plus je prends de l'âge, et plus je trouve que je "me ramollis".

Physiquement déjà, c'est un fait avéré ; mais là, je parle surtout de ma capacité à m'indigner, à m'engager, à ruer dans les brancards comme je le faisais encore avec brio il y a moins de 10 ans. Il n'y a qu'à voir la fréquence à laquelle je publie sur ce blog aujourd'hui, ou les sujets que je traite...

Alors, sagesse ou vieillesse? Lacher-prise salutaire ou lâche embourgeoisement? Clairvoyance ou égoïsme cynique? Un peu de tout ça, je présume...

Il se trouve que je n'ai presque plus envie de me battre ou de défendre des idées. Parfois, je ressens comme un soubresaut, c'est vrai. Je vais réagir à tel ou tel acte/commentaire qui me gênent. Mais très vite, l'excitation va retomber comme un soufflet et je vais préférer tourner tout ça en dérision, même si le second degré n'est pas toujours bien compris. L'humour permet en général de trouver une échappatoire saine à un conflit stérile.

Mais je suis tellement atterré par ce que je lis - de plus en plus souvent - sur les réseaux sociaux ou dans la presse, par la désinvolture des gens, leur manque de logique, de culture, d'empathie et d'humanisme peu importe leur âge que ça me décourage complètement de faire des efforts. Je préfère boire pour oublier. 

Vous voulez un exemple concret? Quand j'entends des propos extrémistes de gens qui s'offusquent (à juste titre) parce qu'un de leurs congénères a enterré son chien vivant pour s'en débarrasser, mais qui parallèlement trouvent que "la corrida c'est sympa", et qui ne comprennent pas que je trouve ce spectacle aussi lamentable que l'esclavage ou l'excision. Un exemple parmi tant d'autres...

Aussi, à quoi bon réagir? A quoi bon râler, vexer les autres au point de se faire plein d'ennemis?

C'est du temps perdu. Je ne sauverai pas l'humanité de sa bêtise, de ses turpitudes, de ses croyances, de ses traditions stupides et de sa propension à surproduire, à croître, à tricher et à vouloir systématiquement détruire ou dompter tout ce qu'elle ne maîtrise pas. De même que je ne changerai pas le système, la société, l'argent roi, la corruption, le manque d'éducation des autres... J'ai réalisé que je n'avais pas ce pouvoir ni plus la volonté d'user ce qui reste de ma vie dans des combats perdus d'avance. Je n'y crois plus. J'abandonne...

Si j'arrive à sauver mes propres enfants de la misère intellectuelle et du néant culturel, de ce "No Future" béant qui semblent s'ouvrir juste sous nos pieds, ce sera déjà une bonne chose. Les autres...

Ben les autres, je vais désormais les laisser vivre (ou mourir) comme ils l'entendent. Tout ça n'a aucune espèce d'importance dans l'absolu, car en réalité, nous ne sommes rien.

Nous sommes même des moins que rien!

Alors restons zen, Peace and love.
Ne prenons pas les choses personnellement et surtout : n'oublions pas d'en rire... 

Photo Pixabay.com

Photo Pixabay.com

Repost 0
Published by E.H.BOYER - dans COUP DE DÉPRIME...
commenter cet article
15 mars 2015 7 15 /03 /mars /2015 20:30

Je me suis "remis à courir" au début du mois de décembre 2012. Je dis "remis à courir", parce qu'en vrai, je n'ai jamais autant couru que depuis cette date. Auparavant, c'était genre 3-4 km maximum, une fois par mois voire tous les deux mois? Et je parle de ça, mais ça date d'il y a 20 ans, parce qu'après mon arrivée en Soule, j'ai dû faire une dizaine de fois 6 tours du parc de Libarrenx et deux ou trois parcours autour d'Ordiarp, guère plus. Les courbatures et une prise de poids assez poussée ont vite eu raison de ma volonté très chancelante. 

Et puis 2012 est arrivé, avec son lot de surprises (dont j'ai déjà parlé précédemment). Pour résumer, je me suis d'un coup retrouvé célibataire, gros, déprimé, désargenté, fatigué, malade et souffreteux (j'avais des calculs dans la vésicule biliaire). Du coup, j'ai arrêté de manger du gras et du sucre. 
Je me suis habitué au café non-sucré, j'ai banni le saucisson et le chocolat de mon garde-manger, j'ai réduit drastiquement les portions (notamment à midi) et introduit plus de salades dans mon alimentation (Et du vin et de la bière, mais faut pas le dire). A ce moment-là, je m'étais aussi remis à fumer, pour compenser (ou par connerie). 

Simultanément, entre midi et deux, j'ai commencé à lever le cul de ma chaise de bureau pour faire de grandes marches dans Oloron, qu'il pleuve, qu'il vente ou qu'il neige. Je rentrais à 14 heures en empestant la sueur et j'embaumais le bureau! Le soir, je repartais marcher sur l'ancienne voie ferrée de Mauléon, ou les week-end autour de Cognac, chez mes parents. Le mois suivant, quelques jours avant mon opération de la vésicule biliaire, je m'étais déjà remis à courir plusieurs fois par semaines. Oh, pas longtemps hein? Je faisais à grand peine le tour de "l'hypercentre" (lol) de Mauléon. Même pas 3km. 

Mais petit à petit, j'ai commencé à perdre des kilos. Courir est devenu plus facile, moins douloureux, presque agréable. Je me suis acheté un peu de matériel (premier prix chez Décathlon, j'étais un peu dans la dèche à ce moment-là) pour m'exercer plus confortablement. Des chaussures Adidas plus légères, avec un meilleur amorti que des basket classiques, un lycra, pour garder les muscles chauds en hiver, etc. 
Après mon opération, j'ai eu 15 jours de convalescence, mais j'ai continué à marcher un peu, pour garder le rythme. Lorsque je me suis remis au running, j'ai été agréablement surpris de voir que finalement, je n'avais pas tout à recommencer depuis le début. Et puis tous les jours, sur la balance, j'ai pu constater les effets bénéfiques de mon nouveau mode de vie. Moralement aussi, j'allais mieux. Courir me permettait de remettre de l'ordre dans mes idées, ou de me vider la tête, selon. 

Lorsqu'en juillet 2013, je suis parti aux USA, je courais 2 à 3 fois par semaines entre 5 et 7 km par session. Là-bas, j'ai très peu couru (peut-être 3 ou 4 fois et pas très longtemps, parce que je m'étais fait une méga ampoule en parcourant New York en espadrilles - faut-il être couillon)... Mais j'ai beaucoup marché. J'ai eu fait pas loin de 40km par jour dans mes excursions à New York, à San Francisco et à Washington, sans compter les randonnées du côté de Seattle. Je dois être le seul français à avoir perdu 8kg en 1 mois de séjour aux USA!
Dès mon retour début août, je me suis remis sérieusement à courir. C'est là que je me suis rendu compte de la progression accomplie depuis mon départ. Je courais plus vite, plus longtemps et je récupérais très rapidement, sans souffrir. Je pouvais même courir tous les jours ou presque. Je faisais des sessions de 9, 14, 18 et même parfois de 30 km!
En réalité, je ne me forçais plus : j'en avais BESOIN. C'était comme si mes chaussures (j'avais entretemps troqué mes Adidas pour des Mizuno) m'appelaient dans leur placard : "Etienne! Chausse-nous!", qu'elles disaient. Et je m'exécutais.
Début novembre 2013, j'étais au top de ma forme. J'avais perdu 32 kilos et je me sentais prêt à changer de vie. Quelques jours plus tard, je rencontrais Carla <3 <3 <3

A partir de ce moment-là, j'ai arrêté de fumer, commencé à réintroduire de la nourriture plus riche dans mon alimentation (Txistorra et andouille de chez Loge, cacahuètes Bénénuts... hum) et à réduire le nombre de sessions de running par semaine (ça prenait trop de temps sur ma vie de couple - et puis bon... Je suis flemmard de nature!).
Et c'est là que, insensiblement, j'ai commencé à reprendre du poids. Du gras, en fait. En février 2014, j'ai couru les foulées souletines. A la mi-mars suivante, j'ai couru en montagne, de logibar à Pista, puis de Pista à Ardane, puis de Ardane à Larrau et retour à Logibar en 5 heures. Je me sentais encore assez bien, physiquement, à l'époque. 
Mais quelques jours plus tard, en partant courir sur mon itinéraire de 18 km Mauléon/Menditte/Garindein, j'ai senti une grosse pointe douloureuse à l'avant du mollet gauche. J'ai découvert mes premières vraies douleurs de coureur avec cette périostite tibiale qui a mis plusieurs mois à se résorber (jusqu'à décembre 2014)... Il a quand même fallu que je réduise pas mal la fréquence de mes courses, et du coup, j'ai encore pris du gras : 17 kilos aujourd'hui...

Et prendre du poids, c'est pas bon du tout pour un coureur : d'abord parce que le choc et les vibrations à chaque pas sont augmentés d'autant (donc les douleurs au périoste - et autres - aussi), ensuite parce qu'on a chaud très vite et qu'on s'épuise aussi très vite. Le souffle se raccourcit, on est moins résistant aux efforts, on se blesse encore plus facilement, etc. Bien sûr, comme on y perd au niveau performances, on perd la motivation. Pas l'idéal pour un flemmard...
Après la périostite, j'ai eu droit au "genou du coureur" en novembre 2014, et plus récemment au "syndrome de la bandelette" à la hanche, mais j'ai quand même refait les foulées souletines il y a 2 semaines, dans cet état... 

Alors oui, pourquoi je cours, si ça fait si mal? Pour le score? Pour la santé (morale, sinon physique)? Pour rester à peu près désirable (pour ma compagne)? Y trouverais-je du plaisir, finalement? Je ne sais pas trop, au juste. Mais je remarque que quand je suis stressé et que je chausse mes Mizuno, c'est comme une remise à l'heure des pendules. Même quand je me fais bobo, j'ai une sensation de plénitude après l'effort. Seraient-ce ces fameuses endorphines qui parcourent mon organisme? Toujours est-il qu'au bout de 35 à 40 minutes de course, il y a comme une sorte de seuil qui fait que, si je ne me blesse pas (cheville tordue, crampes intempestives - heureusement, c'est assez rare...) et si je garde le même rythme (pas d'accélération de fangio pour épater un/une autre coureur que je croise), je peux courir longtemps, très longtemps, comme le lapin de Duracell. Et plus je cours longtemps, plus forte est cette sensasion de décrassage du cerveau qui fait que je supporte mieux la vie de tous les jours et les interactions - parfois rudes - avec les autres... 

Titi à l'arrivée aux foulées souletines 2015!

Titi à l'arrivée aux foulées souletines 2015!

Repost 0
Published by E.H.BOYER
commenter cet article
9 mars 2015 1 09 /03 /mars /2015 09:45

Bizi ! Xiberoa vous invite à la vraie fausse inauguration officielle de la première voie cyclable et piétonne de Soule.
Rendez vous à 17 heures le samedi 14 mars à l'entrée de la promenade à Viodos sur l'ancienne voie ferrée. Venez nombreux avec vos vélos et vos chaussures de marche.
En cas de pluie, repli au kiosque de la place des Allées de Mauléon.
Merci de faire circuler l'affiche et cette information le plus largement possible.

Bizi! Xiberoak kümitatzen zütü Xiberoko lehen bizikleta eta hoinezkoen bizikleta bidearen egiazko faltsüzko estreinaldi ofizialilat.
Hitzordüa martxoaren 14ean, neskenegünareki, arrestiriko 5 orenetan, Bildozeko paseatze abiatzean, leheneko tren bidean. Zaizte saldoan züen bizikletekin eta ebilteko oskiekin.
Ebia balitz, hitzordüa Mauleko plazako kioskoan.
Informazione hau ahal oro zabal ezazüe. Eskerrik hanitx.

Bizi! Xiberoa inaugure sa première voie cyclable et piétonne
Repost 0
Published by E.H.BOYER - dans VERT DE RAGE
commenter cet article
6 mars 2015 5 06 /03 /mars /2015 20:30

Parfois, j'hallucine des horreurs que je peux lire sur Facebook. Je ne sais pas ce qui est en train de se passer dans la tête des gens, mais j'ai l'impression que leurs esprits sont de plus en plus possédés par les LePen. Avant, il me semble que seuls les gros abrutis osaient employer un langage ouvertement raciste (donc au premier degré) en public. Mais maintenant, c'est comme qui dirait "passé dans les moeurs". Et ça va carrément de l'incitation à la bastonnade jusqu'à la glorification de "la solution finale" (sic), tout ça de façon très décontractée et en toute impunité (relative, peut-être?)... On se croirait presque dans un vieux reportage en noir et blanc sur l'Allemagne du début des années 1930, non?

Entre les vomissures néonazies des miliciens de la FNSEA à l'encontre des zadistes de Sivens et les crachats xénophobes des bons français à l'endroit des universitaires musulmanes voilées, je crains que notre bonne vieille société occidentale ne soit en train d'atteindre sa phase critique, celle où une simple petite poussée (d'extrême droite - fière et décomplexée, même plus rampante) peut tout faire basculer dans un vide étourdissant et sans espoir de retour.

Je commence à avoir peur... Pas des écolos radicaux ni des musulmans, mais de mon propre peuple. De ces si bons "français de souche" (j'adore cette expression désuète qui n'a aucun sens, si on regarde les choses objectivement) qui se lèvent tôt, qui travaillent, qui vont aux champs, qui pensent que Marine LePen va "sauver la France"... Un peuple tellement auto-reproduit qu'il en a le discernement altéré et l'humanisme moribond. 

*****

Il y a quelques mois déjà, je racontais à ma compagne un cauchemar que j'avais fait, une nuit pas si lointaine. Je m'y activais à rassembler des pièces pour me constituer une armure de combat : je dévalisais un Decathlon et un bricomarché... Un casque et des protections de roller et de hockey, des protège tibias de foot, une coquille de karaté, des lunettes de ski pour  me protéger des gaz au poivre, et je prenais aussi des battes de baseball, au cas où. Et puis des couteaux (plein), et des hachettes... Tout ça parce qu'une guerre civile était sur le point d'éclater en Europe, et que pour survivre, pour protéger les miens de la voracité des autres, je devais devenir un genre de forteresse prête à donner tous les assauts, à commettre toutes les exactions. Rêve prémonitoire? 

Je sais ce que vous vous dites : "tu regardes trop the Walking Dead, ça te monte à la tête..." C'est possible. J'espère que vous avez raison. Ce serait très certainement un moindre mal. 

*****

Jusqu'à la semaine dernière, je me demandais si j'allais aller voter aux élections départementales. Je me disais : "bah, c'est nul, ça sert à rien, et puis c'est encore Jean-Pierre Mirande qui sera élu" (Jean-Pierre Mirande étant l'archétype même du notable centriste élu et réélu et ainsi de suite jusqu'à ce qu'il soit trop âgé et qu'il soit remplacé par un plus jeune, mais du même sérail, ou presque). Oui. Probablement qu'il sera réélu, mais pas sûr. Et ce serait aussi un moindre mal, si on regarde bien...
Je n'ai pas encore reçu tous les papiers des divers candidats de "la montagne basque". Je sais qu'en face, il y aura entre autre une liste PCF/Front de gauche emmenée par Pierre Etchecopar et une liste divers gauche emmenée par Ruben Gomez. J'ai aussi vu passer une liste EAJ/PNB (démocrates-chrétiens basques). Mais il reste encore quelques jours pour recevoir le torchon nauséabond d'un éventuel candidat bleu marine... 
Et puis on nous rabache tellement que le Front National sera en tête au premier tour! Marine LePen elle-même en jouit directement à l'antenne! Et si ce n'étaient que les politiques ou les journalistes... Mais les propos fascisants relevés sur Internet sont tellement effrayants! Au delà de tout ce que je pouvais imaginer au 21ème siècle... 

Alors oui, je vais aller voter, parce que c'est l'abstention qui donne des ailes au FN, pas la "profusion des listes" ni la "diffusion des voix". Je ne sais pas encore pour qui je vais voter, certes, mais le jour J, je vais bouger mon gros cul jusqu'à la mairie et glisser la liste que j'ai choisie dans la fente ouverte. Une liste qui sera forcément de gauche, mais qui s'ajoutera à celles des autres, contre la montée du Front National dans mon département, dans mon pays, sur ma planète. 

*****

En attenant, je voudrais que vous regardiez ces images. C'est sans risque, promis : c'est du Pink Floyd. Elles s'adressent à tous les français en âge d'aller aux urnes, pas uniquement à ceux qui vont voter aux départementales du pays basque. 
 

Voilà ce que ça ouvre comme perspective, le Front National. Voilà ce que c'est, le vote Bleu Marine. N'en doutez pas... 

Repost 0
Published by E.H.BOYER - dans VERT DE RAGE
commenter cet article

Mes liens

Persos :

Etienne H. Boyer

Mon Flickr

Mon Dailymotion

Mon Facebook


Immersive Lab

Immersive Lab

E-commerçons

David Castéra

Pette Etcheverry

Richard Malterre

J-Pierre Etchegoyhen

 

CLP :

la vie rennaise (Blog de Manon)

Asso interdépartementale des CLP

Glossaire journalistique

Obtenir la carte de presse

Le droit et l'image

CLP : ce qu'en dit l'URSSAF

PresseNews

le site de GBR

Categorynet

Le site d'Estelle, écrivain public et CLP

Le BloG de Sharon

Le BloG de Flo

Le BLoG de Cadichon001

Le BloG d'un autre CLP énervé

Le BLoG de J-L. Modat

 

Écrire :

Dictionnaire

Encyclopédie libre

Synonymes

Conjugueur

Grammaire

Locutions

Proverbes

Traducteur universel

Ponctuation!!!

Retourne au CM1!

 

Pays Basque/Béarn :

Les éditions Le Grand Chardon - Atobelarra

Paroles d'écolos
Le forum du SAM

Pirenifoto

Barnekaldedik

La Communauté de communes Xiberoa

Karaté Mauléon

Le BLoG de Bil Xokoa

Ekhi Electronic

Langues au chat

Mairie de Mauléon-Soule

Commune d'Ordiarp

Radio Xiberoko Botza

 

Mes potes :

Le BloG de LaureG

L'autre BloG de LaureG

Le BLoG de Cyclotor

Le BLoG de Maaatch

Le BLoG de "monsieur"

Le BLoG de Laurent Caudine

PireniFoto BloG

Pruneau cuit, pruneau cru...

 

J'en suis fan :

Le BloG de Laurel

le site de Peggy Cardoso

le site de Peio Serbielle

Les "pensements" de Laurent Caudine

Le site de Marc Large

Xan de L'ours

Dessins de presse de Large

Sigrid Daune, aka Willow Ahn

Matthew Tyas

 

L'info, la vraie :

Rue89

AgoraVox

Médiapart

la Mèche

France Info

 

Ecolos :

Covoiturage 64

Collectif Anti-OGM du Pays Basque

Réduire nos déchets

La cuisine Amapienne!