Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Xiberoland - ex CLP64
  • Xiberoland - ex CLP64
  • : Ce blog est celui d'un ex-correspondant local de presse des Pyrénées Atlantiques vivant en Soule, écrivaillon, gribouilleur et web-addict à ses heures. Mais surtout très casse-pieds...
  • Contact

Un peu de pub perso...

 l'infection

"L'infection T1 : Contage",
par Etienne H. Boyer


Éditions Astobelarra - le Grand Chardon

EN SOLDE! 9 euros, 378 pages, format 11.5x20

Le blog officiel du livre


Genre : roman fantastique

 

Résumé : Patrice est tombé amoureux de Mathilde, une jeune femme qui vient d'arriver en Soule. Lui est tout sauf un Don Juan, mais il a plus d'un tour dans son sac, malgré les apparences...
Il va contourner ses défauts rédhibitoires grâce à Internet. Mais il va vite apprendre que tout se paie, en ce bas- monde.
Rencontré dans un monde virtuel en trois dimensions, un génie digital exauceur de voeux va se charger de le lui rappeler, en l'entraînant dans une spirale cauchemardesque sans fin...


Commander le livre

 mauvais-berger

"Mauvais berger!",
par Etienne H. Boyer


Éditions Astobelarra - le Grand Chardon

10 euros, 90 pages, format A5

Le blog officiel du livre


Genre : tranche de vie

 

Résumé : Afin de s'installer en tant que berger, Etienne suit une formation agricole qui le conduit à effectuer des stages dans l'exploitation d'un berger éleveur en estives, dans les Pyrénées.
Mais petit à petit, le rêve de notre héros "néo-rural" s'émiette : les conditions de vie dans la bergerie sans confort sont difficiles, et le travail harassant est nullement reconnu.
Mais tout ceci ne serait rien sans les brimades de... la bergère!

 

Ce qu'en dit la presse :

 

Journal du Pays Basque, 12 avril 2008 : "(...) le style descriptif et le langage parfois cru donnent un ton réaliste à ce récit sans concession".

SudOuest, le 17 avril 2008 : "(...) un texte illustré par l'auteur lui-même, plein d'humour et d'autodérision (...)".

 

La Rébublique des Pyrénées, le 24 avril 2008 : "Une tranche de vie où toute ressemblance avec des personnages et des faits ayant existés n'est pas fortuite..."

Magazine Vent d'Oc, septembre 2008 : "Une lecture qui se fait à la vitesse de la lumière, tant l'on veut savoir à quelle sauce sera mangé ce néo-rural!!!"


Commander le livre

Rechercher

DARK XIBEROA

 

18 novembre 2006 6 18 /11 /novembre /2006 11:17

Vu sur Google Earth : 43°38'43.00"N 115°59'33.50"W, ce sont les coordonnées d'un endroit un petit peu démentiel de notre monde. Pour en savoir plus, copiez/collez les dans le champ de recherche du logiciel, et préparez-vous à avoir l'illumination!
Ils sont cons ces amerloques... Y'a qu'eux au monde pour faire des trucs pareils, et y croire, surtout!

 

Entendu vendredi après-midi au cabinet de radiologie, après une échographie de l'avant-bras gauche :
- Vous n'avez pas d'ématome. C'est juste une élongation. Je vous préconise 2 à 3 semaines de repos!
- Hein? c't'une blague? Mais je peux travailler! Chuis en pleine forme, même pas alité!
- Je vous le déconseille formellement...
- Bon... Et je vais devoir aller chez le kiné pour de la rééducation?
- ça aussi c'est déconseillé, si vous ne voulez pas transformer votre élongation en claquage...
En tout cas, moi, je me serais bien passé de ces vacances forcées. Mais si je le dis, on va me rétorquer que je ne suis jamais content...

 

Vu : Mon tout nouveau et tout bel ordinateur Portable qui a définitivement planté jeudi... Bilan : j'ai perdu un an de photos d'Euskobizia et Sud-Ouest, tous mes textes, et les dessins de la semaine 2006... Conclusion : achetez chez Carrouf, c'est moins cher, mais c'est plus loin, et ça dure 1 mois et demi!

 

Enfin lu ce week-end : The Watchmen, une Bande dessinée d'Alan Moore, l'un des plus grands scénaristes de Comics du monde (avec Garth Ennis, auteur des nouvelles versions du Punisher). Je rêvais de lire ce pavé depuis mon adolescence, et j'avoue que... Les dessins vieillots et statiques de Dave Gibbons, et un scénario ultra complexe, à la limite du louffoque m'ont énormément déçus. Aurais-je vieilli trop vite?

 

Lu, ou plutôt dévoré : l'énormissime "Pensements, chroniques et nouvelles de Soule et d'ailleurs" de Laurent Caudine. Un livre qui ne mâche pas ses mots, fait la nique aux maux du microcosme souletin, ce dernier n'ayant rien à envier au macrocosme mondial en matière de maux. Laurent y raconte avec le ton décalé qu'on lui connait des bribes de sa vie, de son expérience en tant que citoyen souletin, conseiller municipal, mari... Bref, sa vision humaniste, et souvent ironique et onirique des choses achève de convaincre -toute personne sensée- de la nécessité de sortir de l'attentisme.

Vu sur le forum Thérapie de groupe, ce lien : http://www.gamaniak.com/media-1489-mario-vice-city.html. Je n'avais pas ri autant depuis... Mathusalem... Merci Kierkegaard!

Repost 0
Published by E.H.BOYER - dans LU - VU & ENTENDU...
commenter cet article
13 novembre 2006 1 13 /11 /novembre /2006 17:38

Voici poindre l'hiver, période où il fait bon traquer le gibier. Je suis moi aussi un grand chasseur à cette époque de l'année, mais moi, ce que je poursuis sans relâche, ce sont les nuisibles qui se croient obligés de foutre le bordel la nuit alors que je cherche à dormir du sommeil du juste.
Or donc, chaque soir, comme le braconnier va relever ses collets, je vais contrôler mes pièges disposés un peu partout dans mon grenier. Et aujourd'hui, mazette!!! J'ai chopé deux bestiasses d'un coup! Et ça fait 6 depuis le début de la saison...
Au moins une chose est sûre, si jamais l'hiver 2006/2007 est très rigoureux, on ne risque pas de manquer de viande!
(No animals were harmed while taking this photography... Only a little time before, heh heh heh!)

Repost 0
Published by E.H.BOYER - dans BRÈVE DE COMPTOIR...
commenter cet article
7 novembre 2006 2 07 /11 /novembre /2006 23:07

C'est un copain qui m'en a parlé lors d'une "réunion historico-culturelle" au bar Pizzeria Mendililia à Mauléon (je vous conseille par ailleurs ce lieu très chaleureux et accueillant pour vos longues soirées d'hiver - fin de la digression). C'est devenu son obsession, et j'avoue que je suis à mon tour possédé par ce mystère : "Le seigneur de Lahonce", un titre qui m'a bien fait rigoler sur le coup (je me voyais déjà en train d'écrire une chanson de Hollywood Metal à la Rhapsody sur le sujet) mais dont l'histoire m'a intrigué. Voici ce que j'ai trouvé en surfant sur le web :

1) sur http://leschassesdody.ifrance.com/aquitaine.htm : Entre Tardets et Cloron s'élevait, autrefois, un château de sinistre mémoire, le château du Vampire. Le jeune sire de Lahonce, qui l'habitait, déterrait les morts, au cimetière et les donnait à manger à son chien ou à son cheval.

2) sur http://www.alchimia-magazine.com/lieux_hantes.htm : TARDET-SORHOLUS : Le fantôme du seigneur de Lahonce hante les environs du lieu où s'élevaient autrefois son château, dit le « château du vampire ».

Incroyable, non?
Si l'un d'entre vous, fidèles lecteurs, savait de quoi il retourne exactement, et où je pourrais trouver les ruines ou le fameux lieu où ce Dracula souletin a sévit, n'hésitez pas à me laisser un mot!

Repost 0
Published by E.H.BOYER - dans LU - VU & ENTENDU...
commenter cet article
6 novembre 2006 1 06 /11 /novembre /2006 23:30

Bon, je n'ai pas la prétention d'avoir la science infuse, et je suis prêt à accepter tous les argument possibles sur tous les sujets pour lesquels j'ai une opinion tranchée. Après, je ne garantis pas que je changerai de point de vue à chaque coup. Là, pour le sujet qui nous intéresse, j'ai mis longtemps à me décider. Je ne vais pas me positionner en tant que partisan ou réfractaire à l'ours (même si je suis pour une réintroduction raisonnée et raisonnable), mais je voulais juste tenter de réveiller la polémique, et river son clou à quelqu'un qui le mérite bien.

Vendredi 3 novembre dernier, je suis tombé sur un article du Sud-Ouest (je ne pouvais pas passer à côté vu mon passif pour le moins houleux avec le protagonniste principal... Je vous raconterai les détails un de ces 4) qui m'a limite interloqué. Une bergère ossaloise de ma connaissance s'y plaignait de ne pas avoir pu parler à la télé dans une émission de Stéphane Bern sur son sujet de prédilection : l'ours. Elle y était invitée avec -entre autre- Nelly Olin, la ministre UMP de l'écologie.
La bergère (dont je tairais le nom, afin qu'il ne pointe pas sur ce blog grâce à l'algorythme savant, -mais un brin casse-couilles- de Google) soupçonnait la ministre d'avoir fait pression auprès de la production ou du journaliste afin de l'empêcher de s'exprimer, car elle l'avait -il y a quelques temps- interpelée sévèrement sur le sujet.
Stéphane Bern a furieusement démenti l'accusation. Et probablement dit-il la vérité (moi qui -à mon humble niveau- connais bien les pressions dont sont capables les politiques de tous poils, je me permets d'émettre un petit doute, quand même); mais si toutefois la bergère ne faisait pas une crise de paranoïa aigûe (tout est possible paraît-il...), je pense que Mme Olin a raté une bonne occasion de lui rendre la monnaie de sa pièce.

Pourquoi donc? Tout simplement parce que si je conçois que certains bergers en colère soient vraiment et régulièrement en contact avec l'ours (ils sont relativement peu nombreux, et sont quand même bien indemnisés par l'Europe en cas d'attaque ursine avérée; ils peuvent aussi recevoir des aides afin de prévenir ces attaques, etc.), je ne conçois pas qu'on puisse se présenter comme la Jeanne d'Arc des anti-ours tout en vivant (très bien) de sa renommée fauvesque séculaire. 
En effet, comment peut-on passer son temps à cracher sur la réintroduction de cette pauvre bête (je parle de l'ours des Pyrénées) en voie d'extinction alors qu'on ne l'a jamais vue de sa vie, ni même rencontré l'ombre d'une de ses crottes? Comment peut-on dans le même temps tout faire pour attirer les touristes sur les lieux d'estives avec des images d'épinal et de vraie fausses expériences personnelles impliquant l'animal?
Le voilà le paradoxe ursin, l'incohérence flagrante (l'hypocrisie?) de certains militants anti-ours... (Et encore, je ne parle pas de la virulence des propos de leurs homologues hauts-souletins, dont les brebis n'ont pourtant pas vu un poil de cul d'ours depuis plus de 50 ans!) 
Le voilà l'argument qui tue, que Mme Olin aurait pu utiliser pour remettre cette bergère -agressive comme un essaim de frelons en rut- à sa vraie place, au lieu de lui faire couper la chique par la technique. Si tant est que l'ossaloise ait sciemment été censurée...

Repost 0
Published by E.H.BOYER - dans COUP DE GUEULE...
commenter cet article
6 novembre 2006 1 06 /11 /novembre /2006 09:56
Pour ceux qui, malgré toutes les preuves et les témoignages accumulés dans ce blog, continuent de croire que correspondant local de presse, c'est un job de nanti, voici un petit éclaircissement quant à mes revenus...
Le calcul de mes honoraires chez Sud-Ouest a changé depuis janvier 2006.
Tout se fait "au point". Un point vaut 0.80 centimes d'euro.
 
Voici ce que vaut tel ou tel acte :
 
- Brève (petit article de 3-4 lignes pour annoncer un évènement) : 1 point
- Echo local / Doc leg (article de 5-20 lignes avec photo) : 6 points
- Info courante (article de 30 à 50 lignes) : 14 points
- Info spéciale (voir explication plus bas) : 20 points (jamais facturé)
- Info exceptionnelle (gros papier original de 50 à 70 lignes en plusieurs entrées) : 35 points
- Alerte (information communiquée à l'oral à l'agence) : 8 points
- Collecte (résultats sportifs ou électoraux) : 25 points
- Astreinte (voir explication plus bas) : 20 points (jamais facturé)
 
- Photo ordinaire : 4 points
- Photo de Une du cahier départemental : 10 points (rare)
- Photo de Une du cahier général : 15 points (jamais facturé)
 
A noter : je n'ai pas droit aux astreintes car il n'y a pas d'agence SO en Soule. Enfin, je n'ai jamais facturé "d'info spéciale". Sont essentiellement concernés par cette mention les "faits divers". Or, pour plusieurs raisons, j'ai décidé de ne plus rédiger de faits divers depuis juillet 2005. J'accepte juste de prendre les éléments et de les communiquer aux secrétaires d'édition (SE). Auquel cas je me compte juste une "alerte" pour la peine...
 
Autrefois, les frais étaient défalqués au réel, en fonction des kilomètres parcourus, de la facture télécom et Internet, ou encore du matériel acheté afin d'exercer l'activité de CLP. Depuis janvier 2006, Sud-Ouest a opéré une restructuration de ces frais alloués aux CLP. Le service des correspondants a fait la moyenne des frais de chaque CLP sur les deux dernières années d'exercice, et en a sorti un taux. On m'a accordé 15% de mes honoraires. (en gros, il faut multiplier le total des honoraires par 0.17, et vous avez les frais...)
Pour moi, ce nouveau système est injuste, démotivant, et s'apparente à du vol qualifié. Je l'ai crié sur tous les toits (ici par exemple), en vain bien sûr...
Terminons par cette note d'espoir (ou d'ironie, c'est selon) : pour le moment, en dehors du calcul des frais, et d'après ce que j'ai pu entendre à droite, à gauche, Sud-Ouest est l'agence de presse qui "paie le mieux" ses CLP. Voilà déjà un bon point!
Repost 0
31 octobre 2006 2 31 /10 /octobre /2006 17:40

Aujourd'hui, je suis allé à la sous-préfecture d'Oloron-Sainte-Marie afin de faire changer la carte grise de ma nouvelle voiture. J'y suis allé relativement décontracté, dans la mesure où j'avais téléphoné la veille afin de savoir quels justificatifs je devais apporter afin que le dossier soit complet, et vite traité. (Il faut dire que les rares fois où j'ai eu affaire à la sous-préfecture, j'ai toujours eu des couilles dans mes dossiers... A force de faire des erreurs, on finit par apprendre!) Bref, je suis arrivé sur place avec un petit sourire en coin d'autosatisfation."Cette fois, c'est sûr, je ne me suis pas tapé 60 bornes aller-retour pour rien"me disais-je!
Déjà, en entrant dans la boutique, mon petit air guilleret s'est lentement mué en exaspération : 7 personnes faisaient la queue, alors qu'un seul guichet sur 4 (ou cinq) était ouvert... Bravo! Belle efficacité! Enfin bon... Je n'allais pas tergiverser sur ce point, puisque j'allais avoir une carte grise toute neuve! Vint enfin mon tour d'être servi. Je me suis approché du guichet, m'efforçant de conserver un semblant de sourire affable. Mon très poli  "Bonjour Madame" s'est heurté à un "c'est pourquoi?" assorti d'un sourire à l'envers typique de ce lieu que j'évite comme la peste, autant que faire ce peut... ça calme! Pourquoi diantre la fonction publique s'attache t-elle tant à mettre à l'accueil des gens aussi inhospitaliers? Pas bégueule, j'ai zappé l'affaire et expliqué mon cas le plus courtoisement possible à la face d'endive mal cuite que j'avais en face de moi. J'ai sorti mes justificatifs, sûr que tout irait pour le mieux. La dame y a jeté un coup d'oeil rapide, esquissé une moue dubitative, ma lancé un oeil torve, et a ouvert la bouche : "Oui mais là, je crois que ça va pas être possible!"
"Plait-il?",
ai-je rétorqué...
"Oui, le certificat de vente indique le nom de votre épouse (Mme Boyer); or, le nom qui figure sur ce permis de conduire, c'est Gelot..."
"Bah oui, c'est logique : c'est le nom de jeune fille de ma femme!",
ai-je tenté de justifier, alors que mon sourire commençait à ressembler au sien...
"Moi môÔôssieur, je ne suis pas sensée savoir que c'est votre épouse! il me faut des preuves", a t'elle asséné, sans une once d'intelligence dans le regard.
"Mais enfin, attendez madame", ai-je balbutié avec un rictus hébété, "d'où pensez-vous que je tienne ce permis de conduire? En plus, j'ai appelé hier et j'ai fait préciser à mon interlocutrice -qui pourrait très bien être vous même, d'ailleurs- les pièces justificatives que je devais apporter. J'ai demandé si le permis de conduire suffisait, et l'on m'a répondu, oui! Si c'est le nom de jeune fille qui vous gène, on raye sur le certificat, et on réécrit Gelot à la place de Boyer, et voilà!"
"Ah mais non Monsieur, ce n'est pas possible! On ne doit pas rayer ce document!"
"Bon, alors si on raye pas, on ajoute Gelot ep. Boyer, et voilà, le tour est joué! Ecoutez Madame, je viens de me taper 30 bornes pour venir jusqu'ici, faites en sorte que ce ne soit pas pour rien, s'il vous plait!",
ai-je répliqué sur le ton du gars qui commence à en avoir un peu marre de ces tergiversations.
"Ecoutez Monsieur, je crois que vous ne m'avez pas bien comprise : je viens de vous dire que rien ne me prouve que cette Mlle Gelot soit bien votre épouse... Vous auriez dû emporter votre livret de famille!"
a t-elle glissé avec un semblant de malice mal camouflé, au dessus des ses binocles des années 80.

C'est à partir de ce moment là que la moutarde m'est vraiment montée au nez. Je me suis vu la secouant par le colbac en lui collant une bonne paire de giffles, histoire de lui rappeler que je me torchais de son petit pouvoir de fonctionnaire d'état zélé, et qu'elle faisait caca au cabinet assise sur son cul, comme tout un chacun.
Je ne sais pas ce qui m'a retenu... Pas la trouille, ni les scrupules, mais sûrement un accès de conscience salvateur. Pour elle...
Je suis parti furieux sous le regard rigolard semblant dire "ah ça c'est ballot!" des 7 ou 8 personnes faisant la queue après moi en baragouinant assez fort pour que ce soit entendu quelque chose comme le sempiternel "Bravo le service public! On va aller loin avec des fonctionnaires comme vous; vive la France!" Bref, je suis parti de cette maison des fous complètement ridicule, la queue entre le jambes, et rageant à haute voix...

 Je ne suis pas du genre à prôner la privatisation, ni même à donner dans les généralités à outrance. Mais j'avoue que là, en présence de gens aussi inutiles qu'incompétents, je n'aurais qu'une envie, qu'ils bossent dans le privé, pour voir ce que ça fait de bosser, et d'être vraiment au service du public...

 Un quart d'heure plus tard, je me garais sur le parking de la casse Vigneau. J'ai été accueilli par une charmante jeune femme qui m'a gratifié d'un sourire éclatant. Elle a récupéré les clés de ma vieille Micra, a accepté le chèque sans vérifier, et ma carte d'identité périmée de deux ans ne lui a même pas tiré une remarque. je suis reparti de la casse presque heureux. Soulagé de ma vieille caisse pourrie et de 77 euros. Voilà ce que j'appelle le service au public. Prenez-en de la graine, Messieurs et Mesdames les fonctionnaires... Je ne vous salue pas! 

 

 

Repost 0
Published by E.H.BOYER - dans COUP DE GUEULE...
commenter cet article
22 octobre 2006 7 22 /10 /octobre /2006 13:23

Vous l'avez remarqué : je n'écris plus nulle part depuis au moins deux semaines. Le blues de l'Automne sans doute? Bref, je n'ai pas trop d'inspiration en ce moment. Alors comme je ne veux pas rester sans rien faire de constructif, je vous propose un concours à la con...
Devinez le titre du film illustré par cette photo (ci-dessous), prise très récemment lors d'une balade au plateau d'Eltzarre (paysage magnifique au demeurant)...

Repost 0
Published by E.H.BOYER - dans DIVERS
commenter cet article
8 octobre 2006 7 08 /10 /octobre /2006 15:45

De temps en temps, lorsque j'arrive à décrocher de ce foutu ordinateur, je joue avec mes enfants. Normal, pour un père, me direz-vous... Ce matin, je me suis occupé de ma fille. Je ne savais pas trop par où commencer (entre les "Copains de la forêt," "la dinette", ou "Winnie L'ourson"), et puis j'ai opté pour le scénario bancal et improvisé à la Schrek. Mais une fois le jeu terminé, je me demande toujours si c'est encore de mon âge, ces conneries! C'est parti...

Les personnages :

- "Barbie Salope", l'héroïne de cette histoire, est une aventurière délurée un peu blonde (mais qui se teint les cheveux pour pas que ça se voit) qui passe son temps sur la selle de son fougueux destrier "Spirit" (l'étalon du Cimarron). Sa seule activité : courir les prés et les bois, les cheveux aux quatre vents, en riant comme une échappée de l'asile...
- Marraine la "bonne" Fée vit dans les limbes (un lieu magique qui s'apparente au Walhalla, mais qui se situe concrètement sur le lit de ma fille...). Pas aussi bonne que son nom l'indique (hormis physiquement parlant), et un peu sotte aussi (elle est blonde), son but ultime : utiliser ses pouvoirs afin de récupérer ce qu'elle convoite dans le monde des humains. 
- "Belle des champs" est la soeur cadette de Barbie. Pas grand chose dans le ciboulot (elle est blonde aussi), elle n'en est pas moins jalouse de sa soeur ainée. C'est d'ailleurs elle qui lui a attribué son doux sobriquet. Elle veut quitter son stand de fromages au lait de "Mon petit Poney" pour partir à l'aventure elle aussi. Elle désire plus que tout trouver son prince charmant.
- "Blanches-Fesses" est la benjamine de la famille. Avec son petit air de Sainte Nitouche, c'est la méchante petite soeur traitresse qui jalouse et fait chier tout le monde. Elle finira comme tous les vilains doivent finir : au pilori!
- Le "méchant Ninja" : C'est le prince charmant que part rechercher Belle des champs. Il est vicieux, mauvais comme la gale et il use et abuse d'un langage proprement abominable... Un vrai sale type, quoi...
- Hulk : comme dans la bédé, c'est un gros abruti sans cervelle mais heureusement pas méchant pour deux sous. Il est hyper barraqué, et monté comme un cerf en rut. Comme le méchant Ninja (avec lequel il passe son temps à se friter), il est originaire d'une dimension parallèle (la chambre de mon fils). C'est aussi le fiancé de Barbie, mais Blanches-fesses profite de la disparition de sa soeur pour le lui piquer. Bien mal lui en prend, puisque la fée a aussi dans la peau ce terrifiant rustaud fort comme un taureau.

Les personnages secondaires :

- Les huit enfants de Belle des champs et du méchant Ninja : Atchoum, Timide, Grincheux, dormeur, prof, simplet, joyeux, et Polly Pocket.
- Dragax le dragon, immortel (mais pas invulnérable) gardien de la dimension parallèle. On se demande à quoi il sert, puisque son existence est rythmée par les branlées sévères que lui infligent les personnages récurrents de ce monde violent à souhait.

L'histoire :

Acte 1, scène 1 :
Dans une dimension parallèle, au fin fond de la la galaxie, il y a très très longtemps, vivait Belle des champs. Qu'est-ce qu'elle s'ennuyait dans son stand de fromage au lait de "Mon Petit Poney"! Elle rêvait d'aventures épiques, comme celles que sa soeur ainée vivait à longueur de journée, et surtout, d'un prince charmant avec lequel elle vivrait heureuse et avec lequel elle aurait de nombreux enfants. Un jour de grand spleen, Belle des champs pria et pria encore les divinités de son monde afin que son voeu le plus cher soit exhaucé, et qu'elle sorte enfin de cette petite vie minable qu'elle s'était patiemment construite à la sueur de ses aisselles.
C'est Marraine la bonne fée qui du fin fond de ses limbes, entendit l'appel de détresse de la bergère. Dans un halo vaporeux aveuglant, cheveux flottants au vent, la fée donna un magnifique étalon (Spirit, l'étalon des plaines) à Belle des champs, ouvrit la porte de sa dimension, et lui expliqua de sa voix de fausset monocorde et gutturale qu'elle trouverait ce qu'elle cherche dans le monde parallèle le plus proche. Aussitôt dit, aussitôt fait, Belle des champs enfourcha son fier destrier et se jeta en trottinant dans le couloir dimensionnel.

Scène 2 :
Cachée derrière un pied de la table de nuit, Blanches Fesses en avait entendu assez pour que ça lui éveille la jalousie. Avant que Marraine la bonne fée n'ait disparu dans son univers, la petite sournoise sortit de sa cachette, et commença sa diatribe de sa voix stridulente de gamine gâtée :
- "Ouééééé, y'en a maaaaarre, c'est toujours les mêmes qu'ont tout, et moi j'ai jamais que les restes! Marraine la bonne fée, moi aussi je veux aller faire la fête à dos de cheval, moi aussi je veux profiter de la vie, aller en boite et me faire plein de mecs! Pas juste, flûte!"
- "Allons bon... Manquait plus que toi",
persiffla la fée! "Fort bien! Tu ne mérites qu'une grosse branlée, mais je vais quand même te faire cette faveur et tester ta patience, ton courage et ton endurance! Je vais laisser le portail ouvert, et te donner une monture. Elle sera moins rapide et moins confortable, mais elle t'emmènera là où tu dois aller... Pars vite, avant que je ne change d'avis et te change en Porcinet, stupide greluche!"
La fée tendit une main et fit apparaître un immense Tricératops écailleux exhalant un fumet méphitique. Blanches Fesses fit grise mine, se boucha le nez, et enfourcha le monstre bramant et bavant. En deux coup de cuillère à pot, l'ingrate jeune fille disparut elle aussi dans le couloir dimensionnel, sans un merci pour sa bienfaitrice.

Scène 3 :
La porte se referma dans un tourbillon d'énergie jaune orangé tirant sur le rose (je mime le vortex avec le doigt sur le seuil de la chambre en faisant un genre de "Vvvvrrrrzzzmmmm-pouït!" devant les yeux ébahis et interrogatifs de ma fille. Je sens bien qu'elle n'a pas très bien saisit le coup du vortex... Pas grave : c'est qu'un détail de l'histoire...). Sur le visage impassible et cireux de Marraine la bonne fée, s'esquissa un mesquin et inquiétant sourire d'autosatisfaction, dérivant lentement en un interminable rire sardonique de méchante sorcière contente d'avoir joué un bon tour à ces deux pimbèches endimanchées.

...

Repost 0
Published by E.H.BOYER - dans DIVERS
commenter cet article
2 octobre 2006 1 02 /10 /octobre /2006 17:18

Vu sur mon blog, toujours grâce à l'irremplaçable DC, un destructeur de sites web assez rigolo : http://www.netdisaster.com/go.php?mode=manif&lang=fr&url=http://correspondant-de-presse-64.over-blog.com/ Attention, si vous voulez gentiment faire paniquer vos amis, cela nécessite quils ne soient pas trés calés en websurfing, ni en informatique... 

Vu sur la toile : Avec Google Earth, matez la voisine à poil!!! http://3couleurs.blogspot.com/2006/09/poil-sur-google-earth.html si ce n'était pas si drôle, ça ferait peur...

Entendu au boulot, chez Emac : "ça c'est du bon, ça", une expression typique et quotidienne des ouvriers de l'entreprise qui signifie soit :
- Qu'effectivement, on va pas forcer comme des malades sur une matière trop dure ou trop molle,
- que c'est une blague, et qu'en fait, on va en chier pendant un moment...

Lu sur le blog de David Castéra (encore lui!!!) : Les réponses implacables de Pottolo! enfin un adversaire verbal valable (voire plus que ça) qui sait argumenter (et toucher là où il faut) dans le cadre de l'inépuisable sujet sur Anne Etchegoyen... Décidément, je ne pensais pas que la demoiselle m'inspirerait autant!

Vu sur Euskobizia, un nouveau dessineux pour palier à mes manquements décidément de plus en plus fréquents : Crocodine! Ceux qui le connaissent reconnaîtront la justesse de son trait. J'en suis Vert de jalousie...

Vu dans mon panier hier après-midi (à la grande joie de ma famille), après deux heures de marche près de Gategorena, 200 mètres de dénivelée positive et au moins 20 glissades : 3 kg de cèpes tout frais! La récompense méritée d'un effort inhabituel...

Repost 0
Published by E.H.BOYER - dans LU - VU & ENTENDU...
commenter cet article
2 octobre 2006 1 02 /10 /octobre /2006 15:44

Les cas de correspondants locaux de presse floués sont légion. En voici un nouveau, celui de Dominique, qui vient de se voir sympathiquement "limogée" sans explication valables après 8 ans de bons et loyaux services...

Aujourd'hui, je suis désemparée et cherche de l'aide en "zapant"un peu partout... Voilà mon histoire : je suis correspondante au Dauphiné Libéré depuis presque 8 ans et donc, comme vous le savez corvéable à temps et contre temps mais, plus qu'occupée...
J'ai appris, vendredi matin, de la bouche d'une journaliste remplaçante de ma responsable de zone en congé maternité, que dorénavant, le journal se passerait de mes services ! Sachant, parait-il que ni ma personne, ni ma commune (13 000 habitants et faisant partie de l'agglomération grenobloise !) ne sont visées, mais qu'il s'agit d'un besoin de changement sur pas mal de communes (changement que l'on opérera d'abord pdt qq temps avec une journaliste, puis avec un nouveau correspondant, mais pas moi qui bien sûr, ne saurait évoluer...).
Résultat, je me retrouve inoccupée alors que j'ai encore récemment abandonné des fonctions associatives pour avoir plus de temps et, faut-il l'ajouter sans les qq 200 euros que j'arrivais à avoir par mois et qui m'aidaient à assurer les fins de mois !
Cerise sur le gateau, dans le journal de ce jour, mon nom figure avec mes coordonnées dans la liste des correspondants du secteur ! De qui se moque-ton ?
Ai-je un recours quel qu'il soit ? Bien cordialement, et, promis dans les jours à venir, je me reballade sur votre blog ! 
Ma réponse, se veut comme d'habitude pleine d'empathie, laconique et cynique, mais Ô combien réaliste...
Votre cas ne me surprend pas outre mesure. Ces gens là n'ont aucune loyauté, et ne savent pas récompenser l'investissement de leurs correspondants. Ce sont des usines à gaz, peu leur importe que vous restiez sur le carreau ou pas. De toute façon, ils ont la Loi pour eux : le statut du CLP leur donne raison. Et là, ils ne se privent pas de vous le montrer. Aucun avocat ne pourra vous défendre : les textes sont clairs; aucun syndicat ne prendra le risque de vous soutenir non plus : c'est trop tard pour vous, "fallait être syndiqué avant", vous rétorqueront-ils!!! Malheureusement c'est vrai, il n'y a aucun recours, puisqu'il n'y a aucun contrat entre votre journal et vous même...
A mon avis, il n'y a pas 36 solutions pour que vous vous y retrouviez. Je suppose que le Dauphiné Libéré n'est pas le seul journal local de votre coin? La solution serait peut-être de contacter le journal concurrent et de leur proposer vos services en tant que CLP, en faisant valoir votre book et votre expérience. Ou alors de créer votre propre journal local (sur le web par exemple?), ou d'envisager de changer de branche...
Concernant ce que vous a dit la journaliste remplaçante, vous devriez lui demander un écrit de ce qu'elle vous a dit de vive voix. Parce que sinon, a priori, votre "limogeage" n'est pas valable. Il faut que ce soit spécifié par le chef des correspondants de votre agence, pas par un vague journaliste. Toujours est-il que lorsque vous aurez cette "attestation", votre nom et vos contacts ne devront plus figurer sur le journal comme ceux du CLP de secteur. Mais même si c'est la cas, vous n'aurez aucun recours : le journal prétextera une coquille...
Désolé de n'avoir que ces quelques maigres semblants d'aide à vous proposer. J'espère que vous trouverez une solution qui vous satisfera.

Pas de bol, Dominique m'apprend dans sa réponse que le Dauphiné Libéré est le seul quotidien de sa région! Et de terminer par "C'est un drame, même le lecteur le plus simple ne retrouve plus ce qu'il souhaite et personne ne peut rien faire !!" Eh oui, c'est souvent comme ça! C'est le lecteur qui au final, ne s'y retrouvera pas...
Ce qui m'amène à ma conclusion : toi, lecteur, si tu te sens concerné par le sort et la qualité du journal que tu achètes, lutte avec nous! Envoie ton mécontentement par courrier à la rédaction, au lieu de raler et de ne surtout rien faire!
Repost 0

Mes liens

Persos :

Etienne H. Boyer

Mon Flickr

Mon Dailymotion

Mon Facebook


Immersive Lab

Immersive Lab

E-commerçons

David Castéra

Pette Etcheverry

Richard Malterre

J-Pierre Etchegoyhen

 

CLP :

la vie rennaise (Blog de Manon)

Asso interdépartementale des CLP

Glossaire journalistique

Obtenir la carte de presse

Le droit et l'image

CLP : ce qu'en dit l'URSSAF

PresseNews

le site de GBR

Categorynet

Le site d'Estelle, écrivain public et CLP

Le BloG de Sharon

Le BloG de Flo

Le BLoG de Cadichon001

Le BloG d'un autre CLP énervé

Le BLoG de J-L. Modat

 

Écrire :

Dictionnaire

Encyclopédie libre

Synonymes

Conjugueur

Grammaire

Locutions

Proverbes

Traducteur universel

Ponctuation!!!

Retourne au CM1!

 

Pays Basque/Béarn :

Les éditions Le Grand Chardon - Atobelarra

Paroles d'écolos
Le forum du SAM

Pirenifoto

Barnekaldedik

La Communauté de communes Xiberoa

Karaté Mauléon

Le BLoG de Bil Xokoa

Ekhi Electronic

Langues au chat

Mairie de Mauléon-Soule

Commune d'Ordiarp

Radio Xiberoko Botza

 

Mes potes :

Le BloG de LaureG

L'autre BloG de LaureG

Le BLoG de Cyclotor

Le BLoG de Maaatch

Le BLoG de "monsieur"

Le BLoG de Laurent Caudine

PireniFoto BloG

Pruneau cuit, pruneau cru...

 

J'en suis fan :

Le BloG de Laurel

le site de Peggy Cardoso

le site de Peio Serbielle

Les "pensements" de Laurent Caudine

Le site de Marc Large

Xan de L'ours

Dessins de presse de Large

Sigrid Daune, aka Willow Ahn

Matthew Tyas

 

L'info, la vraie :

Rue89

AgoraVox

Médiapart

la Mèche

France Info

 

Ecolos :

Covoiturage 64

Collectif Anti-OGM du Pays Basque

Réduire nos déchets

La cuisine Amapienne!