Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Xiberoland - ex CLP64
  • Xiberoland - ex CLP64
  • : Ce blog est celui d'un ex-correspondant local de presse des Pyrénées Atlantiques vivant en Soule, écrivaillon, gribouilleur et web-addict à ses heures. Mais surtout très casse-pieds...
  • Contact

Un peu de pub perso...

 l'infection

"L'infection T1 : Contage",
par Etienne H. Boyer


Éditions Astobelarra - le Grand Chardon

EN SOLDE! 9 euros, 378 pages, format 11.5x20

Le blog officiel du livre


Genre : roman fantastique

 

Résumé : Patrice est tombé amoureux de Mathilde, une jeune femme qui vient d'arriver en Soule. Lui est tout sauf un Don Juan, mais il a plus d'un tour dans son sac, malgré les apparences...
Il va contourner ses défauts rédhibitoires grâce à Internet. Mais il va vite apprendre que tout se paie, en ce bas- monde.
Rencontré dans un monde virtuel en trois dimensions, un génie digital exauceur de voeux va se charger de le lui rappeler, en l'entraînant dans une spirale cauchemardesque sans fin...


Commander le livre

 mauvais-berger

"Mauvais berger!",
par Etienne H. Boyer


Éditions Astobelarra - le Grand Chardon

10 euros, 90 pages, format A5

Le blog officiel du livre


Genre : tranche de vie

 

Résumé : Afin de s'installer en tant que berger, Etienne suit une formation agricole qui le conduit à effectuer des stages dans l'exploitation d'un berger éleveur en estives, dans les Pyrénées.
Mais petit à petit, le rêve de notre héros "néo-rural" s'émiette : les conditions de vie dans la bergerie sans confort sont difficiles, et le travail harassant est nullement reconnu.
Mais tout ceci ne serait rien sans les brimades de... la bergère!

 

Ce qu'en dit la presse :

 

Journal du Pays Basque, 12 avril 2008 : "(...) le style descriptif et le langage parfois cru donnent un ton réaliste à ce récit sans concession".

SudOuest, le 17 avril 2008 : "(...) un texte illustré par l'auteur lui-même, plein d'humour et d'autodérision (...)".

 

La Rébublique des Pyrénées, le 24 avril 2008 : "Une tranche de vie où toute ressemblance avec des personnages et des faits ayant existés n'est pas fortuite..."

Magazine Vent d'Oc, septembre 2008 : "Une lecture qui se fait à la vitesse de la lumière, tant l'on veut savoir à quelle sauce sera mangé ce néo-rural!!!"


Commander le livre

Rechercher

DARK XIBEROA

 

20 février 2006 1 20 /02 /février /2006 22:09

Là, je sens que je vais me faire des ennemis, surtout dans le camps des artistes qui tentent désespérément de vivre de leur travail. Je m'explique : il m'est arrivé plusieurs fois d'avoir à effectuer des commandes de dessins pour divers projets (Une méthode de guitare, un guide de l'hygiène médicale en clinique, une série d'affiches pour une banque, des croquis pour des entreprises diverses...). Ca tombe bien, je ne travaille jamais aussi bien que lorsqu'on "m'impose" un sujet.
Le moment critique, c'est toujours lorsqu'on me demande de chiffrer mon travail.  C'est une gymnastique qui m'est très difficile à accomplir. Ce n'est pas que je trouve mes oeuvres inestimables (qualitativement parlant), mais tout simplement parce cela va à l'encontre même de mes convictions!

Et c'est là que je vais m'attirer les foudres des professionnels : J'estime que savoir dessiner, ou du moins griffonner des trucs qui ressemblent à quelque chose (dans mon cas), c'est de l'ordre du "don". Il y a certes souvent de l'entraînement de longue haleine (c'est mon cas), mais c'est une facilité que chaque dessinateur a de naissance.  Ce n'est pas comme de savoir écrire. Aujourd'hui, tout le monde (ou presque) va (ou est allé) à l'école. Tout le monde est sensé avoir appris à lire et à écrire. Ce n'est pas inné, mais acquis. Or, je ne vois absolument pas pourquoi quelqu'un qui aurait un "don" en quelque chose serait en droit de réclamer de l'argent en contrepartie de l'exercice de son talent.
Après-tout, c'est un avantage reçu à la naissance, comme être beau, ou porter impeccablement le costume trois pièces. Pourquoi devrait-on en plus tomber toutes les femmes du monde, trouver du travail en claquant des doigts, et attendrir les belles-mères? Alors comme ça, quand on est bien né, on mérite en plus d'être payé deux fois (ou plus)?
Non, à mon sens, un "talent" est fait pour être partagé avec les autres, sans espérer autre forme de remboursement que le plaisir de lire un sourire sur le visage des personnes auxquelles on s'est prêté. 
En fait, le métier d'artiste devrait être rémunéré "équitablement" par l'état : rendre les autres heureux mérite le label "métier d'utilité publique".
Evidemment, si l'on tient absolument à me donner des sous, je ne les refuserai pas, ce n'est pas poli, et ce serait suicidaire, par les temps qui courent. Mais je ne réclame rien, et me refuse à faire un prix.

Ce qui fait aussi que je me réserve le droit de refuser un travail, si l'envie m'en prends...

Alors là, si je ne me fais pas conspuer dans la demi-heure, je mange mon clavier d'ordinateur!

Repost 0
19 février 2006 7 19 /02 /février /2006 00:20

On ne peut pas réellement parler de "dessin de presse", dans le cas du Can'Arlacais*. C'est pour cette raison que j'ai collé cet article dans cette rubrique. Et si j'ai tenu à vous parler du Can'Arlacais, c'est tout simplement parce que mon CV y fait référence, également parce que -sans prétention aucune- je suis assez fier de ce petit personnage.

Début 1997, alors que j'habitais Mérignac-Arlac, j'ai proposé mes services d'illustrateur (en bénévolat) au journal du quartier, tenu par le centre socio-culturel.
L'idée a semblé plaire à la directrice de l'époque, Mme Nicole Savary, qui a de suite accepté. Et c'est ainsi qu'est née la mascotte du journal, un canard bêtisard et malicieux (en noir & blanc). J'ai aussi créé le "Gobu", un stupide Alien que notre héros rencontre de temps à autres. En septembre 1997, je déménageais pour Mauléon (Lire par ailleurs), et emportais dans mes cartons une demi-douzaine de planches représentant le canard dans diverses situations. J'étais toujours assez attaché à ce personnage, et je ne voulais pas le voir mourir de si tôt. C'est pourquoi j'ai continué à le dessiner depuis la Soule, et à envoyer des photocopies au centre socio-culturel pendant quelques mois.

Et puis un jour, la distance, le travail, les enfants qui s'annonçaient m'ont plus ou moins fatalement contraint à arrêter ma collaboration avec le Can'Arlacais. C'est seulement hier, en farfouillant dans mes cartons que j'ai retrouvé ces archives. Un petit nettoyage sur Photoshop, et l'affaire est dans le sac!
Vous découvrirez peu à peu ce personnage fort sympathique en cliquant sur les liens ci dessous, liste non exhaustive que je compléterai au fur et à mesure.

Can'Arlacais contre le Gobu, épisode 1,
Can'Arlacais contre le Gobu, épisode 2,
Can'Arlacais tire les Rois,
Le maître d'école,
Le médecin,
Sherlock Holmes,
La page spéciale,
La chandeleur,
Le coin inférieur droit,
L'éditorial,
Le bédévore,
C'est mon coin,
Coup de gueule,
Luciano Canarotti,
Le déchet 1,
L'acrobate,
Lorsque la machine se joue du canard,
L'oeuf,
La boite de Pandore,
Poésie,
So long...,
Hygiène alimentaire,
Le petit curieux d'Arlac,
Décollage,
Easyrider,
Fou de foot!
J'aime lire,
Le caïd de la plage,
Poète...
Aux sports d'hiver...
A l'école!


*J'y ai aussi écrit quelques articles, et notamment une rubrique que j'affectionnais particulièrement et que j'avais intitulé "Bédévore". J'y faisais des chroniques de Bandes Dessinées. Je vais tâcher de les retrouver et de les publier par là, dès que j'en aurais le temps.

Repost 0
18 février 2006 6 18 /02 /février /2006 17:53

En 1997, j'étais agent de sécurité en 3/4 temps à Bordeaux. Ma femme était en contrat CES dans une association girondine, et nous en avions vraiment assez de la ville. Sept ans qu'on végétait , de petit boulot en boulot de merde, dans des petits apparts de banlieue. Bref, ce n'était pas une vie. Lorsque nous avions des vacances, nous partions randonner dans les Pyrénées. La montagne (et le bassin d'Arcachon) étaient nos seuls échappatoires. Et puis un été, en Ariège où nous avons des amis, nous avons rencontré "Miguel", le vieux berger. Quelle vie il avait, ce gars... Pour ceux qui ont vu "le Pari", avec Didier Bourdon et Bernard Campan, "Miguel" ressemblait traits pour traits aux vieux berger fumeur de l'épilogue. Un type plein de vie, nonchalant, et libre.
Bref, je me suis dit que Berger, ce serait bien un boulot pour moi! Les doigts de pieds en éventail, à siffloter sous les sapins. Un oeil sur le troupeau, l'autre sur la montagne... Le paradis, en somme!

Aussitôt rentré de vacances, j'ai couru jusqu'à l'antenne de l'ANPE la plus proche, histoire de prendre quelques renseignements. Ô bonne mère!!! Il existait (et toujours aujourd'hui) une formation rémunérée (ou plutôt indemnisée...) pour devenir berger! Il n'a pas fallu plus d'une heure pour convaincre ma chère et tendre. En septembre, je m'inscrivais au CFPPA de Pau-Montardon pour effectuer cette formation à Menditte (un obscur petit village du Pays Basque, où je ne comptais pas faire de vieux os de toute façon!).
Nous avons donc pris un logement miteux (mais spacieux et pas cher) face à l'hôpital de Mauléon, la capitale de la Soule, et j'ai commencé à suivre ces cours, avec une vingtaine d'autres élèves, dont un certain nombre faisaient comme moi, une espèce de retour à la nature...

J'ai passé les six mois de classes, puis le diplôme (Brevet Professionnel Agricole option Ovins-lait, BPO) avec succès. Mais comme je suis né en 1971, il m'a fallu aller plus loin dans mes "études", et passer un BPREA (Responsable d'Exploitation Agricole), soit un an et demi de plus à tirer au Pays Basque! La galère! Tout ça pour pouvoir toucher la dotation jeune agriculteur et pouvoir m'installer... Et tout ça pour finalement rester au Pays Basque, et ne pas devenir berger!

De cette période, durant laquelle j'ai appris ce qu'était le "piétin fraise", à couper les queues des agneaux, à faire du bon fromage, et à retirer les asticots des pénis de béliers (si si!) je garde un souvenir mitigé, mais aucun regret. L'école, c'était un bon moment. J'ai d'excellents souvenirs des cours de Jean-Luc Boucheron et Sophie Keuftérian. Je pense sincèrement que le BPO m'a permis de m'intégrer dans cette Soule rurale. Par contre, je préfère oublier (encore aujourd'hui, 6 ans après) mon passage en estives en vallée d'Ossau, ou mes 6 mois en tant que salarié en exploitation avicole près de Navarrenx (j'y reviendrai plus tard). Toujours est-il que ce sont ces expériences peu probantes sur le terrain qui m'ont décidé à changer de voie, une fois de plus!
En attendant, pendant les cours, je ne pouvais résister à l'appel de mes crayons (encrage au bic noir, couleurs au Staedtler Marsgraphic délayé à l'eau). C'est à cette époque que j'ai dessiné mes  "tronches de BPO" (bientôt online).

Ci-dessous, cliquez sur les détails d'images pour découvrir les trois dessins qui illustrent mon rapport de stage. C'est pour ne pas les perdre que j'ai décidé de numériser les originaux. Ils ne sont pas particulièrement extraordinaires, mais témoignent de cette période bizarroïde de ma vie pendant laquelle je croyais pouvoir devenir berger dans les Pyrénées!

Légende (de gauche à droite):
1) Production fourragère
2) Traitements d'automne
3) Financements...

    

 

 

 


     

Repost 0
17 février 2006 5 17 /02 /février /2006 19:56

Comment devenir correspondant de presse pour Euskobizia?

Rien de sorcier, si ce n'est qu'il faut toujours garder en mémoire qu'Euskobizia est éditée par Vasconimedia, association loi 1901. Rien à voir, donc, avec une société de presse a but lucratif. Chacun de ses membres est bénévole et, à ce titre, fournit le site en articles gratuitement.


Ça, ce sont les données actuelles. Le but étant qu'un jour, nous puissions changer de statut, et rémunérer nos correspondants en honoraires et frais décents.

La seconde règle de rigueur, est d'obéir "aveuglément" à la charte d'Euskobizia (publiée sur  ce blog, mais aussi sur le site). Cette charte constitue notre ligne éditoriale, et mises à part quelques exceptions (cas particuliers de Batxügaïtz, du dessin de la semaine ou de l'édito), doit être scrupuleusement respectée. Vous pouvez traiter n'importe quel sujet, à partir du moment où cette règle est acquise.

Ensuite, être correspondant pour Euskobizia, suppose que vous ayez déjà un ordinateur avec accès Internet (ou alors que vous avez un abonnement dans une cyberbase locale), et que vous ayez à votre disposition un appareil photo numérique, ou un moyen de numériser vos images. 

Dernière chose, avant de passer à la pratique : il faut dans la mesure du possible respecter les standards de mise en page du site. Chaque article doit être rédigé comme suit :

- Le lieu, en majuscule, dans votre langue et en basque : MAULÉON/MAULE

-         Une accroche de 3-4 lignes résumant la ou les grosses infos du texte.

-         Un titre bien choisi (4-5 mots maxi)

-         Un ou plusieurs paragraphes, séparés par des intertitres

-         Votre signature

-         Un encadré contenant des précisions sur le texte principal, ou une deuxième entrée au sujet, si cela est nécessaire.

Les photos doivent être formatées pour le site :

-         Celles qui figureront sur la page "article" doivent impérativement être inférieure ou égales à 480 pixels de large. La hauteur n'a pas d'importance. Vous pouvez aussi créer des images de 240px  de large, si vous voulez.

-         Celles qui figureront en une "sec" (les logos carrés dans les pages de rubrique, sous l'article principal) doivent impérativement faire 224x224px. Chaque article doit avoir un logo.


Voilà, vous en savez assez pour le moment. Si vous êtes intéressés, vous pouvez d'ores et déjà vous mettre au clavier et rédiger votre premier papier! Il vous sera délivré une accréditation officielle dans un second temps, en fonction de votre "fidélité". Si vous avez besoin de détails supplémentaires, n'hésitez pas à nous contacter >>à cette adresse<<.

Repost 0
Published by E.H.BOYER - dans EUSKOBIZIA
commenter cet article
17 février 2006 5 17 /02 /février /2006 11:42

Un petit dessin inédit (enfin presque, puisque publié à 230 exemplaires dans le journal interne du groupe de mon employeur) qui est sensé illustrer un édito sur notre empreinte écologique. A ce sujet, rions (jaune) un peu : allez visiter ce site www.agir21.org, dans lequel vous pourrez apprendre à quel point vous polluez la planète (ne soyez pas surpris, ça se calcule en terrains de foot...)!

Vous verrez, ça fait très peur. Comme si on avait besoin de ça (en plus) pour avoir les jetons...

Repost 0
Published by E.H.BOYER - dans VERT DE RAGE
commenter cet article
30 janvier 2006 1 30 /01 /janvier /2006 15:26

Voici quelques vidéos (amateur) à télécharger :

 http://www.vasconimedia.new.fr/niko.mov : un extrait du concert de soutien à Peio Serbielle (septembre 2005 à Mauléon) dans lequel le grand rocker Basque Niko Etxart s'illustre en live, unplugged et dans un registre un peu inhabituel. Lire l'article >>

http://www.vasconimedia.new.fr/pirates.mov : un clip réalisé à partir de prises de vues faites lors du tournage du court métrage de Marc Lahore, intitulé Pirates. Lire l'article >>

 

Repost 0
Published by E.H.BOYER - dans PRESSE VIDEO
commenter cet article
30 janvier 2006 1 30 /01 /janvier /2006 15:13

Cette rubrique, savamment intitulée "Presse Vidéo" vous permettra -comme son nom l'indique- de jeter un oeil sur quelques-unes de mes productions vidéo, réalisées (le plus souvent avec un pauvre petit appareil photo numérique Nikon Coolpix) dans le cadre d'Euskobizia (encore!!!) ou tout simplement pour le fun... Vous verrez que là encore, il y a du bon comme du vraiment dispensable. Mais c'est le jeu, et l'intérêt de ce blog.

Repost 0
Published by E.H.BOYER - dans PRESSE VIDEO
commenter cet article
30 janvier 2006 1 30 /01 /janvier /2006 15:03

Voici quelques petites interviews (datant de l'âge d'or de Métalstase) à télécharger* :

Devin townsend pour la sortie de l'album de DTB intitulé "Accelerated evolution" : http://www.carnage.new.fr/DTB/IWdtb.mp3

Devin townsend pour la sortie de l'album "Terria" : http://www.carnage.new.fr/DTB/IWterria.mp3

*cet article sera appelé à être complété au fil du temps, et au fur et à mesure de la construction de ce blog. N'hésitez pas à revenir le consulter de temps à autre...

Repost 0
Published by E.H.BOYER - dans PRESSE RADIO
commenter cet article
30 janvier 2006 1 30 /01 /janvier /2006 10:06

"EGON, Le chant des légendes basques" passé à la dissection avant une sortie officielle prévue pour le printemps... Si tout va bien !

Egon : le chant de la Liberté, bientôt dans tous les bacs !

Un jour prochain viendra où enfin, sortira dans nos bacs l’énorme album "Egon, le chant des légendes Basques"... Pourquoi énorme me direz-vous ? Parce que tout d’abord, il brise un tabou -celui de la tradition étriquée et figée- (les puristes vont très certainement trouver ce disque particulièrement commercial et excessif !) sans pour autant y perdre son identité, bien au contraire. Ensuite, Egon est extrêmement fouillé musicalement parlant, sans être pour autant difficile d’accès, mélangeant allègrement les orchestrations symphoniques, les synthétiseurs et les rythmiques hip-hop. Il n’en n’est pas moins parfaitement produit, pouvant même paraître sur-arrangé à la première écoute. Mais cette relecture très actuelle et un peu grandiloquente par moments (il faut bien l’avouer) de grands classiques de la chanson Basque (6 titres sur 14) est des plus intéressante. Car les auteurs (il s’agit d’une œuvre collégiale, où l’on retrouve entre autre Jean-Marie Guezala, David Olaizola, Agnès Coussirat et les chœurs Aizkoa autour des omniprésents Peio Serbielle, Xavier Marcos et Philippe Pallaro) n’ont visiblement pas choisi les morceaux du disque au hasard.

C’est en forêt des Arbailles, entre les troncs des hêtres que l’on ressent le plus cette magie qui hante encore la terre des Basques, illustrée par Egon

Un voyage magique

Tous les titres de l’album forment un ensemble illustrant un concept, celui de l’histoire des Basques, depuis les temps immémoriaux jusqu’à aujourd’hui. Egon, c’est bien sûr un concentré de tout ce que le Pays Basque fait de meilleur en matière de musique, mais c’est aussi une invitation au voyage au pays des Lamiñaks et du Basajaun, qui malgré le temps qui file et les histoires d’antan qui s’oublient, hantent toujours notre dimension. Il suffit de s’égarer en forêt des Arbailles pour s’en persuader. Car encore aujourd’hui, il reste des traces de ce Pays Basque magique, cette terre de légende et de croyances païennes peuplée de gens parlant avec des phrases inversées et une langue inconnue. Un peuple tellement étrange qu’il en a été longtemps pourchassé pour ses supposées accointances avec le Malin. Plus qu’un disque de "World Music", Egon, c’est la bande originale de ce Pays Basque authentique, proche des éléments et libre comme le vent... Paradoxal pour une galette que l’on empêche de sortir au grand jour* !

E.H.BOYER

*La sortie officielle du disque (chez Sony Music) est conditionnée à la sortie de prison de Peio Serbielle, sous les verrous depuis le 3 octobre 2004 pour avoir accueilli chez lui des présumés clandestins appartenant à l’organisation terroriste ETA. "Egon, le chant des légendes Basques" est néanmoins disponible au prix de 25 euros au magasin des produits régionaux (Herri Ekoizpen) à Mauléon (www.produits-basques.com)

Extrait d'un article paru sur le site www.euskobizia.com. Mais c'est pour la bonne cause!

Repost 0
Published by E.H.BOYER - dans PRESSE ECRITE
commenter cet article
27 janvier 2006 5 27 /01 /janvier /2006 20:01

Il est tout beau, il est tout nouveau : c'est le dessin de la semaine de www.euskobizia.com.
J'ai tenu à mettre ce "chef d'oeuvre" sur le blog car j'en suis particulièrement fier*. J'aime beaucoup dessiner, mais les infographies, ça c'est le pied! Il risque fort d'y en avoir un peu plus souvent sur le webdo des Basques d'ici et d'ailleurs, dorénavant!

J'avoue avoir été fortement inspiré par "le blog de streumon" pour cette image mettant en scène des jouets. Je vous encourage d'ailleurs à aller découvrir ce monument de déconnade à prendre au Xième degré...
Repost 0
Published by E.H.BOYER - dans DESSINS DE PRESSE
commenter cet article

Mes liens

Persos :

Etienne H. Boyer

Mon Flickr

Mon Dailymotion

Mon Facebook


Immersive Lab

Immersive Lab

E-commerçons

David Castéra

Pette Etcheverry

Richard Malterre

J-Pierre Etchegoyhen

 

CLP :

la vie rennaise (Blog de Manon)

Asso interdépartementale des CLP

Glossaire journalistique

Obtenir la carte de presse

Le droit et l'image

CLP : ce qu'en dit l'URSSAF

PresseNews

le site de GBR

Categorynet

Le site d'Estelle, écrivain public et CLP

Le BloG de Sharon

Le BloG de Flo

Le BLoG de Cadichon001

Le BloG d'un autre CLP énervé

Le BLoG de J-L. Modat

 

Écrire :

Dictionnaire

Encyclopédie libre

Synonymes

Conjugueur

Grammaire

Locutions

Proverbes

Traducteur universel

Ponctuation!!!

Retourne au CM1!

 

Pays Basque/Béarn :

Les éditions Le Grand Chardon - Atobelarra

Paroles d'écolos
Le forum du SAM

Pirenifoto

Barnekaldedik

La Communauté de communes Xiberoa

Karaté Mauléon

Le BLoG de Bil Xokoa

Ekhi Electronic

Langues au chat

Mairie de Mauléon-Soule

Commune d'Ordiarp

Radio Xiberoko Botza

 

Mes potes :

Le BloG de LaureG

L'autre BloG de LaureG

Le BLoG de Cyclotor

Le BLoG de Maaatch

Le BLoG de "monsieur"

Le BLoG de Laurent Caudine

PireniFoto BloG

Pruneau cuit, pruneau cru...

 

J'en suis fan :

Le BloG de Laurel

le site de Peggy Cardoso

le site de Peio Serbielle

Les "pensements" de Laurent Caudine

Le site de Marc Large

Xan de L'ours

Dessins de presse de Large

Sigrid Daune, aka Willow Ahn

Matthew Tyas

 

L'info, la vraie :

Rue89

AgoraVox

Médiapart

la Mèche

France Info

 

Ecolos :

Covoiturage 64

Collectif Anti-OGM du Pays Basque

Réduire nos déchets

La cuisine Amapienne!