Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Xiberoland - ex CLP64
  • : Ce blog est celui d'un ex-correspondant local de presse des Pyrénées Atlantiques vivant en Soule, écrivaillon, gribouilleur et web-addict à ses heures. Mais surtout très casse-pieds...
  • Contact

Un peu de pub perso...

 
 

"L'infection T2 : Pandémie",
par Etienne H. Boyer


Éditions Astobelarra - le Grand Chardon

15 euros, 306 pages, format 11.5x20

Le blog officiel du livre


Genre : roman fantastique

 

Résumé : Tandis que Patrice végète à l'hôpital psychiatrique, que Sébastien est tombé en disgrâce et que Pascal se morfond à Paris, Beau Smart revient de plus belle, causant de terribles dégâts sur toute la planète. 
Mais cette fois-ci, le président Obaba – à qui l’intelligence artificielle a eu la mauvaise idée de s’attaquer – est bien décidé à la traquer et la détruire coûte que coûte. Pendant ce temps, un autre tueur monstrueux et insaisissable est lui aussi entré en scène…

Cette fois-ci, exit les mondes virtuels en trois dimensions : le thriller fantastique écolo et nihiliste se déroule majoritairement aux États-Unis d’Amérique, en Soule et dans le monde réel !


Commander le livre

 l'infection

"L'infection T1 : Contage",
par Etienne H. Boyer


Éditions Astobelarra - le Grand Chardon

16 euros, 378 pages, format 11.5x20

Le blog officiel du livre


Genre : roman fantastique

 

Résumé : Patrice est tombé amoureux de Mathilde, une jeune femme qui vient d'arriver en Soule. Lui est tout sauf un Don Juan, mais il a plus d'un tour dans son sac, malgré les apparences...
Il va contourner ses défauts rédhibitoires grâce à Internet. Mais il va vite apprendre que tout se paie, en ce bas- monde.
Rencontré dans un monde virtuel en trois dimensions, un génie digital exauceur de voeux va se charger de le lui rappeler, en l'entraînant dans une spirale cauchemardesque sans fin...


Commander le livre

 mauvais-berger

"Mauvais berger!",
par Etienne H. Boyer


Éditions Astobelarra - le Grand Chardon

10 euros, 90 pages, format A5

Le blog officiel du livre


Genre : tranche de vie

 

Résumé : Afin de s'installer en tant que berger, Etienne suit une formation agricole qui le conduit à effectuer des stages dans l'exploitation d'un berger éleveur en estives, dans les Pyrénées.
Mais petit à petit, le rêve de notre héros "néo-rural" s'émiette : les conditions de vie dans la bergerie sans confort sont difficiles, et le travail harassant est nullement reconnu.
Mais tout ceci ne serait rien sans les brimades de... la bergère!

 

Ce qu'en dit la presse :

 

Journal du Pays Basque, 12 avril 2008 : "(...) le style descriptif et le langage parfois cru donnent un ton réaliste à ce récit sans concession".

SudOuest, le 17 avril 2008 : "(...) un texte illustré par l'auteur lui-même, plein d'humour et d'autodérision (...)".

 

La Rébublique des Pyrénées, le 24 avril 2008 : "Une tranche de vie où toute ressemblance avec des personnages et des faits ayant existés n'est pas fortuite..."

Magazine Vent d'Oc, septembre 2008 : "Une lecture qui se fait à la vitesse de la lumière, tant l'on veut savoir à quelle sauce sera mangé ce néo-rural!!!"


Commander le livre

Rechercher

DARK XIBEROA

 

1 février 2007 4 01 /02 /février /2007 21:03

Hier soir, avant d'aller au boulot, je me suis assis avec ma femme sur le canapé du salon. Et pendant que nous sirotions la tisane bienfaisante, nous nous sommes mis à refaire le monde... C'est souvent comme ça que ça arrive! Nous parlions de l'incidence de nos actes les plus infimes sur notre environnement. Pas seulement la nature, mais aussi la famille, les amis, le taff, etc...
Un geste de trop -qui plus est mal interprété-, et c'est l'ami d'enfance qui vous fait la gueule de manière irrémédiable. Un petit pipi dans le jardin, et l'on vient de tuer 10 fourmis noires qui peut-être avaient leur utilité spécifique dans cette vie... Utilité qui en vertu de la loi sur l'effet papillon (qui veut qu'un battement d'aile d'un papillon à Vancouver peut se transformer en cyclone en arrivant sur les côtes françaises), aurait pu un jour se révéler nécessaire à votre propre survie... D'où l'intérêt de bien analyser ses actes avant de les commettre, de tourner 7 fois sa langue dans sa bouche avant de l'ouvrir, de bien relire son commentaire avant de le publier... C'est la question de la responsabilité de ses actes, et de leurs prix. (Non, je ne dis ça pour personne, Colonel Moutarde!) ;-)
Y'a t-il une solution pour éviter ces cas de conscience? "Même pas", m'a rassuré ma femme! "Si tu ne fais rien, ton non-acte, aussi infime puisse t-il être, peut avoir une incidence gravissime sur ton entourage!" Merde, moi qui voulais couper à la vaisselle, au changement bihebdomadaire de la litière du chat, à la tonte du gazon, etc.!
Donc si je comprends bien, je peux agir comme un gros salopard, jeter mes chewing gums partout, roter à la face du monde, et renvoyer chier les gens, puisque de toute façon, que je fasse ou non les choses, ça aura quand même une incidence sur mon environnement direct et indirect! No futur! "Oui mais bon, tel que je te connais, tu vas t'en faire une maladie au bout de 10 minutes! Tu as trop de scrupules, et ça sera un poids trop lourd à porter pour tes frêles épaules! Sans compter que je t'en ferais baver si tu deviens trop insupportable!"
Oui, t'as raison... Soyons réalistes! Que me reste t-il alors? Je peux même pas me suicider, au nom des gens qui m'aiment et à qui je manquerais certainement atrocement... Non... Il ne me reste plus qu'à assumer mes actes, en essayant de violenter ma conscience le moins possible! J'ai signé, c'est pour en chier!
Coïncidence, ce soir, lors de la réunion mensuelle des Verts de Soule, nous avons eu une petite digression à ce sujet. Preuve s'il en fallait, que dans la vie, rien ne se perd, tout se recycle!

Partager cet article

Repost0
31 janvier 2007 3 31 /01 /janvier /2007 21:11

Énorme! La GRANDE presse se déchaîne sur Nicolas Sarkozy aujourd'hui, sous prétexte qu'il aurait employé des méthodes peu habituelles pour retrouver les voleurs du scooter de son fils, entre autres des recherches d'ADN!!! Pour sa défense, le ministre de l'Intérieur, qui est bien placé, a annoncé que "en 2006, la police avait retrouvé 7.000 scooters volés et procédé à 30.000 analyses capillaires" source le Figaro (mais de nombreux autres journaux font état de ce fait troublant, parmi lesquels mon bon vieux Sud-Ouest par exemple). Le pourcentage entre le nombre d'analyses (horriblement coûteuses) et le nombre de vols élucidés n'en est pas moins aberrant... J'aimerais bien savoir à qui appartenaient les fameux 7000 scooters volés... Juste par curiosité...

Pour aller dans le sens de notre béarnais national François Bayrou, je dirais que je trouve absolument incohérente la réponse donnée pour élucider de pauvres petits larcins d'adolescents. Sans compter que ces analyses permettront de ficher des gens qui ont peut-être fait une erreur de jeunesse, et ne feront peut-être plus jamais de conneries dans leur vie... Bref, il y a bien deux poids deux mesures en matière de justice en France, comme le clame haut et fort l'homme de la rue, et ce triste épisode en est la démonstration flagrante (si avec ça on ne m'accuse pas de faire du populisme, je sais pas ce qu'il faut!)...

Mais moi, ce qui m'a le plus sidéré dans cette histoire navrante, c'est ce qu'a martelé le ministre de l'intérieur pour se disculper : que le PS abaissait "le niveau de la campagne" avec des histoires pareilles, et surtout qu'il fallait "laisser ses enfants en dehors de ça"!  C'est vraiment une manie de politicien de tout mélanger, (ou de laisser croire qu'ils mélangent tout quand ça les arrange), et encore plus de mettre sa famille dans la balance, histoire que l'opinion publique soit pris de pitié...
Moralement parlant, tout ceci est fort laid, mais pas plus que les "frais de bouche" des époux Chirac finalement, dans l'absolu...

Partager cet article

Repost0
29 janvier 2007 1 29 /01 /janvier /2007 17:06

Allez, un petit sujet pour détendre l'atmosphère... J'adore le cinéma. Tout style confondu (à part les films présentés par Henri Papier et Daniel Toscan Séplanté). Bref, depuis quelques années (je dirais même décennies), si les sujets des films rivalisent d'originalité (si si, regardez bien!) et surtout d'effets spéciaux, leurs scenarii sont bourrés de poncifs capables de me ruiner la soirée, comme le "NoOon!" américain, par exemple. Pourquoi américain? Parce que ces "NoOon!", on les retrouve surtout dans les films hollywoodiens.
Dans les trois derniers Star Wars par exemple, il y a un moment donné des films où l'un des héros, pétris de désespoir, hurle sa colère, (sa haine, sa folie, son amour perdu, etc...) aux cieux absents. Un "NoOon"! qui veut refuser l'évidence : "Eh oui, Padmé est morte et c'est ta faute, Anakin!" Même dans le premier Star Wars, Luke y va de son "NoOon!" lorsque Obiwan Kenobi est assassiné par Darth Vader. Dans "l'empire contre-attaque" aussi, lorsque Darth Vader lui avoue, après lui avoir tranché la main, qu'il est son père! Comme quoi ça ne date pas d'hier, cette histoire!
Dans la trilogie du seigneur des anneaux, idem : "NaooOoooon!" quand Frodon est blessé à mort, quand Boromir est blessé à mort, etc... Franchement, ça m'épuise à force!
Certains films cumulent les poncifs : dans Spawn, par exemple, y'en a au moins 3 ou 4! En plus, ce film qui aurait pu être grandiose (vu que le bédé de Mac Farlane est vraiment top moumoute) a bénéficié d'un traitement indigent, et de dialogues à la limite du débile! Quel gâchis...


L'autre poncif qu'on retrouve dans chaque blockbuster Hollywoodien, c'est le méchant qu'on croit mort à la fin (vu qu'il s'est pris une méga bastos dans le crâne, et que même un mort vivant il en serait mort!) mais qui ne manque pas de se relever au dernier moment en hurlant comme un damné, histoire de rajouter une couche de suspense et de frisson au cinéphile. Sauf que le cinéphile, à force, et avant même d'avoir vu la fin, il sait que le méchant va se relever... Donc pour le suspense, tu repasseras! Des exemples? "Fatal Attraction", "Freddy" 1, 2, 3, 4, 5... (ah oui, mais ça, ça compte pas, c'est un film de genre!), les "Nerfs à vif"... Et tant d'autres...
La variante, c'est quand le gentil est menacé par le méchant, qu'on se dit "ce salaud va le flinguer"! On entend la détonation du révolver, et c'est le méchant qui tombe, tué par un autre gentil (ou assimilé) qu'on avait oublié... C'est très chiant ça aussi...

Un dernier pour la route : le gentil tient la gentille dans ses bras. Elle est blessée à mort, mais le gentil lui dit que non, que tout va bien, qu'ils vont vivre heureux et avoir plein d'enfants, etc... Et pof! Comme par hasard, la gentille expire son dernier souffle dans ses bras! (En général, c'est juste après que le gentil emplit ses poumons d'air pour pousser son petit "NoOon!")


Tout ça pour dire que les cinéastes feraient bien de revoir un peu leur copie avant de nous balancer leurs films à grand coup de pubs... Non, pasque y'en a marre de nous rejouer interminablement la même scène!

Partager cet article

Repost0
28 janvier 2007 7 28 /01 /janvier /2007 18:39

Bonjour à toi, lecteur, lectrice.

Tu as aimé ce blog?
Très bien, tu peux revenir et même t'y abonner si tu veux!
Tu peux même laisser des commentaires, à partir du moment où ils restent respectueux des personnes, courtois, et surtout argumentés, dans le cas où le débat devient sérieux. Tu peux même déconner un peu, si tu sais rester "poli".
Plusieurs sujets sont à éviter toutefois : tout ce qui concerne le cul (Pas que je sois particulièrement puritain, bien au contraire, mais j'ai pas envie de me retrouver mal classé dans google à cause de petits rigolos), et les discours haineux à tendance fachiste (la liste n'est pas exhaustive, et pourra être complétée au fur et à mesure des excès des uns ou des autres).
Il n'y aura pas de dérogation, et les messages qui ne rentreront pas dans les standards de ce blog seront éliminés, les adresses IP des récidivistes classées dans les SPAMS, voire plus, si harcèlement caractérisé...

Tu n'as pas aimé ce blog?
Pas la peine de laisser un commentaire acerbe pour me le dire : tu es fortement autorisé à passer ton chemin : le World Wide Web est sans limites, et tu finiras bien par y trouver quelque chose qui satisfera ta curiosité et ta soif de connaissance! Bon surf à toi! ;-)

Avertissement : ce blog est un blog personnel qui ne doit en aucun cas être assimilé à autre chose qu'à son propriétaire, et n'engage d'autre personne que lui même (hormis les commentaires qui eux, engagent leurs auteurs). http://correspondant-de-presse-64.over-blog.com n'est PAS un blog politique, satirique, ni même une extension d'Euskobizia. Les textes qui y sont publiés ne sont que le reflet des pensées de leur auteur, à un moment donné.

Tout va bien pour l'instant, mais je préfère préciser, juste au cas où...

Partager cet article

Repost0
25 janvier 2007 4 25 /01 /janvier /2007 14:02

Chose promise, chose due, après quelques recherches sur Internet, j'ai appelé René Descazeaux il y a quelques minutes. L'auteur des "itinéraires mystérieux et magiques des espaces pyrénéens", pour très occupé, a gentiment consenti à me donner quelques pistes. Il m'a promis de me retrouver les sources qui ont alimenté sa digression sur le vampire de Soule en milieu de semaine prochaine...
Mais dès aujourd'hui, il m'a cité les écrits d'une certaine Gil Reicher, qui pourrait, selon ses souvenirs, être la première colportrice de cette histoire démentielle. Le château de Lahonce serait plutôt une maison forte. Il m'a aussi parlé de quatre sanctuaires visibles depuis les hauteurs entre Tardets et Mauléon (les chapelles peut-être?), mais aussi de loups garous. Je ne sais pas si ça a un rapport, mais en tout cas, ça fleure bon le film fantastique, tout ça...
Dès cet aprem, je file chercher de la doc sur Gil Reicher... On verra pour la suite!

Partager cet article

Repost0
24 janvier 2007 3 24 /01 /janvier /2007 11:15

Un billet que j'ai écrit aujourd'hui sur le blog des Verts de Soule, et qu'il m'a semblé plus que judicieux de replacer ici, sur mon blog perso.

Je ne pouvais décemment pas me lancer dans une diatribe contre l'inertie de nos élus sur Euskobizia. Il y allait de mon intégrité "d'homme de la presse". Ici, je peux assumer pleinement ma Vertitude, et mon coup de colère contre des élus souletins qui n'ont pas cru bon de faire -au moins- acte de présence à la soirée Al Gore... La "vérité qui dérange" n'est pas forcément là où on la croit!

La salle du cinéma était pleine à craquer, mais bizarrement, aucun élu n'a daigné faire le déplacement. Pas un seul adjoint aux maires des 35 communes de Soule, pas un seul conseiller municipal ne s'est manifesté! Ne me dites pas que personne n'était libre, à part (et c'est bien normal) notre ami Laurent Caudine, qui comme chacun sait, n'est plus conseiller municipal depuis quelques temps!
Est-ce que la forte présence du gotha culturel local a achevé de faire peur aux élus de la communauté de communes Xiberoa, qui se font déjà bien assez reprocher leur non-prise de position concernant la compétence culturelle? Je ne conçois pas qu'un sujet gravissime comme le réchauffement climatique puisse être assimilé à un guet apens. Tout comme je ne conçois pas non plus que le sujet n'ait pas fait se déplacer les industriels locaux (d'autant plus s'ils sont élus!), largement responsables de la pollution du bas-Saison; et que dire de la commission syndicale de Soule, concernée en premier chef, elle, par le manque d'eau en été...
Non, pour moi, le mal qui a frappé nos décideurs ce mardi 16 janvier est le même qui frappe plus de 50% des citoyens en âge de voter les jours d'élections : c'est l'inertie! Le coup de mou qui brise les élans, et fait mourir nos instincts de survie au profit de choses abominables dont on se passerait bien.

Alors, doit-on considérer, comme l'affirment nos journaux quotidiens, que tout va bien en Soule? "Il fait bon, c'est propre et vert; tout le monde chante et danse... Mais bon Dieu, que voulez-vous de plus?!"

Juste que les gens qui sont sensés nous représenter prennent conscience du danger, s'investissent davantage pour la sauvegarde de la nature, prennent des mesures d'urgence à la hauteur, et fassent au moins acte de présence lors de manifestations de ce type! Et surtout qu'ils cessent de prendre les gens qui se préoccuppent de l'écologie comme des "indiens incapables", des "planeurs" qu'il faut laisser pour compte.

Alors on pourra très bien me rétorquer, comme cela a été suggéré par ailleurs lors du débat, que la Communauté de communes ne fait PAS rien pour l'environnement, elle qui a créé et financé le salon des énergies renouvelables en novembre dernier. Oui, c'est vrai, mais aurait-elle eu cette présence d'esprit si derrière, il n'y avait pas eu une forte impulsion du spécialiste local en la matière, Philippe Méau?
Oui, Je m'excuse de l'avouer, mais j'ai de sérieux doutes! Je pense qu'en Soule, on gère le présent avec plus ou moins de bonheur (par exemple en construisant à coups de millions d'euros deux trinquets flambants neufs pour une minorité, mais aussi la gloriole, avouons-le), mais surtout pas l'avenir, qui appartient aux élus du futur, et qui sauront bien se dépatouiller seuls, le cas échéant...
Comme l'a dit notre président Daniel Hegobürü lors de cette soirée débat, la seule solution pour faire changer les choses, c'est de passer par les urnes. Souvenez-vous en le jour J, et votez en votre âme et conscience!

Partager cet article

Repost0
22 janvier 2007 1 22 /01 /janvier /2007 23:18

Voilà l'exemple typique d'un article de CLP sabré par un journaliste pour (officiellement) raison de "longueur incompatible avec le format du journal et/ou bavardage inutile" (voir l'article publié dans Sud-Ouest Béarn et Soule lundi 22 janvier 2007)... Vous remarquerez (dans le texte original publié sur Euskobizia, et reproduit ci-dessous) que je me suis permis de mettre en rouge les phrases qui m'ont été sucrées! Bizarrement, ce sont pour bonne part des propos qui ne sont pas "politiquement corrects" (mais qui ont été tenus par des gens que je cite nommément). De là à affirmer que j'ai été sabré pour ne part faire de tort aux élus souletins, il y a un pas que -par respect pour l'intégrité de mon confrère qui s'est rendu coupable de ce méfait- je ne franchirais pas!
Ceci juste afin d'illustrer les raisons qui m'ont poussées à créer Euskobizia, puis ce blog... Quand je disais (dans un article précédent) que la liberté de la presse n'était plus d'actualité, je ne croyais pas si bien dire. Peut-on toujours dire que "les faits sont sacrés, et les commentaires sont libres", après ça? 

La soirée projection-débat autour de "Une vérité qui dérange", le film d’Al Gore, a fait salle comble au Maule Baitha

ÇA FAIT FROID DANS LE DOS !

Al Gore se présente lui même comme le futur ex-président des États Unis d’Amérique. Après sa défaite controversée -lors des élections qui ont placé son rival George W. Bush à la maison blanche en l’an 2000- il s’est attaché à sillonner le monde afin de sensibiliser l’opinion publique au réchauffement climatique, et à ses conséquences pour la Terre et l’humanité. Le film "Une vérité qui dérange" -projeté en série toute la journée au cinéma Maule Baitha mardi dernier, et qui a attiré plus de 600 personnes, dont plus de 200 lors de la soirée-débat- est en quelque sorte autobiographique, et retrace tout particulièrement cette quête planétaire d’Al Gore et son combat contre le scepticisme un brin hypocrite de ses contemporains. Si l’on peut toujours reprocher au film de ne pas trop s’étendre sur la partie qui concerne les solutions au problème du réchauffement climatique, qui ne dure qu’une quinzaine de minutes, que le documentaire semble monté comme un show "à l’américaine", et donc en priorité à destination du peuple américain, il n’empêche que le fond du message, agrémenté de nombreuses preuves scientifiques irréfutables est indéniablement juste et fait mouche. Loin du scénario catastrophe d’un autre film "Le jour d’après" (de Roland Emmerich), Al Gore se veut pourtant très clair : "continuons à polluer comme ça, et la Terre nous rendra bientôt la monnaie de sa pièce ! Que fera t-on lorsque le Groenland et l’Antarctique auront fondu, et que le niveau de la mer aura monté de 6 mètres de haut ? Comment accueillerons-nous les 100 millions de personnes qui fuiront ces zones sinistrées où ils habitaient avant ? Quel monde allons nous laisser à nos enfants ? C’est maintenant qu’il nous faut agir !"

Le silence des élus

Trois personnes (Remy Morel, de Lacq-Odyssée ; Allande Erreçaret, de Euskal Herriko Laborantxa Ganbara ; et Philippe Méau d’Ékhigéo) avaient été recrutées par l’association Maule Baitha afin d’animer le débat qui a suivi la projection. Comme d’habitude, les premières questions ont eu un peu de mal à fuser, car les souletins semblaient encore pris dans le film qu’ils venaient de voir, mais bien vite, le dialogue a pu s’établir. "J’aimerais savoir si nos élus se sentent concernés par le problème. D’ailleurs, y’a t-il un élu dans la salle ?", s’est enquis Pascal Oliarj, vétérinaire à Tardets. "Au moins c’est clair : leur silence parle pour eux...", a t-il lancé à la cantonade, alors que la réponse tardait à arriver. "Je me garderai de parler en leur nom", a répondu Philippe Méau, "mais je peux vous parler du groupe Ekhigéo, qui est piloté par la communauté de communes Xiberoa, et qui planche pour faire avancer au plus vite les énergies renouvelables en Soule. Le Conseil Général est même venu prendre exemple sur nous pour établir ses propres actions. Il est bon de rendre cet hommage aux élus souletins qui se sont sentis concernés depuis longtemps ! "
Allande Erreçaret a quant à lui fait un résumé de la situation au Pays Basque, une des régions de France les plus touchée par le réchauffement climatique selon lui : "le niveau de l’eau a énormément chuté ces dernières années. La température change aussi : on prévoit 1 degré de plus l’été, et trois de plus l’hiver ! Pour le secteur d’Iraty, il est prévu un jour de neige de moins par an... Un manque à gagner pour le ski, mais aussi pour les ressources en eau. " Toujours selon le technicien de la chambre d’agriculture basque, le réchauffement de la planète serait dû à l’activité humaine journalière, aux industriels, mais aussi à l’agriculture et l’élevage, qui sont de grands pollueurs.
"La surfertilisation du sol est la principale cause d’émission de protoxyde d’azote, un gaz extrêmement agressif pour l’atmosphère. Il en va de même pour les émanations de méthane, provenant des matières fécales des élevages, qui est largement plus offensif que le CO2".

Société schizophrène

Popol Dalgalarondo a tenu à mettre en évidence la contradiction entre les propos écologiques tenus par les dirigeants, et la formidable incitation à la surconsommation en parallèle : "regardez tous ces 4x4, tous ces quads qui fleurissent à chaque coin de rue, ces climatiseurs dont on nous rabâche l’utilité à longueur de journée ! " Nicole Lougarot a quant à elle fustigé les illuminations de Noël : "Puisqu’un service qui travaille sur les énergies renouvelables existe au sein de la Communauté de communes, ne peut-il rien faire contre ses stupidités, encouragées par les communes qui organisent des concours relayés par les médias ?" Pour Philippe Méau, c’est à nous de montrer l’exemple, de rayonner autour de nous, et de faire changer les choses. Ce sont les gouttes d’eau qui forment l’océan.
Rémy Morel, qui parle de "société schizophrène", pense qu’il y aurait nombre de décisions politiques à prendre afin d’infléchir la course. "Regardez le transport de marchandises, qui se fait essentiellement et de plus en plus par voie de route..." Et Daniel Hegobürü, président des Verts du Pays Basque venu soutenir les Verts de Soule avec son équipe, de sauter sur l’occasion pour s’exprimer : "La seule issue, c’est de s’engager politiquement pour faire changer les choses autrement qu’en proposant des pactes écologiques. On peut choisir une politique de solidarité, ou y être contraint par la force des choses. Le film est très clair là dessus".
Certes, "mais nous, à 13 ou 15 ans, que peut-on faire ? ", ont demandé deux jeunes filles au premier rang, restées coites tout au long du débat. "Parlez-en autour de vous", a répondu Philippe Méau, leur conseillant d’accomplir quelques petits gestes écologiques à leur niveau. Comme par exemple d’éviter les trajets en voiture si ce n’est pas nécessaire, opter pour des ampoules à faible consommation, ou poser des interrupteurs sur les appareils électroménager qui restent en veille...

CQFD...

Partager cet article

Repost0
21 janvier 2007 7 21 /01 /janvier /2007 21:55

Bon, j'ai une sainte horreur des chaînes de ce type. C'est d'ailleurs pour ça que je me ferais un plaisir de la rompre sur le champs, quitte à me maudire le vaudou jusqu'à la septième génération... Si j'ai consenti à répondre à celle ci, c'est uniquement parce qu'elle vient de David...
Alors... 5 choses (fondamentales) que vous ne savez pas sur moi, donc...

1) Je n'aime pas avoir à me raser. C'est pour ça que j'ai toujours trois ou quatre poils qui se battent en duel sur le menton...

2) Le soir avant d'aller au lit, chuis comme les vieux : j'aime bien me prendre une petite tisane pour évacuer toutes les tensions de la journée.

3) Mon plus grand plaisir, en dehors de faire l'amour, manger, boire, dormir, et pianoter sur mon ordinateur, c'est d'aller me balader en montagne. Je marche longtemps et vite, pour bien me crever, et après, je me sens... vachement bien! Malheureusement, c'est pas tous les jours!

4) Si j'avais hyper plein de pognon, je m'achèterais pas une Ferrari, un château en Irlande, ou une montagne de chocolat noir... Non non : je ferais en sorte qu'Euskobizia développe son potentiel au maximum. Je recruterai plein de gens motivés pour que ce webdo gratuit devienne incontournable au Pays Basque (and in the whole wide world).

5) Je suis responsable de la mort d'une bonne vingtaine de souris depuis novembre dernier. En plus, c'était même pas pour les manger! Comment peut-on se revendiquer Vert, et tuer des animaux? C'est aussi incompatible qu'être chasseur et végétalien. Et pourtant...

Partager cet article

Repost0
20 janvier 2007 6 20 /01 /janvier /2007 17:55

Une petite dédicace que m'a envoyée l'illustratrice souletine Laure Gomez. Je ne saurais que trop vous conseiller d'aller voir son exposition à la maison du patrimoine à Mauléon. C'est jusqu'au 24 février. Laure est une artiste dont le talent indéniable mérite le soutien de tous. Pour en savoir plus sur elle, lisez ici, ou !

Partager cet article

Repost0
20 janvier 2007 6 20 /01 /janvier /2007 12:46

Depuis cette année, j'ai décidé de m'investir un peu plus dans la sauvegarde de la nature. Je sais que mon adhésion au Verts n'est qu'une goutte d'eau, mais je me dis que ce sont les gouttes d'eau qui forment les océans... Le film d'Al Gore "Une vérité qui dérange" me conforte dans mon choix et mon engagement.
Et puis, je pense au monde que nous sommes en train de détruire, à la terre mère qui nous a tant donné, et que nous allons laisser en ruine à nos enfants, et mes derniers scrupules sont envolés...
Si on ne fait rien maintenant, nous n'aurons plus que nos yeux pour pleurer. Voilà pourquoi je voterai Vert, même si -pour les moutons qui préfèrent suivre les blockbusters comme Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy- mon geste peut paraître dérisoire. J'ai ma conscience pour moi.
Donc, au risque de passer pour un planeur de plus en Soule, j'ai rejoint mon ami
Laurent Caudine
dans sa quête du "mieux pour nous tous" (j'en entend déjà rire sous cape : "Tiens, ils se sont bien trouvés ces deux là"!). Aujourd'hui, nous sommes 4 encartés en Soule, et de nombreux autres sympathisants. Pour en savoir plus, et pourquoi pas, rallier le mouvement, c'est par ici que ça se passe : http://vertsdesoule.free.fr.

Partager cet article

Repost0