Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Xiberoland - ex CLP64
  • Xiberoland - ex CLP64
  • : Ce blog est celui d'un ex-correspondant local de presse des Pyrénées Atlantiques vivant en Soule, écrivaillon, gribouilleur et web-addict à ses heures. Mais surtout très casse-pieds...
  • Contact

Un peu de pub perso...

 l'infection

"L'infection T1 : Contage",
par Etienne H. Boyer


Éditions Astobelarra - le Grand Chardon

EN SOLDE! 9 euros, 378 pages, format 11.5x20

Le blog officiel du livre


Genre : roman fantastique

 

Résumé : Patrice est tombé amoureux de Mathilde, une jeune femme qui vient d'arriver en Soule. Lui est tout sauf un Don Juan, mais il a plus d'un tour dans son sac, malgré les apparences...
Il va contourner ses défauts rédhibitoires grâce à Internet. Mais il va vite apprendre que tout se paie, en ce bas- monde.
Rencontré dans un monde virtuel en trois dimensions, un génie digital exauceur de voeux va se charger de le lui rappeler, en l'entraînant dans une spirale cauchemardesque sans fin...


Commander le livre

 mauvais-berger

"Mauvais berger!",
par Etienne H. Boyer


Éditions Astobelarra - le Grand Chardon

10 euros, 90 pages, format A5

Le blog officiel du livre


Genre : tranche de vie

 

Résumé : Afin de s'installer en tant que berger, Etienne suit une formation agricole qui le conduit à effectuer des stages dans l'exploitation d'un berger éleveur en estives, dans les Pyrénées.
Mais petit à petit, le rêve de notre héros "néo-rural" s'émiette : les conditions de vie dans la bergerie sans confort sont difficiles, et le travail harassant est nullement reconnu.
Mais tout ceci ne serait rien sans les brimades de... la bergère!

 

Ce qu'en dit la presse :

 

Journal du Pays Basque, 12 avril 2008 : "(...) le style descriptif et le langage parfois cru donnent un ton réaliste à ce récit sans concession".

SudOuest, le 17 avril 2008 : "(...) un texte illustré par l'auteur lui-même, plein d'humour et d'autodérision (...)".

 

La Rébublique des Pyrénées, le 24 avril 2008 : "Une tranche de vie où toute ressemblance avec des personnages et des faits ayant existés n'est pas fortuite..."

Magazine Vent d'Oc, septembre 2008 : "Une lecture qui se fait à la vitesse de la lumière, tant l'on veut savoir à quelle sauce sera mangé ce néo-rural!!!"


Commander le livre

Rechercher

DARK XIBEROA

 

24 juin 2008 2 24 /06 /juin /2008 21:47

- Septembre 1975. J’ai à peine quatre ans. Je suis en seconde année de maternelle à l’école Jean de La Fontaine, à Cognac. Mon institutrice s’appelle Madame Rouchette. Je ne l’aime pas, je trouve qu’elle est méchante avec moi. Pour me venger, je l’appelle « Madame Fourchette » dans son dos. Je trouve que ça va mieux avec son visage anguleux !
Et puis d’abord, je n’aime pas l’école, c’est décidé ! Il y a tellement de choses plus intéressantes à faire dans la vie, que d’aller s’enfermer dans une salle de classe puant la colle et la craie ! Heureusement qu’il y a la récréation. J’y retrouve ma copine Caroline, et mon copain Raynald, et on peut s’amuser, sans se soucier de l’autorité des maîtresses, qui discutent tranquillement entre elles. A l’école, il y a un petit nouveau qui sent mauvais, qu’est pas beau, qu’est fagoté comme un as de pique, qu’a toujours la morve au nez, et qui pleure tout le temps, tout seul dans son coin.
Ça m’énerve, et j’ai envie de le taper. J’en parle à Caroline et Raynald. Eux aussi ils ne l’aiment pas. On décide d’aller lui casser sa figure à la prochaine récrée. Quand l’heure vient, on l’attire dans un recoin de la cour, loin du regard des adultes, et on le frappe tous. Bien sûr, comme c’est moi qui commande, c’est moi qui frappe le plus. C’est normal, c’est moi le chef !
Le petit garçon pleure sous la pluie de coups. Sa vilaine moukère coule de plus belle de son nez, et ça m’énerve encore plus ! Alors je le frappe encore. Claque, coup de pied, coup de poing, griffure, mordasse !
Voilà qu’il se met à genoux, puis en boule comme un hérisson, maintenant ! Et il pleure à gros sanglots, comme jamais ! Je crois qu’il a eu son compte.
Avant de partir, quand même, on lui dit qu’il n’a pas intérêt à raconter ça à sa maîtresse, sinon on recommencera encore plus fort ! Et puis on repart jouer dans la cour avec les autres enfants, comme si de rien n’était… On rigole entre nous de notre bon coup ! On est content de nous : « Bien fait pour lui ! Il était trop vilain ! » Pour le coup, il va pleurer pour quelque chose, au moins! Vraiment, on a l'impression d'avoir fait une bonne action...
Et puis on oublie…

C’est l’heure de rentrer en classe. Madame Rouchette a l’air plus en colère que d’habitude. Elle me regarde avec un œil noir. Je sens que je vais en prendre pour mon grade, mais je ne sais pas trop pourquoi, puisque je suis certain que le petit garçon n’a rien dit, de trouille… Puis, une autre maîtresse vient dans la classe, et surveille mes petits camarades pendant que Madame Rouchette m’emmène sèchement dans le bureau de Madame Gaillard, la directrice de l’école. Maman est là qui m’attend, avec le petit garçon qui sent pas bon, et son nez qui coule toujours. Sa maman est là aussi. Elle a l’air triste.
Et là je comprends tout ! Le petit a évidemment tout raconté aux maîtresses ! Ça va être ma fête…
Madame Gaillard a l’air désolée et presque déçue. Pensez-vous : on ne s’attend jamais à ce qu’un brave gosse blondinet avec une coupe au bol, bien éduqué comme moi -issu d’une famille d’enseignants qui plus-est- et à qui on donnerait le bon Dieu sans confession se comporte comme un vulgaire voyou de banlieue !
Maman, elle, est furieuse. Plus encore que Madame Rouchette ! Et là j’ai honte. Je n’arrive pas à expliquer aux adultes qui me pressent pourquoi j’ai tapé ce garçon. Et j’ai beau me creuser la tête, je ne trouve pas de raisons valables… A part qu’il n’est pas beau, qu’il sent toujours comme s’il avait crotté son slip, et qu’il m’énerve…
Alors Maman me fâche très fort. Elle crie, me secoue par le bras, et je pleure à mon tour. J’ai été méchant. Je vais être puni ! A l’école, et à la maison… Les punitions, ça vient toujours par deux, c’est bien connu !
Maman veut que je demande pardon au petit garçon, devant sa mère et les institutrices. Elle veut même que je lui donne mon jouet préféré pour le consoler ! Elle me force à promettre de ne plus jamais recommencer. Ça me fait mal au ventre, j’en pleure de rage, mais je sais que je n’ai pas le choix. Maman est intraitable…

A la maison, Elle m’explique que si le petit garçon pleure souvent et fait caca dans sa culotte, c’est parce que son papa et sa maman se disputent beaucoup, chez lui, et qu’il est malheureux. Le lendemain, je lui donne mon joli camion-betonnière jaune, que j’ai eu pour mon anniversaire.
Je ne suis pas certain d’avoir bien tout compris tout de suite, mais une chose est sûre : plus jamais je ne taperai quelqu’un sans raison, ni même avec raisons, d’ailleurs… Ce qui me vaudra d’être à mon tour pris pour cible par les autres élèves dès le collège et jusqu’à la terminale!
Tel est pris…

- Milieu d’année 1991. Je suis en première année de fac d’anglais à l’université de Bordeaux III. Enfin, c’est un grand mot, puisque je ne vais plus en cours deux mois après la rentrée…
Je loge à Pessac, rue Nancel Pénard, à l’étage de la maison de Mme Bachelard, avec trois autres étudiants. Lâché en pleine nature, j’en profite pour entreprendre les 400 coups que je n’osais faire chez mes parents.
Je « m’autogère » comme on dit… Je claque tout le fric que mes vieux me donnent pour manger et subvenir à mes besoins estudiantins en loisirs, en totale liberté et insouciance. CD, bédés, coups à boire avec les potes, boites de nuit branchées, cinéma… Tout y passe ! Et quand je suis à sec, c’est le commodore 64 de mon colloc’ Florent qui me distrait, ou la minitélé noir et blanc (branchée sur les séries neuneus de la 5) de mon autre colloc’ Samantha, qui prend le relais ! Je bouffe des nouilles et des céréales, et ça me suffit… C’est bien meilleur qu’au Restau U, où le menu ne varie jamais du vomitif combiné pizza-fayots.
Un soir, je me retrouve à l’UGC avec Anna, ma troisième colloc’ (avec qui j’étais en term’ au Lycée Jean Monnet de Cognac l’année précédente). On décide de s’offrir une petite frayeur en allant voir « Flatliners » (« l’expérience interdite », en français dans le texte), avec Julia Roberts, Kiefer Sutherland et Kevin Bacon.
Ça raconte l’histoire d’un type qu’est hanté par le souvenir d’un garçon qu’il a tué « accidentellement » (en le lapidant) lorsqu’il était adolescent. Ce souvenir revient brusquement à lui alors qu’il tente de se provoquer des NDE (Near Death Experience) avec un groupe d’amis pseudo-scientifiques, et surtout complètement fêlés. Il finit meurtri corps et âme, et s’absout en demandant pardon à l’esprit du garçon qu’il a tué, et qu’il avait oublié.
Ce film, pas si mauvais, si l'on écarte les habituelles scènes de "bondieuseries" à l'américaine me fait le coup de la madeleine de Proust ! Je revois subitement l’image de ce petit garçon qui sentait la crotte, avec son ignoble gourmelle luisante sous le nez… Et là, je me dis : « Putain de merde ! »
Aussi loin que je me rappelle, c’est le premier souvenir distinct de la petite enfance que j’ai !

Pourquoi est-ce que je vous ai raconté tout ça ? Sans-doute parce que j’ai dû intervenir samedi après-midi, à la piscine de Mauléon, parce qu’un gang de petits caïds même pas pubères s’en prenait sans relâche à un autre pauvre gosse. J’ai dû menacer de donner des paires de baffes pour que ce petit jeu mesquin ne cesse. (Ils ont certainement senti que je ne bluffais pas et que je les avais à l’oeil, alors ils se sont tenus à distance le reste de l’après-midi…)
Fort heureusement, la maître-nageur –qui ne pouvait pas être au four et au moulin (vu l’affluence en ce premier week-end de beau temps) a pris le relais, histoire d’enfoncer le clou…

Tout ça pour dire que je rigole doucement lorsque j’entends des naïfs ou de furieux optimistes m’affirmer qu’ils croient en l’humanité ! Je pense au contraire que le genre humain naît intrinsèquement mauvais, idiot, violent, jaloux, vaniteux, xénophobe, intolérant, vicieux, radin, couard et au final : bien vide. Il y en a toujours un pour monter les uns contre un autre, peu importe l'âge! C’est seulement l’éducation (parentale, culturelle, scolaire…) puis l’expérience de la vie qui le rendent meilleur, ou pire qu’il n’est au départ.

Repost 0
Published by E.H.BOYER - dans COUP DE GUEULE...
commenter cet article
18 juin 2008 3 18 /06 /juin /2008 21:41

Et voilà, faut pas chercher loin pour retrouver l’inspiration… Vous connaissez mon aversion absolue pour les sports collectifs (le football en particulier), et celle que je nourris pour notre bien-aimé président et ses idées à la mords moi le nœud.
C’est le nouveau dessin de la semaine sur
Euskobizia. Comme promis, le webdo prend une couleur un peu plus militante, tout en restant ancrée dans la satire. Alors allons-y gaiement pour le taclage direct!

EURO 2008 : LA PILULE NE PASSERA PAS !

L’équipe de France qualifiée "d’équipe de la mort" par ses détracteurs vient d’être éliminée de la coupe d’Europe sur un dernier match calamiteux contre l’Italie...
Ça, c’est fait !
On va -peut-être- enfin pouvoir passer aux choses sérieuses, avant la trève estivale ?
Le dessin
au format fond d’écran ici !
Repost 0
Published by E.H.BOYER - dans DESSINS DE PRESSE
commenter cet article
16 juin 2008 1 16 /06 /juin /2008 15:11
Après des semaines de pluie, de froidure, d'orages à répétition, bref de temps de merde, nous avons enfin eu droit à un week-end digne de ce nom! Oh, pas le grand beau temps qui réchauffe les corps et les coeurs, non, mais du soleil quand même... Et croyez-moi, ça commençait à manquer...


Bon, c'est pas parce qu'il y a eu une accalmie que nous nous sommes jetés sur la piscine de Mauléon, hein? On attend un peu que ça se réchauffe, avant d'aller exhiber nos graisses hivernales...


Nous avons reçu la famille charentaise, alors comme d'habitude, nous avons beaucoup bu, et beaucoup bouffé... Et après de telles agapes, rien ne vaut une bonne petite balade familiale, pour digérer! Qui dit balade familiale, dit niveau de difficulté zéro, kilométrage et dénivelée faibles pour éviter de se traîner et d'entendre les gamins rechigner. Bref, c'est juste une promenade de santé, pour ne pas rester affalés sur le canapé du salon, comme des goinfres romains, à buller en attendant l'apéro et le repas du soir!


La balade de Saint Antoine (sur la route de Saint-Jean Pied de Port, entre le village de Muskuldi et le col d'Osquich, à une dizaine de kilomètres de Mauléon) est tout à fait indiquée pour ce cas de figure. Il suffit juste d'avoir des jambes et la volonté d'aligner un pas devant l'autre sur un kilomètre et demi, et l'affaire est dans le sac! Point n'est besoin de chaussures à haute technicité pour s'y promener : une bonne vieille paire de baskets suffit pour ceux qui ne quitteront pas la piste ultrabalisée, accessible même à une poussette!
Et pour ceux, plus aventureux, qui choisiront les "chemins de traverse", des semelles agrippantes seront indiquées (mais pas d'une absolue nécessité) afin de ne pas glisser sur les herbes couchées (première cause de mortalité en montagne, d'après les spécialistes!).


Cette balade en moyenne-basse altitude (706 mètres maximum) offre un avant-goût des grandes randonnées sur les zones d'estives, mais avec une prise de risque zéro (ou quasiment), et très peu d'efforts physiques à fournir. On y trouve des animaux domestiques en liberté (blondes aquitaines, brebis, et juments à éviter d'approcher de trop près), mais on peut aussi y observer l'impressionnant ballet des vautours fauves qui planent à quelques mètres au dessus de nos têtes.
Il est grisant le bruit du vent qui froisse leurs plumes à chacun de leur passage! Mais rassurez-vous, ce n'est pas à vous que le grand charognard en veut!
D'ailleurs, en veut-il vraiment à quelqu'un? Faut pas croire ce qu'on dit à la télé...


En haut, autour de la jolie chapelle blanche, visible depuis presque toute la Soule, le paysage alentours est grandiose. On peut y observer toute la vallée et en particulier le massif des Arbailles, tout proche, avec le pic d'Elaudi, les falaises du pic des vautours, celles -non moins imposantes- d'Etxekortia, ou encore le vallon des sources de la Bidouze, surplombé par le splendide et sauvage plateau d'Eltzarre. De l'autre côté, trône le mamelon de Beltxu, puis, plus loin, la vallée et les montagnes de Garazi.

Avantages de la promenade : facile, rapide, jolie, dépaysante.
Inconvénients : c'est un peu un genre de lieu de pélerinage, et il y a toujours des gens pour se rendre à la chapelle en voiture... Et comme la piste est en très bon état, il n'est pas rare d'en croiser, et pas seulement des 4X4.
En résumé, une petite balade facile "de fainéant" oserai-je dire, mais qui a quand même son charme!


A noter pour les randonneurs férus d'endurance, il est possible d'inclure cette balade dans le cadre d'une randonnée des crêtes, en partant depuis Mauléon. Il faut pour cela passer par la colline Hitta Borda, puis rallier la chapelle Saint-Grégoire, les crêtes de Pagolle, puis la chapelle Saint-Antoine, et redescendre sur Muskuldi par le Pic d'Elaudi. Mais là, il vaut mieux s'équiper (bonnes chaussures, bâton, changes, ponchos, chapeaux, trousse de secours, etc), prévoir de l'eau et de la nourriture pour la journée, parce que pour le coup, on change de registre!


Merci à ceux qui pique-niquent de remporter avec eux leurs déchets. Ce n'est pas parce qu'il n'y a pas de poubelles sur le trajet qu'il faut laisser traîner ses poches de chips, ses canettes de bière ou ses vieux mouchoirs! J'en ai encore retrouvé samedi!!!
Aidez-nous à garder la montagne souletine propre et accueillante, d'autant qu'il y a des containers-poubelle sur le parking...
Repost 0
Published by E.H.BOYER - dans BALADES EN SOULE
commenter cet article
13 juin 2008 5 13 /06 /juin /2008 00:46
Allez, nouveau dessin de la semaine sur Euskobizia... J'ai tapé un peu plus dans le local (et le bon goût), ce coup-ci... ça devrait parler à ceux qui les reconnaissent!
"S’il pleut à la saint Médard (8 Juin), il pleut encore 40 jours plus tard (18 Juillet)" dit le proverbe...

A la décharge de la communauté de communes Xiberoa, qui a fait en sorte que la piscine municipale de Mauléon ouvre ses portes pour sa poignée d’administrés, c’est encore une fois le temps, qui n’est pas au rendez-vous ! Ne serait-il pas temps, justement, de réfléchir sérieusement au concept de la piscine couverte ?
Non, Parce qu’au rythme où ça part, il va bientôt falloir ouvrir en hiver, et fermer en été...
L’image au format fond d’écran ici !

Repost 0
Published by E.H.BOYER - dans DESSINS DE PRESSE
commenter cet article
12 juin 2008 4 12 /06 /juin /2008 11:25
Juin 2007, Xavy, Gilen et moi même investissons les lieux du festival Euskal Herria Zuzenean pour y faire notre dure besogne de correspondants locaux de presse. Dure, façon de parler, puisque tout (ou presque) est fait pour nous faciliter la tâche. Caméras et Roland R9 aux poings, nous avançons sur les trois jours du festival, photographiant ici, interviewant là (entre une ou deux binouzes au chanvre), pendant que l'autre écrit ses articles et les publie en quasi-direct live dans le camion prêté par Indarra Informatique. Bon plan...
Sauf que de retour à la maison, on s'aperçoit que la caméra n'est pas compatible avec nos nouveaux ordis! Il a fallu attendre presque un an pour que nous soyons enfin en phase, et que nous ayons le temps de visionner, échantillonner, monter et mixer les bandes.
Entre temps, on s'est aperçus qu'on filmait comme des touristes charentais, qu'on tremblait, et qu'on savait vraiment pas se servir du matériel... Je pense que ça s'est arrangé depuis!
Mais bon, voilà ce que ça donne au final : un petit clip sans prétention, monté à la va-vite (avec un paquet de pétiots de recadrage), mais quand même très nostalgique... Ce que vous voyez là, c'est ce que MOI, j'aime dans ce grand festival militant, dont c'est la dernière en Soule, snif!

EHZ 2007 - Idaux-Mendy
envoyé par Euskobizia

Prochain coup (dans deux semaines!!!), on y va à quatre, avec deux caméras, les trépieds, des piles de rechange pour les R9, et là les amis, ça va chier!
Sauf s'il pleut encore d'ici là...
Repost 0
Published by E.H.BOYER - dans PRESSE VIDEO
commenter cet article
6 juin 2008 5 06 /06 /juin /2008 01:24

Décidément, entre « monsieur » et « Cyclotor » qui me donnent accès à leurs bédéthèques respectives, j’ai de quoi lire en ce moment. Je viens à peine de terminer la saga de "Lone Wolf & Cub", que m’avait conseillé « Pepelo Mirande » dans un billet précédent, mais il faudrait plusieurs jours pour décrire ce monument mieux et plus concis qu’il ne l’a fait lui même. Je vais donc faire ma feignasse et chroniquer « Daredevil », qui dans un autre genre, est aussi une réussite.

Daredevil 14, « Le diable dans le block D ». Série « Marvel Knights », collection 100% Marvel, par Kevin Smith & Joe Quesada, puis Brian Michale Bendis & Alex Maleev, puis divers auteurs, chez Panini Comics.

Genre : comic book plutôt pour adultes… 14 épisodes publiés en France à ce jour.

Résumé : Matthew Murdock est avocat à la cour. Suite à un accident qu’il a eu enfant, en voulant sauver d’un camion fou un vieillard qui traversait la rue, il est devenu aveugle. Une partie du contenu (radioactif) du camion évité de justesse s’est déversée dans ses yeux. Matt ne voit plus, mais ses autres sens se sont développés au delà du naturel. Si bien qu’au final, il « voit » mieux -et plus- que ses concitoyens ! Dès lors, entraîné tel un gymnaste de haut niveau, et rompu à toutes les techniques de combat rapproché, il a décidé de servir la justice sous ses deux facettes, celle de l’avocat respectable le jour, et celle -plus controversée- du justicier masqué qui revêt son costume de diable rouge, la nuit venue…
Mais a New York, il est difficile de garder la tête sur les épaules lorsqu’on combat les caïds de la pègre et toute une panoplie de supervilains tous plus pourris les uns que les autres. Surtout lorsque ceux-ci ont découvert votre secret, et l’utilisent pour mieux vous briser.
Après des années à lutter contre lui même, à essayer de se construire une vie entre le bien et le mal, voici que tout se détraque pour Matthew. Un méchant coup monté par un vilain de seconde zone (mourant, mais désireux de finir en beauté) va le jeter subitement dans la fosse aux lions. Et au fil des 14 épisodes, le héros va tomber de Charybde en Scylla. A tel point qu’on se demande quand, et comment il va bien pouvoir remonter la pente…
Le dernier épisode sorti en France à ce jour ne fait pas exception, puisque Matthew se retrouve enfermé à la super-prison de Riker’s Island, où il a envoyé la plupart de ses ennemis (dont Wilson Fisk, Hammerhead, la tarentule noire, et le féroce Bullseye), pour une ultime épreuve en compagnie… Du Punisher !

Avis : Moi qui dans ma prime jeunesse, avait toujours considéré le « Daredevil, l’intrépide » comme « Dard débile, gras du bide », il a bien fallu que je revienne sur mes préjugés, une fois de plus ! Globalement, la série originale des Marvel Knights éclaire les héros de notre enfance sous un nouveau jour. C’est le cas pour le Punisher, qu’on a fait renaître de ses cendres pour l’occasion, mais aussi pour l'extraordinaire descente aux enfers de la tête à corne aveugle de Hell’s Kitchen.
Scénarii et dessins sont plus matures que dans les comics des kiosques, même si on assiste comme toujours au sempiternel changement d’équipe créatrice au fil de ces épisodes, qui constituent probablement la période la plus noire de la vie -pourtant habituellement assez sombre et dépressive- de Daredevil. On n’est jamais à court de rebondissements, de suspense, d’action, d’émotion, et de psychologie.
Contrairement à la plupart des comics américains, Daredevil (sous le format Marvel Knights en particulier) est probablement un des seuls superhéros qui ne ressemble pas au final à un « abruti immortel en collants ridicules », pour peu qu’on se prenne au jeu de ses aventures.
A redécouvrir, au moins pour rattrapper une image gâchée par l'un des plus mauvais films du style, avec "Batman et Robin", et "Spawn"!

Repost 0
Published by E.H.BOYER - dans BÉDÉVORE
commenter cet article
1 juin 2008 7 01 /06 /juin /2008 22:56
Bon, je viens de rentrer du Salon du livre d'Oloron, qui s'est très bien passé. Je ferai un compte rendu détaillé sur le blog d'Astobelarra sous peu... En attendant le chaland sur notre stand (que je partageais avec Laurent Caudine et André Cazetien), j'ai passé pas mal de temps à dessiner des strips. Deux avantages : ça fait passer le temps, et ça me permet de continuer à m'exercer avec le stylo-pinceau Pentel.

Voici ci-dessous quelques unes de ces oeuvres, inspirées pour la plupart par la présence tonitruante de notre trucculent député béarnais Jean Lassalle...

Un personnage haut en couleur qui nous a aussi inspiré quelques aphorismes idiots dont nous avons le secret, Lurbeltz et moi!

Du genre : "Ah, sacré Jean lassalle! S'il n'existait pas, il aurait fallu l'inventer... Mais puisqu'il existe, il ne nous reste plus qu'à essayer de l'éviter!"

En tout cas, si on n'a pas fait fortune, on s'est bien marrés...


 



Repost 0
30 mai 2008 5 30 /05 /mai /2008 18:40
... L'habitat rural...
Oui, bon... Le titre est digne d'un jeu de mot pourri de Cyclotor. Mais c'est justifié!

Regardez pourquoi : mon pote "monsieur" vient de me refiler cette étrange pub d'agence immobilière (ci-contre)... Lui m'a sorti un "la mairie passe à droite, le chateau aussi..." à cause de la photo inversée du château fort. On voit le point de vue d'un petit fils de socialiste! (heh heh!)

Mais moi, ce qui me choque, c'est que ce fleuron de l'architecture souletine du XIIième siècle soit bradé par une agence immobilière affiliée à une banque française... Et surtout que la nouvelle municipalité de Mauléon ait permis pareille hérésie! (Alors qu'on aurait pu refiler le marché à une agence locale! Merde!)

;-)
Repost 0
Published by E.H.BOYER - dans BRÈVE DE COMPTOIR...
commenter cet article
30 mai 2008 5 30 /05 /mai /2008 17:13
Voilà un disque qu'il est excellent... C'est "Objectif : Thunes", le dernier album du trio Metal-extrême Nantais Ultra Vomit.

Une galette qui change complètement du précédent (et premier opus) "Mr Patate", tant au niveau du style musical qu'au niveau des lyrics. Bien sûr, on reste dans le registre du Xième degré, de la parodie grasse et dégueulasse, mais le groupe a su se renouveler, dans le genre bonne grosse blague de potaches... Même le son est bien plus carré, et moins brouillon qu'auparavant! Abusivement comparé à "Gronibard", un groupe de porno-grind, Ultra Vomit se démarque vraiment, et ça fait du bien!

Bref, moins de Grind, et plus de Rock n' Roll ou de Black Metal, plus d'influences assumées et ridiculisées pour le plaisir (ça va de Lemmy -Mötörhead- Kilmister à Michael Jackson ou Michel Delpech, en passant par Amon Amarth, Dimmu Borgir, et même Kyo...). Les morceaux sont globalement plus longs, et j'oserais le dire : plus mélodiques (oui oui), même si c'est pour servir cette perpétuelle autodérision qui caractérise le groupe. C'est qu'on a affaire à de vrais musiciens, mais aussi à de vrais humoristes!
Et pour les paroles : moins d'inspiration pub et dessins-animés, et plus de souvenirs d'écolier rigolos ("Mountains of maths", "Boulangerie Pâtisserie", "Les bonnes manières", "Maïte Ravendark"...)...

On retrouve pourtant quelques titres abominables parsemés ça et là parmi les 24 tracks de l'album, LA recette imparable qui a fait le succès d'Ultra Vomit ("Crôute de pus", "Poil de cul", "Pauv' connard", et le mythique et carrément atroce "je possède un cousin", qui plairait sans nul doute à mon pote Cyclotor...) dans le milieu Metal. Mais le groupe s'est aussi mis à la chanson "engagée" : l'excellent et punkisant "Jack Chirac" en est la meilleure preuve...

Le morceau final ("Outro", à ne pas confondre avec Outreau... Quoi que...) est une pure réussite de déconnade. La question qui me hante : Est-ce que Fétus (le chanteur et guitariste du groupe) et sa clique savaient qu'ils venaient de composer le tube de l'été avec ce titre, prélude et conclusion au monstrueux "je collectionne des canards (vivants)"?

"Objectif : Thunes" est un grand album qui s'écoute comme on regarde un film des bronzés : toujours à la recherche du petit truc rigolo à côté duquel on serait passé la première fois...
Et vous savez quoi? Ultra Vomit vient au festival EHZ à Idaux-Mendy! Cool, non?

Allez, on écoute quelques unes des dernières compositions d'UV, qui figurent sur cet album!
Mais surtout, achetez-le! C'est l'objectif, il paraît...

free music
Repost 0
Published by E.H.BOYER - dans METALSTASE
commenter cet article
25 mai 2008 7 25 /05 /mai /2008 21:12
Nouveau dessin sur Euskobizia :
Après le loup, puis l’ours, le vautour fauve stygmatise aujourd’hui toutes les terreurs humaines,
à grand renfort d’articles de presse alarmistes...

(Pour télécharger l’image au format fond d’écran, cliquez ici !)

Communiqué de presse des Verts du Pays Basque (21 mai 2008)


Un article du Sud-Ouest sous la plume de Pierre Verdet, paru le 19 Mai 2008, semble vouloir relancer la polémique sur les Vautours fauves.
On peut s’interroger sur les raisons de cette relance, juste avant la montée en estive, et en une période calme où l’on ne parle pas d’attaques de Vautours.

Un constat : les Vautours fauves se sont toujours, suivant l’opportunité, approchés des animaux d’élevage en train de vêler, car ils puisent dans le placenta une majorité d’éléments nutritifs.
Avec l’augmentation du nombre de têtes de bétail (20% par an en moyenne  en ce qui concerne les ovins) et celle du nombre de Vautours fauves par la sauvegarde de l’espèce, aidée au départ par un nourrissage artificiel sur des charniers, le nombre de dégâts a augmenté proportionnellement.

Il est vrai que les Vautours fauves, côté espagnol, notamment en Aragon et en Navarre, subissent une famine due à la fermeture des décharges d’élevages industriels porcins, et que l’on retrouve ces oiseaux en état de malnutrition.
Cela ne semble pas être le cas  versant français : le Centre de Sauvegarde de la Faune Sauvage « Hegalaldia »,  seul Centre de tout le sud de l’Aquitaine, n’a recueilli jusqu’à ce jour, aucun vautour fauve affamé.

La population de vautours fauves sur le versant français se portant bien, elle se réapproprie peu à peu son aire de prospection géographique d’origine qui fut à une période beaucoup plus importante que  l’actuelle.
Le système d’élevage moderne fait que les bêtes malades, et sur le point de vêler, ne sont plus sous surveillance comme autrefois.

Comme le souligne Michel Terrasse, administrateur de la LPO, il serait souhaitable de réorganiser un nourrissage raisonnable et contrôlé en Aragon et en Navarre.
C’est le système de placettes mis en place en France dans les zones où les Vautours ont été réintroduits ces dernières années, comme la région des grands Causses. Le malaise dans  l’élevage à notre époque est certain, mais ni les vautours, ni les loups, ni les ours, ne doivent être pris comme bouc émissaire.

Les Verts se positionnent pour une agriculture de montagne créatrice d’emplois, au bénéfice de l’homme et de son milieu naturel.
Repost 0
Published by E.H.BOYER - dans VERT DE RAGE
commenter cet article

Mes liens

Persos :

Etienne H. Boyer

Mon Flickr

Mon Dailymotion

Mon Facebook


Immersive Lab

Immersive Lab

E-commerçons

David Castéra

Pette Etcheverry

Richard Malterre

J-Pierre Etchegoyhen

 

CLP :

la vie rennaise (Blog de Manon)

Asso interdépartementale des CLP

Glossaire journalistique

Obtenir la carte de presse

Le droit et l'image

CLP : ce qu'en dit l'URSSAF

PresseNews

le site de GBR

Categorynet

Le site d'Estelle, écrivain public et CLP

Le BloG de Sharon

Le BloG de Flo

Le BLoG de Cadichon001

Le BloG d'un autre CLP énervé

Le BLoG de J-L. Modat

 

Écrire :

Dictionnaire

Encyclopédie libre

Synonymes

Conjugueur

Grammaire

Locutions

Proverbes

Traducteur universel

Ponctuation!!!

Retourne au CM1!

 

Pays Basque/Béarn :

Les éditions Le Grand Chardon - Atobelarra

Paroles d'écolos
Le forum du SAM

Pirenifoto

Barnekaldedik

La Communauté de communes Xiberoa

Karaté Mauléon

Le BLoG de Bil Xokoa

Ekhi Electronic

Langues au chat

Mairie de Mauléon-Soule

Commune d'Ordiarp

Radio Xiberoko Botza

 

Mes potes :

Le BloG de LaureG

L'autre BloG de LaureG

Le BLoG de Cyclotor

Le BLoG de Maaatch

Le BLoG de "monsieur"

Le BLoG de Laurent Caudine

PireniFoto BloG

Pruneau cuit, pruneau cru...

 

J'en suis fan :

Le BloG de Laurel

le site de Peggy Cardoso

le site de Peio Serbielle

Les "pensements" de Laurent Caudine

Le site de Marc Large

Xan de L'ours

Dessins de presse de Large

Sigrid Daune, aka Willow Ahn

Matthew Tyas

 

L'info, la vraie :

Rue89

AgoraVox

Médiapart

la Mèche

France Info

 

Ecolos :

Covoiturage 64

Collectif Anti-OGM du Pays Basque

Réduire nos déchets

La cuisine Amapienne!