Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Xiberoland - ex CLP64
  • Xiberoland - ex CLP64
  • : Ce blog est celui d'un ex-correspondant local de presse des Pyrénées Atlantiques vivant en Soule, écrivaillon, gribouilleur et web-addict à ses heures. Mais surtout très casse-pieds...
  • Contact

Un peu de pub perso...

 l'infection

"L'infection T1 : Contage",
par Etienne H. Boyer


Éditions Astobelarra - le Grand Chardon

EN SOLDE! 9 euros, 378 pages, format 11.5x20

Le blog officiel du livre


Genre : roman fantastique

 

Résumé : Patrice est tombé amoureux de Mathilde, une jeune femme qui vient d'arriver en Soule. Lui est tout sauf un Don Juan, mais il a plus d'un tour dans son sac, malgré les apparences...
Il va contourner ses défauts rédhibitoires grâce à Internet. Mais il va vite apprendre que tout se paie, en ce bas- monde.
Rencontré dans un monde virtuel en trois dimensions, un génie digital exauceur de voeux va se charger de le lui rappeler, en l'entraînant dans une spirale cauchemardesque sans fin...


Commander le livre

 mauvais-berger

"Mauvais berger!",
par Etienne H. Boyer


Éditions Astobelarra - le Grand Chardon

10 euros, 90 pages, format A5

Le blog officiel du livre


Genre : tranche de vie

 

Résumé : Afin de s'installer en tant que berger, Etienne suit une formation agricole qui le conduit à effectuer des stages dans l'exploitation d'un berger éleveur en estives, dans les Pyrénées.
Mais petit à petit, le rêve de notre héros "néo-rural" s'émiette : les conditions de vie dans la bergerie sans confort sont difficiles, et le travail harassant est nullement reconnu.
Mais tout ceci ne serait rien sans les brimades de... la bergère!

 

Ce qu'en dit la presse :

 

Journal du Pays Basque, 12 avril 2008 : "(...) le style descriptif et le langage parfois cru donnent un ton réaliste à ce récit sans concession".

SudOuest, le 17 avril 2008 : "(...) un texte illustré par l'auteur lui-même, plein d'humour et d'autodérision (...)".

 

La Rébublique des Pyrénées, le 24 avril 2008 : "Une tranche de vie où toute ressemblance avec des personnages et des faits ayant existés n'est pas fortuite..."

Magazine Vent d'Oc, septembre 2008 : "Une lecture qui se fait à la vitesse de la lumière, tant l'on veut savoir à quelle sauce sera mangé ce néo-rural!!!"


Commander le livre

Rechercher

DARK XIBEROA

 

1 février 2012 3 01 /02 /février /2012 16:34

L'espion du présidentJe suis en train de lire un livre très intéressant d'Olivia Recasens, Didier Hassoux et Christophe Labbé, intitulé "L'espion du président", et sous-titré "Au coeur de la police politique de Sarkozy". On y découvre les dessous de la DCRI (Direction Centrale du Renseignement Intérieur - le FBI à la française - lol) et le fonctionnement très particulier de son responsable, Bernard Squarcini, dit le Squale. Tout un programme!

On s'aperçoit que, selon les auteurs, le successeur des RG (Renseignements Généraux) est effectivement un repaire de requins à la solde du gouvernement, prêt à tout (même à largement dépasser les bornes de la légalité) pour démasquer une "gorge profonde" (rien à voir avec le film de boules du début des années 70, avec Linda Lovelace) et protéger l'image présidentielle sous prétexte de "secret d'état". Ça complote, ça triche, et surtout, c'est très moche (bien que plus rien ne me surprenne, venant de Sarkozy).

Mais ce n'est pas vraiment le sujet de ce post.

 

Je vous ai convoqués aujourd'hui pour vous parler d'une expression que j'ai entendue des dizaines de fois lorsque j'étais correspondant local de presse, qui m'énerve au plus haut point, et qui est très souvent employée dans ce livre, à savoir "off the record" (Hors enregistrement, pourrait-on traduire). De quoi s'agit-il?

C'est une façon de dire à un journaliste que ce que son informateur va dire ne doit pas être divulgué. Un genre de confidence, si vous voulez. Et c'est là que ça se complique : Je comprends parfaitement qu'une personne veuille rester non-indentifiée. C'est normal, surtout si sa vie (ou celle de sa famille), son emploi ou même sa réputation sont susceptibles d'être menacés par les informations importantes qu'elle souhaite révéler. C'est majoritairement le cas dans ce livre.
Mais au beau milieu d'un entretien, demander à un journaliste de se mettre "en off" pour lui raconter un truc qu'il n'aura pas le droit de répéter, ça n'a aucun sens. C'est soit pour se faire mousser, genre :

- Je te fais confiance, hein? Tu sais que machin fait cocu sa femme avec le chien du voisin? Si, je te jure, mais c'est "en off" tout ça, bien sûr, hein? On est copains!

Soit justement, c'est pour que le journaliste réutilise ses propos, mais en masquant habilement sa source. Genre :

- Un citoyen autorisé La rumeur populaire nous a informé que machin cocufiait son épouse avec le labrador de son voisin. L'intéressé n'a pas souhaité commenter cette information de très haute importance, mais l'enquête est ouverte.

 

Super intéressant, non? Quel scoop! ça valait le coup de le raconter sous le sceau du secret...

 

Comme je le disais plus haut, j'ai eu le cas à plusieurs reprises, avec des élus locaux qui faisaient des révélations "croustillantes" (traduisez : sans intérêt), mais sous le couvert du "off". Comme si le fait de livrer des petits secrets aux journalistes et CLP (autour d'un verre de pastis, comme il se doit) leur assurait une sorte de relation de confiance, voire une forme d'intimité avec la presse, détentrice du fameux quatrième pouvoir, comme vous le savez.

C'est globalement bien joué, car en faisant ami-ami, le politique (ou le patron, qui bien souvent sont les mêmes, en tout cas en Soule - mais ce qui est valable ici l'est aussi dans les hautes sphères de l'état, apparemment) achète peu à peu le silence du reporter sans vraiment le corrompre, et se confère ainsi une sorte d'impunité relative.

Du coup, vu qu'on est "copain comme cochon" avec le politique, même si on sait pertinemment qu'il y a "piballe sous le caillou" et qu'on a même des preuves, comme on est de connivence, on ne dit rien. Mieux même : on abonde dans son sens, en tournant l'article de telle façon que la voix du politique devienne une évidence pour tous. Tout va très bien, madame la marquise!

Oui, jusqu'ici, tout va bien...

 

Moralité : Quand on travaille dans la presse, ne JAMAIS faire ami-ami avec les politiques. N'oubliez pas que tout ce qui les intéresse, c'est LE POUVOIR. N'oubliez pas non-plus que les oreilles qui reçoivent (et parfois rapportent) la confidence lui donnent du crédit indirect. Refusez la manipulation du "off!"

Osez militer pour le "soit tu assumes, soit tu la fermes!"

Repost 0
5 novembre 2011 6 05 /11 /novembre /2011 15:06

declaration-urssaf-2011.jpgXiberoland présente : un nouvel (et ultime?) épisode dans l'épique bataille "CLP-EHB vs URSSAF" :

 

Cela fait des années que l'URSSAF me harcèle pour me faire raquer du fric que je n'ai pas gagné. Tous les ans, je suis obligé de leur renvoyer un papier pour leur dire que je ne suis plus Correspondant local de presse depuis 2007, et que donc je ne perçois plus d'honoraires d'aucun journal. D'ailleurs ils le savent très bien, puisque Sud-Ouest ne leur envoie plus rien en double depuis cette époque là. Mais rien à faire! On est face à une machine administrative zélée et folle, dirigée par des robots avec 20 de QI, dont le but est de remplir les poches à Sarkozy.

Cette année, après un ultime appel à cotisation, j'ai craqué. Je les ai contactés via le formulaire sur leur site web, en leur disant de me radier une bonne fois pour toutes. Au bout de plusieurs échanges de mails et un formulaire de radiation dûment rempli, j'ai enfin reçu (le 25/10/11) un mail rassurant :

 

"Votre déclaration de cessation d'activité à effet du 16/03/2008 a été enregistrée ce jour."

 

Enfin! Je suis débarassé de cette merde qui me pollue et me fait perdre mon temps et mes nerfs! Du moins c'est ce que je croyais : car hier, j'ai encore reçu un montant d'échéance trimestrielle à payer de 2935€! Et aujourd'hui, nouveau courrier : déclaration des revenus professionels à envoyer d'URGENCE sous 48 heures, alors que ça fait au moins 6 ans que je déclare 0€ de bénéfices et déficits cumulés! A chaque fois, j'assortis ce courrier d'un petit mot pour leur demander de me radier, mais rien n'y fait!

 

Alors j'ai décidé que c'était la dernière fois que je renvoyais ces papiers. Si en 2012 je reçois encore un nouvel appel à cotisations, je porte plainte à la gendarmerie de Mauléon pour harcèlement. Ce coup-ci, ce n'est plus possible! Il faut que ça s'arrête, et vite! Franchement, cette histoire me fait amèrement regretter ces années d'investissement de ma personne pour le journal Sud-Ouest.

 

Je l'ai déjà écrit à de nombreuses reprises sur ce blog, mais je le redis aujourd'hui : CLP, c'est l'arnaque!

- D'abord, en plus d'être considéré comme une merde (par les journalistes professionnels, par les politiques locaux comme par le pékin moyen), t'es payé au ras des pâquerettes et tes frais ne sont presque pas remboursés.

- Ensuite, si tu décides de dire oui aux multiples sollicitations du journal pour faire des piges supplémentaires (faut bien manger, hein?), 52% de tes gains partent dans la poche de l'état (c'est comme si tu n'avais pas fait d'heures sup, mais qu'en plus tu sois obligé de payer ton patron)!

- Et en plus, l'URSSAF te casse les couilles jusqu'à ce que tu finisses par péter un câble et devenir vulgaire!

Repost 0
21 juillet 2011 4 21 /07 /juillet /2011 12:00

http://lavierennaise.blogspot.com/Je voudrais attirer votre attention sur le blog de Manon, une jeune femme qui vient d'avoir son bac, qui sait déjà ce quelle va faire plus tard, et qui s'arrache pour y arriver! Elle s'est inscrite à la faculté de Rennes, où elle va passer une licence en Lettres modernes. Ensuite, elle compte intégrer un IUT de journalisme, car oui : journaliste est la profession qu'elle souhaite exercer!

Elle m'a récemment contacté par mail, parce qu'elle voulait avoir des détails sur le job de Correspondant Local de Presse (je pense que je ne l'ai pas déçue sur ce coup là ).


Sérieusement, j'ai essayé de lui montrer les choses positive, et je l'ai encouragée à s'y mettre tout de suite, parce que l'expérience, on l'acquiert par la pratique et pas par les études, aussi réputées soient-elles, mais qui à mon sens ne servent qu'à dispenser un cadre rigide et à vous formater...

Elle a donc commencé par se monter son blog journalistique; et comme elle semble avoir du bagout, de la volonté et un certain culot (qualité essentielle dans le métier), elle n'a pas tardé à se trouver les entrées pour rédiger ses premiers sujets. Je trouve que pour un premier jet, Manon a bien travaillé. C'est intéressant, bien rédigé et quasiment sans faute d'orthographe. Certes, c'est toujours perfectible (comme pratiquement tout ce que font les êtres humains), mais c'est en tout cas très prometteur!

 

Je conseille donc à tous les bretons, touristes, ou Breizh-friendly vivant à (ou passant par) Rennes et ses environs de lire, promouvoir et commenter ce blog. Cela ne pourra que l'encourager à poursuivre dans la voie qu'elle s'est tracée, et qui, à mon avis, est une vocation qui lui va comme un gant...

Repost 0
16 novembre 2010 2 16 /11 /novembre /2010 15:12

SudOuest-vend-mes-papiers-a-prix-d-or.jpgAujourd'hui, j'ai été censuré pas moins de 4 fois sur le site de Sud-Ouest (dans les coms sous cet article)... J'ai fini par piquer une colère et laisser un commentaire assez acerbe à l'attention du journal. Quelques minutes plus tard, ma dernière contribution était à nouveau supprimée. En suivant, je recevais ce mail laconique d'un salarié de Sud-Ouest :

 

Bonjour,

 Votre commentaire, « Et nous, le peuple, tu crois qu'on a envie de revoir un repris de justice au gouvernement? Pffff... Guignol, va! » a été rejeté car il est non seulement de nature diffamatoire, mais en plus il est suffisamment provocateur pour faire en sorte que le débat dégénère.

Désolé si vous considérez ensuite qu’un débat de bonne tenue s’apparente à de la censure.

 Enfin, votre dernier commentaire en guise d’au-revoir, « Sud-Ouest censure 2 fois sans raison... Et perd un lecteur... Tchao pantins! » me laisse comprendre que vous ne commenterez plus. Si jamais vous changez d’avis, merci de vous conformer à la charte des commentaires : http://www.sudouest.fr/arches/page3col.php?sk=charte.sk

 J’ose espérer que du temps où vous oeuvriez dans la maison, vous surveilliez davantage votre langage (L’auteur de cette nouvelle autobiographique illustrée (dont une première version écourtée a été publiée sur son blog "CLP64" en mars 2007) a occupé le poste de correspondant local de presse pour le journal Sud-Ouest, édition Béarn et Soule depuis octobre 2001 jusqu'à mars 2008.) 

 Salutations,

 

Genre : "prends ça dans les dents, petit con!". Donc comme je peux être assez cassant moi aussi quand j'ai envie, je lui ai répondu dans la foulée ceci, histoire de remettre les pendules à l'heure :

 

Monsieur,

Je vais non seulement ne plus commenter, mais je n'irai plus non plus sur votre site qui censure des propos qui ne sont pas diffamatoires. Alain Juppé a été jugé et condamné dans le cadre d'emplois fictifs au RPR en 2004 (http://www.sudouest.fr/2010/08/26/emplois-fictifs-chirac-et-l-ump-paient-l-addition-169194-7.php), cela fait donc de lui un "repris de justice" au sens propre du terme. un bien piètre exemple pour la France, "un guignol", selon mes propres mots que j'assume parfaitement...
Dites plutôt que VOUS n'assumez pas mes propos pour des raisons qui VOUS concernent (et que je ne souhaite pas connaître).

Pour terminer, je pense que vous n'aurez aucun mal à retrouver mes anciens articles dans les archives de votre site, vendus à pris d'or et sans mon autorisation écrite expresse (voir la capture d'écran ci-contre - NDEHB)... Donc je me permets de vous renvoyer votre petite leçon de politesse à la figure, et sans aucun scrupule en plus!

Vous pouvez supprimer mon compte utilisateur, avec ma bénédiction.

Cordialement
EHB

 

Un site de presse en ligne qui prétend jouer les blogs ouverts et qui censure a posteriori les commentaires de ses lecteurs (pourtant peu insultants :  "guignol", c'est vraiment gentil! Pour mémoire, Alain Juppé a sa marionnette aux guignols de l'info et ne s'en plaint pas, à ma connaissance), sous prétexte que ça pourrait peut-être ne pas plaire au maire de Bordeaux (qui est probablement un ami influent - je leur fais volontairement ce procès d'intention) c'est plutôt pitoyable de leur part... Si vous n'assumez pas les réactions de vos lecteurs, virez la fonction commentaire de votre site, vous n'en serez que plus crédibles!

 

Donc j'ai en suivant fermé tous mes abonnements Sud-Ouest sur Facebook et Twitter. Encore un truc que je vais boycotter et sans doute appeler à boycotter... Quitte à lire des médias en ligne, autant concentrer  son attention sur ceux qui ont du courage et sont clairement identifiés comme étant indépendants des politiques! 

(Rue89, Médiapart, LaMèche en sont quelques exemples non exhaustifs). 

Repost 0
18 octobre 2009 7 18 /10 /octobre /2009 09:48
La voix du Nord recrute un CLP, bientôt, il faudra une maîtrise de Lettres au candidat!De mieux en mieux... La Voix du Nord n'hésite pas à transgresser insidieusement la règle d'or du "CLP qui n'a pas de lien de subordination avec son agence" (voir le statut légal), en publiant aujourd'hui un article afin de recruter un correspondant local de presse!

Je sais, il n'y a rien de direct : c'est très subtil comme façon d'avancer les choses, mais la formulation ne laisse pas de place au doute! Et surtout, vu l'évolution de la teneur du message (je suis tout ce qui se rapporte de près ou de loin au sujet depuis longtemps), je me dis qu'il est grand temps de placer des limites!
Alors je ne vais pas relancer le débat sur le matériel (ordi et appareil photo numérique, qu'il faut déjà avoir et savoir utiliser), ni même du fait qu'il va "bientôt" falloir avoir une maîtrise de Lettres pour être éligible à la profession, si ça continue... Je préfère argumenter sur l'aspect volontairement charlataniste de ce recrutement.

En effet, selon l'article, le CLP doit être disponible tous les jours (les horaires ne sont pas précisées) et doit travailler vite, ce qui est en complète contradiction avec la conclusion qui prétend que "l'activité de CLP peut se concilier avec une autre activité salariée". Et puis l'annonce ne vous dit pas tout...

Cas concret : le CLP est ouvrier dans une usine, marié et père de famille
(Ne rigolez pas, j'en ai connu un); admettons que l'agence lui demande de couvrir tel ou tel évènement qui a lieu pendant ses heures de travail? Ou même juste après 8 heures éprouvantes de travail? A votre avis?
Alors au début, le CLP va vouloir donner le meilleur de lui même, il va se défoncer pour satisfaire l'agence de presse, parce qu'il ne veut pas rester ouvrier toute sa vie, vous savez? Et puis il a goûté au plaisir de frayer parmi les huiles et ça lui plait bien. Il y voit comme une reconnaissance (très artificielle et de surface, ne nous leurrons pas) de son existence et de son travail, qui lui donne alors l'impression de devenir utile.
S'il a ne serait-ce qu'une micro-chance de devenir journaliste (même par la petite porte, et même si on ne lui a clairement laissé aucun espoir à ce sujet), il va la saisir!
On s'accroche toujours à l'espoir que le mérite sera un jour récompensé. Je ne sais pas pourquoi, du reste... ça doit être dans l'air du temps?

Au bout d'un moment, quand même, il va se rendre compte qu'il a fait tout ça pour pas grand-chose, qu'il s'est mis tous les politicards locaux revanchards à dos parce qu'il a voulu rester libre et indépendant, qu'il s'est tué à la tâche pour payer l'Urssaf, qu'il n'a pas vu ses enfants grandir, et vous savez ce qu'il fera l'ouvrier-CLP, quand il sera lucide? Il dira "Stop!".

Mais l'agence de presse, elle s'en fout royalement! Elle aura "pressé" un pauvre couillon à moindre frais pendant quelques temps, jusqu'à ce qu'il n'en reste qu'une coquille vide, et elle n'aura qu'à poster une nouvelle annonce de recrutement pour prendre un autre couillon dans ses filets. Car ne vous faites pas d'illusions : C'est ça, le métier de "correspondant local de presse", et pas autre chose!

Si la Voix du Nord avait voulu être honnête, elle aurait dit ceci : CLP, c'est une activité pour retraité, ou à l'extrême limite pour étudiant, ou  encore pour un salarié célibataire et sans attaches. Et encore, en faisant particulièrement gaffe à ne pas dépasser le plafond des honoraires (ce qui équivaut à un revenu CLP d'environ 250€* par mois MAXIMUM), quitte à tricher dans ses déclarations, avec la bénédiction de l'agence (Ne rigolez pas, j'en connais qui le font!)!

*A titre d'info, une personne célibataire et au chomage devra, pour supporter raisonnablement le coût des charges sociales (environ 52% des honoraires TTC) dans le cas où il dépasserait le plafond des honoraires prévu par la sécurité sociale, travailler à hauteur 1200€ mensuels minimum (sans compter les frais). Ce qui ferait approximativement un revenu réel (à peine décent) de 600€ TTC.
A noter : aucune agence de presse n'acceptera jamais de payer un CLP plus de 800€ par mois (honoraires + frais!), même s'il a effectivement fait le travail et qu'il n'a pas "surévalué" ses articles. Chez Sud-Ouest par exemple, c'était 500€ mensuels maximum, et encore, il fallait pleurer pour les avoir!
Repost 0
16 octobre 2009 5 16 /10 /octobre /2009 09:28
Dans Place publique, ce matin, un papier sur le livre "Médias, la faillite d’un contre pouvoir"*, de Philippe Merlant et Luc Chatel. Le sujet : "la presse qui a perdu ses valeurs et sa vocation de contre-pouvoir". Il suffit de lire la complaisante Interview du président sur Le Figaro (encore eux) pour s'en rendre compte... A se demander s'ils sont payés au kilomètre, ou s'ils ont eu peur de sabrer le discours présidentiel!

CLP, Correspondant local de presse, le livre... Un jour, peut-être?L'article souligne (trop courtement) ceci, qui m'a particulièrement intéressé :

"Enfin, plus grave, la profession se paupérise. «  Les revenus tendent à s’amenuiser au fur et à mesure que la longueur des articles commandés se réduit » écrivent les deux auteurs. Les pigistes sont aussi très mal lotis. On leur demande de réaliser des sujets qui demandent du temps mais qui ne pourront être publiés que dans des formats de plus en plus courts. Avec, en fin de compte, des rémunérations presque indécentes. Pour ces derniers, il faudra s’armer de patience avant de décrocher un emploi stable. Les jeunes sont les plus affectés par cette fragilité économique des médias. Moins connue est la précarité du statut de correspondant local de presse qui n’ont pas droit à la carte de presse, relèvent pertinemment Merlant et Chatel."

Rien qu'avec le contenu de ce blog et mon expérience du terrain, je pourrais moi-même écrire un bouquin de 200 pages sur le statut légal et les conditions d'exercice des CLP! Ce n'est pas ma priorité du moment, et je n'en éprouve aucunement la nécessité, mais ça pourrait bien se faire un jour...

*"Médias, la faillite d'un contre pouvoir" vient de sortir chez Fayard.
Repost 0
31 août 2009 1 31 /08 /août /2009 13:02
Carte non-officielle du Correspondant Local de PresseIl est ouvert à tous, que vous ayez un compte ou non, et il parle de votre métier de Correspondant local de Presse, ses avantages et ses travers! C'est le tout nouveau groupe CLP sur Facebook! Venez nous rejoindre, et partagez vos expériences, qu'elles soient positives ou négatives. Si ce groupe pouvait permettre aux CLP de France et de Navarre de se fédérer pour imposer une refonte du statut, alors Facebook aura véritablement montré son utilité!
Allez-y nombreux, c'est gratuit!

EDIT du 3/11/2009, le groupe CLP sur Facebook dont je parle n'existe plus aujourd'hui. Désolé pour le faux espoir... A priori, le CLP qui avait monté ça a subit des "pressions" et s'est retrouvé contraint de lâcher l'affaire... Bizarre, non?
Repost 0
26 mai 2009 2 26 /05 /mai /2009 22:39
imprimé déclaration revenus 2042 CKChuis trop content : c'est la dernière année que je vais déclarer mes revenus de CLP aux impôts. Même chose pour l'URSSAF, a partir de 2010 (et là je jouis)!

Donc pour tous les CLP qui n'en finissent pas de se ronger les ongles au sujet de leur déclaration (j'hallucine en lisant le nombre de mots clés en rapport avec le sujet utilisés pour tomber sur ce blog!!!), voici un petit mode d'emploi en 7 étapes!

En même temps que l'imprimé classique (2042 K), vous devez :

- vous procurer auprès de votre centre des impôts l'imprimé 2042 CK,
- remplir la partie nom et adresse,
- additionner vos honoraires et frais issus de votre activité de Correspondant Local de Presse,
- puis inscrire le chiffre obtenu à la page 3 chapitre D (intitulé "revenus non-commerciaux professionnels"), à l'alinéa intitulé "régime déclaratif spécial ou micro BNC",au deuxième point intitulé "Revenus imposables" (case HQ
si c'est vous l'heureux CLP de la famille, IQ si c'est votre conjoint ou JQ pour la personne à charge).
- Ensuite, n'oubliez pas de dater et signer le formulaire,
- puis de cocher la case en bas à droite de la première page de l'imprimé principal (2042 K).
- Joignez les justificatifs (déclaration fiscale émanant du service des correspondants de votre journal).

Voilà, si vous l'avez fait avant le 29 mai, vous êtes sauvés!
Repost 0
5 mai 2009 2 05 /05 /mai /2009 12:16
CLP : Encore une petite couche, Monsieur le Maire? - Maire : Ah... d'accord, mais azkena; ça ne peut pas faire de mal, hein?Ce matin, en lisant mes alertes Google, j'ai trouvé cette excellente définition du correspondant local de presse ici!

” La presse locale recherche un écrivain qui puisse être satirique sans offenser, spirituel sans rien dire d’exceptionnel et savant sans dépasser l’entendement de l’ignorant. Il ne doit pas avoir de préjugés, mais doit scrupuleusement respecter tous les préjugés d’autrui. Il ne doit pas aborder un sujet sur lequel deux hommes ne sont pas d’accord et ne pas ridiculiser un homme qui n’est pas emballé par le ridicule. S’il a du style, l’illetré le trouvera obscur; ses idées choqueront l’esprit superficiel. Dans les limites d’un profond respect pour l’ordre établi, il pourra se montrer aussi sarcastique qu’il le veut, sans jamais oublier qu’il vit dans un monde d’imbéciles, de courtisanes et de brigands qui n’apprécient guère qu’on leur règle leur compte à coups d’articles tranchants. “

Ambrose Bierce, Mauvaises pensées, le cherche midi, 2003.

Vous me croirez si vous voulez, mais bizarrement, avec le recul, c'est exactement comme ça que j'aurais défini la profession... Je ne crache pas dans la soupe : j'ai passé de bons moments chez Sud-Ouest, j'ai rencontré des tas de gens très chouettes (et des beaucoup moins chouettes), et couvert un certain nombre de sujets très intéressants. Mais tout cela, aussi positif que ce soit, n'occulte pas la cruelle vérité.

CLP, le jour où vous vous déciderez enfin à échanger la confortable boite de cirage par une poignée d'orties bien vertes (à prendre au propre comme au figuré), vous saurez de quoi je veux parler!
Mais ce sera peut-être déjà trop tard...
Repost 0
28 avril 2009 2 28 /04 /avril /2009 21:21
La problématique du statut de correspondant local de presse est visiblement toujours d'actualité, en témoigne l'image ci-contre (cliquez pour aggrandir), qui est extraite des statistiques de mon blog. Sur 30 requêtes qui ont abouti sur Xiberoland, 16 concernent de près ou de loin la "profession"...
A croire que le temps de remplir les déclarations d'impôts est arrivé? Ah, tiens, oui... J'ai reçu la mienne aujourd'hui!

Maintenant, si on regarde le nombre de visiteurs par rapport au nombre de requêtes ayant  des mots clés contenant le mot "correspondant", on tombe à 35!

Ce qui ne veut pas dire que sur les 88 visiteurs comptabilisés hier, 35 ont cherché à en savoir plus sur le statut de CLP, bien sûr. Fatalement, il y a dû y avoir des visiteurs qui ont tapé plusieurs requêtes différentes, aboutissant quand même sur Xiberoland.

Néanmoins, ça donne pas mal à réfléchir, et surtout, ça justifie amplement que je laisse la rubrique CLP ouverte, même si ça fait un peu plus d'un an que je ne suis plus, moi même, correspondant local de presse!
Repost 0

Mes liens

Persos :

Etienne H. Boyer

Mon Flickr

Mon Dailymotion

Mon Facebook


Immersive Lab

Immersive Lab

E-commerçons

David Castéra

Pette Etcheverry

Richard Malterre

J-Pierre Etchegoyhen

 

CLP :

la vie rennaise (Blog de Manon)

Asso interdépartementale des CLP

Glossaire journalistique

Obtenir la carte de presse

Le droit et l'image

CLP : ce qu'en dit l'URSSAF

PresseNews

le site de GBR

Categorynet

Le site d'Estelle, écrivain public et CLP

Le BloG de Sharon

Le BloG de Flo

Le BLoG de Cadichon001

Le BloG d'un autre CLP énervé

Le BLoG de J-L. Modat

 

Écrire :

Dictionnaire

Encyclopédie libre

Synonymes

Conjugueur

Grammaire

Locutions

Proverbes

Traducteur universel

Ponctuation!!!

Retourne au CM1!

 

Pays Basque/Béarn :

Les éditions Le Grand Chardon - Atobelarra

Paroles d'écolos
Le forum du SAM

Pirenifoto

Barnekaldedik

La Communauté de communes Xiberoa

Karaté Mauléon

Le BLoG de Bil Xokoa

Ekhi Electronic

Langues au chat

Mairie de Mauléon-Soule

Commune d'Ordiarp

Radio Xiberoko Botza

 

Mes potes :

Le BloG de LaureG

L'autre BloG de LaureG

Le BLoG de Cyclotor

Le BLoG de Maaatch

Le BLoG de "monsieur"

Le BLoG de Laurent Caudine

PireniFoto BloG

Pruneau cuit, pruneau cru...

 

J'en suis fan :

Le BloG de Laurel

le site de Peggy Cardoso

le site de Peio Serbielle

Les "pensements" de Laurent Caudine

Le site de Marc Large

Xan de L'ours

Dessins de presse de Large

Sigrid Daune, aka Willow Ahn

Matthew Tyas

 

L'info, la vraie :

Rue89

AgoraVox

Médiapart

la Mèche

France Info

 

Ecolos :

Covoiturage 64

Collectif Anti-OGM du Pays Basque

Réduire nos déchets

La cuisine Amapienne!