Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Xiberoland - ex CLP64
  • Xiberoland - ex CLP64
  • : Ce blog est celui d'un ex-correspondant local de presse des Pyrénées Atlantiques vivant en Soule, écrivaillon, gribouilleur et web-addict à ses heures. Mais surtout très casse-pieds...
  • Contact

Un peu de pub perso...

 l'infection

"L'infection T1 : Contage",
par Etienne H. Boyer


Éditions Astobelarra - le Grand Chardon

EN SOLDE! 9 euros, 378 pages, format 11.5x20

Le blog officiel du livre


Genre : roman fantastique

 

Résumé : Patrice est tombé amoureux de Mathilde, une jeune femme qui vient d'arriver en Soule. Lui est tout sauf un Don Juan, mais il a plus d'un tour dans son sac, malgré les apparences...
Il va contourner ses défauts rédhibitoires grâce à Internet. Mais il va vite apprendre que tout se paie, en ce bas- monde.
Rencontré dans un monde virtuel en trois dimensions, un génie digital exauceur de voeux va se charger de le lui rappeler, en l'entraînant dans une spirale cauchemardesque sans fin...


Commander le livre

 mauvais-berger

"Mauvais berger!",
par Etienne H. Boyer


Éditions Astobelarra - le Grand Chardon

10 euros, 90 pages, format A5

Le blog officiel du livre


Genre : tranche de vie

 

Résumé : Afin de s'installer en tant que berger, Etienne suit une formation agricole qui le conduit à effectuer des stages dans l'exploitation d'un berger éleveur en estives, dans les Pyrénées.
Mais petit à petit, le rêve de notre héros "néo-rural" s'émiette : les conditions de vie dans la bergerie sans confort sont difficiles, et le travail harassant est nullement reconnu.
Mais tout ceci ne serait rien sans les brimades de... la bergère!

 

Ce qu'en dit la presse :

 

Journal du Pays Basque, 12 avril 2008 : "(...) le style descriptif et le langage parfois cru donnent un ton réaliste à ce récit sans concession".

SudOuest, le 17 avril 2008 : "(...) un texte illustré par l'auteur lui-même, plein d'humour et d'autodérision (...)".

 

La Rébublique des Pyrénées, le 24 avril 2008 : "Une tranche de vie où toute ressemblance avec des personnages et des faits ayant existés n'est pas fortuite..."

Magazine Vent d'Oc, septembre 2008 : "Une lecture qui se fait à la vitesse de la lumière, tant l'on veut savoir à quelle sauce sera mangé ce néo-rural!!!"


Commander le livre

Rechercher

DARK XIBEROA

 

2 janvier 2014 4 02 /01 /janvier /2014 12:30

Tout d'abord, je tenais à vous souhaiter la bonne année pour 2014. Qu'elle vous apporte une vie pleine de sérénité et de félicité. Ceci fait...


 

Souvenez-vous : le 14 mars 2011, je vous parlais déjà de Silent Opera, ce groupe de Metal progressif et mélodique (quoi qu'un poil gothique) originaire de la côte basque, dont l'un des membres fondateurs (guitariste et compositeur) n'est autre que mon ami souletin chevelu Romain Larregain, avec qui j'adore écluser des bières et refaire la musique à "l'Europe" (ça, c'était pour la petite anecdote...)!

silent-opera-reflections-2014.gifBref, sachez que depuis lors, Silent Opera n'a pas chômé. Entre autres concerts grandioses, le groupe a passé l'année dernière à écrire et enregistrer son second disque (intitulé "Reflections" ; sortie prévue le 21 février 2014, trop tard pour la saint Valentin, mais largement à temps pour mon anniversaire) et a signé avec le plus gros label de Métal allemand (où on trouve les disques de pointures comme King Diamond ou Silent Force) : Massacre records, rien moins!

Vous trouverez la pochette du futur disque ci-contre à gauche. Un "poil gothique", j'ai dit!


Eh oui... La grande époque où Romain et moi faisions les clowns au sein de Carnage est loin derrière (pas tant que ça en fait)...

 

Mais halte au blabla! Le groupe (je parle de Silent Opera, remember?) a publié un certain nombre de vidéos promo ces dernières semaines, que je vous propose de découvrir ci-dessous. Je vous laisse juger de la qualité de l'ensemble par vous même <3 <3 <3 ... 



Repost 0
Published by E.H.BOYER - dans METALSTASE
commenter cet article
18 octobre 2013 5 18 /10 /octobre /2013 12:30

owl-city-all-things-bright-and-beautiful.jpgDepuis que je me suis mis à écouter Owl City, c'est comme s'il faisait toujours beau dans ma vie (ça fait tout juste deux semaines, en fait).

Un radar me flashe? Un troupeau de mammouths marche sous mon scalp après une chistole mémorable? Un petit coup de mou en plein footing dans la rue du Fort? Quoi, il pleut encore à Mauléon? Rien à foutre! Tant qu'Owl City résonne dans mes oreilles! J'ai même l'impression de rayonner, comme si j'étais un soleil radioactif, moi-même! Bizarrement, c'est comme si les gens étaient plus souriants, plus gentils depuis que je suis dans cet état d'esprit.


C'est fou ce que la musique peut avoir comme effets (bénéfiques ou pas) sur le mental.


Alors pourquoi Owl City? Je ne saurais trop dire, si ce n'est que les mélodies et les textes d'Adam Young sont extrêmement positifs (même si les paroles sont parfois un brin trop crétino-chrétiennes pour moi - comme dans l'excellent Galaxies par exemple) et mettent la pèche. Celles-là sont sympa : 


Tell me again was it love at first sight
When I walked by and you caught my eye
Didn't you know love could shine this bright
Well smile because you're the deer in the headlights


On est très loin de mes groupes de prédilection habituels, plus gothiques et sombres, et nettement plus amplifiés (comme Opeth ou Agalloch que j'écoutais en boucle jusqu'ici) ; mais la bonne humeur, que dis-je, l'euphorie que dégagent ces trois brillants albums de synthpop (Ocean Eyes, All things bright and beautiful - surtout - et The midsummer Station) semblent bien communicatives.

Et pour le coup, là, même mes gosses adorent! Normal me direz-vous, c'est de la zique pour préados! Possible que je retombe en enfance, mais m'en fous : j'assume!

 

Exit les idées noires, bonjour le soleil

Ecoutez donc un peu ça :

 

 

Et le pire, c'est que je dois cette découverte à... Devin Townsend (encore lui), qui avait programmé Fireflies dans la première émission de Ziltoïd Radio sur TeamRock. Yesss! Indeed!

Repost 0
Published by E.H.BOYER - dans METALSTASE
commenter cet article
11 septembre 2013 3 11 /09 /septembre /2013 00:21

http://www.samsaya.net/pics/memoire.jpgJe vous au déjà parlé de Samsaya, il y a quelques années. C'était dans une autre vie.

Samsaya, c'est un groupe inclassable des Pyrénées atlantiques dont le leader (chanteur, guitariste et compositeur), M. Kronos, vit en Soule. C'est un combo que je suis depuis le début des années 2000, alors que j'animais l'émission "Métalstase", sur radio Mendililia (autant dire que c'était la préhistoire...).


Alors je ne peux pas dire que j'en suis fan comme je suis fan de Devin Townsend, par exemple, ce serait exagérer. Je n'aime pas TOUT ce qu'ils font, de manière inconditionnelle et absolue. Mais il faut reconnaître que Kronos et Charlie (le clavier du groupe) croient profondément en leur projet, et il se trouve que ce courage, cette foi sont communicatifs. 

Le groupe vient de sortir un huit... pardon, un neuvième album (j'ai perdu le compte, preuve - s'il en est - de leur longévité) qui s'appelle "les mémoires du prophète".


Samsaya évolue dans un style bien particulier et en même temps complètement indescriptible, tellement il est dense. On est typiquement dans la mouvance gothic métal, en témoignent la rythmique heavy (à la Rammstein) et les guitares maxi-saturées (à la limite du grésillement - à la Type O Negative), avec des incursions dance 90', tout en flirtant avec l'opéra rock progressif (très nettement sur le premier morceau du dernier album, intitulé "Le cauchemar du prophète"), la new wave ("Another dream"), le pop-rock français ("Etrange, étrange" et "Maria"), ou carrément la... Aaaaah, nan!!! La reprise - assez réussie, j'avoue - de Johnny Hallyday ("Veau d'or, vaudou").

Ne soyez pas surpris si vous trouvez parfois des faux airs d'Indochine dans leur musique. Il y a quelque chose qui m'y fait penser sans que je sache exactement de quoi il s'agit (les boites à rythmes, peut-être?)... Kronos va sûrement me poursuivre dans toutes les rues de Mauléon avec une machette pour cette comparaison scabreuse! Priez pour moi...


Outre les ambiances, ce qui est gothique, chez Samsaya, ce sont surtout les textes ésotériques des chansons. On nage dans une ambiance propre aux vieux films de la Hammer, pleins de prophéties, de monstres sacrés, où Dracula (qui a même sa propre chanson dans l'album "7 : le temps") se taille la part du lion, mais aussi les fantômes, les sorcières, les extraterrestres, et autres créatures mythiques sur pellicules en niveaux de gris, comme "la dame blanche". Seuls le feu et le sang y sont dans leurs vraies couleurs respectives, un peu comme dans un Sin City encore plus noir.

 

Si après ce chapelet de qualificatifs vous n'avez encore aucune idée de ce qu'est Samsaya, je ne peux plus rien pour vous. Ah si : achetez le disque (on le trouve entre autres chez "Titta" à Mauléon - l'album contient aussi un DVD live), et alors vous saurez et vous pourrez mourir en paix!

Repost 0
Published by E.H.BOYER - dans METALSTASE
commenter cet article
21 novembre 2012 3 21 /11 /novembre /2012 12:49

DTP-Barbey.jpgVous devez le savoir, je ne crois pas en Dieu. En fait, il serait plus juste de dire que je n'y crois plus.

Pour moi, Dieu, c'est Devin Townsend. C'est un Dieu vivant, dont la musique est quasiment toujours en parfaite adéquation avec ce que je suis, foncièrement parlant. 


Le métalleux canadien, que beaucoup qualifient de génie (à tort ou à raison) vient de sortir un nouvel album (Epicloud, disponible à l'écoute sur Deezer) encore plus fort qu'Addicted, qui était pourtant assez remarquablement réalisé.


Le Week-End dernier, nous sommes allés le voir en concert à la rock-school Barbey à Bordeaux, avec Pette, Mathieu et Aurélie, Laura, Jon, mon frère Renaud, Romain et sa copine. J'attendais ce moment depuis 1993, date de la sortie de Sex and Religion, de Vai. C'est la première fois que j'ai entendu la voix de Townsend. Et elle m'a marquée à vie.

 

Je vais passer très vite sur la première partie : le gig de Fear Factory était catastrophique, pas du tout en place et le chant asthmatique et poussif de Burton C. Bell nous a - à tous - donné une bonne chiasse. 

 

Devin-townsend-2-Live-Bordeaux-16-11-12.jpg


Mais quand le sieur Devin est monté sur scène, le miracle s'est accompli sous nos yeux ébahis. Le type a un charisme phénoménal, qui prend toute la scène. Ses musiciens sont irréprochables (Ryan, le batteur est même carrément monstrueux) et tous sont d'une générosité incroyable, en phase parfaite avec le public. Devin a même demandé à deux imbéciles qui se battaient dans la fosse de se faire un bisou en signe de paix "Il n'y a pas de places pour les conneries de machos ici !". Et ils ont obéï, tout penauds...


Devin-townsend-Live-Bordeaux-16-11-12.jpgIl a joué pendant une trop courte heure et demie un bon paquet de morceaux que j'adore (parmi lesquels Regulator, Deep Peace, Grace, Juular, Kingdom, Lucky animals, Truth...), il s'est donné, a grimacé, sué et craché (véridique) pour nous. Il nous a tous collé la chair de poule par la maîtrise de sa voix et de ses solis de guitare.

 

Et à la fin, après le dernier morceau, il s'est approché du bord de la scène et a serré la main de toutes les personnes qui le voulaient, pendant pas loin de 15 minutes, en les remerciant à chaque fois "Thanks, thank-you, you rule guys...".
Je ne sais pas si Devin Townsend est un génie, mais pour moi, il est clairement ce qui se rapproche le plus d'un demi-Dieu ! Et je ne dis pas ça juste à cause de son prénom. 

 

Dire que je lui ai serré la main, bordel !

 

Toutes les photos sont de Pette Etcheverry. Merci à lui.

Repost 0
Published by E.H.BOYER - dans METALSTASE
commenter cet article
3 août 2012 5 03 /08 /août /2012 12:30

Scars-on-Murmansk-into-dead-lights.jpgVous connaissez ma passion pour les musiques de sauvages. D'ordinaire je ne suis pas très fan de Death Metal et assimilés, bien que j'écoute régulièrement et avec plaisir tous les albums de Gojira, ou de Strapping Young Lad. Pourquoi?

 

Parce que bien souvent, le Death, pour moi, c'est brouillon, bordélique, sale (salement produit, quoi) et donc à la limite de l'audible. Je suis sensible, vous voyez?

En général, je préfère le Métal (dans ses nombreuses nuances) un peu plus mélodique, quitte à ce qu'il soit violent aussi (Dimmu Borgir, Amon Amarth...).

Mais mes groupes préférés sont plutôt dans la veine de Kamelot, Nightwish, Pyramaze ou Silent Opera...

 

Et bien justement, le groupe dont je vais vous parler aujourd'hui est composé de deux membres de Silent Opera (dont mon pote guitariste Romain Larregain ainsi que le batteur Jon Erviti) et de deux ex-membres de feu Hypnosis, Pierre Boutemy et Cindy Goloubkoff. Le nom du combo? 

 

Scars on Murmansk!

 

Ça résonne comme le nom d'un monstre vicelard et triste, venu du froid, non?

En tout cas, je viens d'acheter leur premier album Into Dead Lights (et non pas into delights, quoi que...), qui est enfin sorti il y a à peine une semaine dans les bacs. Dire que c'est une tuerie n'est pas d'une originalité à toute épreuve, mais c'est le mot qui m'est venu à l'esprit la première fois que je l'ai écouté. C'est évidemment très brutal (j'ai eu l'impression de prendre la raclée de ma vie), mais quand même savamment "organisé".  J'entends par là que passé le choc de la gifle monumentale, on s'aperçoit que tout est propre, bien ficelé, carré, mécanique, presque clinique. Le son est parfait (puisque j'arrive à écouter la galette - très fort, j'en conviens - dans ma Dacia sans pleurer ma mère).


Scars on Murmansk - bandCependant, comme tout disque du genre, il faut plusieurs écoutes attentives pour pouvoir espérer en tirer la substantifique moëlle, car le premier abord peut effrayer (notamment tous ceux qui découvrent le style). Ensuite, on se laisse "doucement" hypnotiser par la monstrueuse section rythmique, et on arrive à bien décortiquer les parties vocales gutturales et hurlées ainsi que les mélodies guitare (même si ces dernières sont un peu trop en arrière à mon goût).
A ce propos, je reconnais bien la patte de l'ami Romain sur certains morceaux...

 

Franchement, c'est du bon boulot pour un premier bébé produit au pays (ils ont sorti un ep en ligne prometteur l'an dernier, qui n'a laissé personne indifférent). Il me tarde maintenant de les voir en concert... ça doit être du "très lourd"!

 

Hier, j'ai eu la joie d'accueillir Pierre Boutemy et Romain Larregain sur mon compte Facebook, où je les ai interviewés. Voici pour vous cet entretien, nettoyé et remixé pour plus de lisibilité :

 

 

Xiberoland : Comment vous êtes-vous rencontrés? Je veux dire, qu'est-ce qui a fait que vous avez monté Scars?

 

Pierre Bouthemy : Oh putain.... tu te rappelles toi?

Romain Larregain : Carrément!  En fait, avec Silent Opera, nous avons fait nos tous premiers concerts en première partie d'Hypnosis. Et du coup, le courant est plutôt bien passé. Je les connaissait déjà car j'étais fan de ce groupe et j'essayais de les voir le plus souvent possible dans le coin. Plus tard je reçois un mail de Pierre qui me demande si on serait intéressés, avec Jon, pour monter un groupe en commun. C'est la version courte mais voilà...

PB : On se connaissait depuis un petit moment déjà, puisque tu m'avais remplacé dans Putrid !

RL : C'est vrai, y avait l'épisode Putrid....fun!

PB : Voilà, nous on venait d'arrêter Hypnosis et on voulait démarrer un nouveau truc, on a de suite pensé à Romain et Jon. On s'est vu une fois pour discuter et la semaine d'après, Romain avait déjà composé un morceau !

 

Xiberoland : C'est donc comme ça que l'idée de Scars on Murmansk est arrivée! C'était prévu de faire du Death Metal, ou vous aviez des idées différentes au début?

 

PB : Non, on voulait clairement monter un groupe de death... même si chacun avait peut-être une vision un peu différente du style, des influences différentes... qui finalement se complètent assez bien non?

RL : C'était le but. Que ça soit avec Hypnosis ou avec Silent, nous avons toujours eu recours à des arrangements plus fouillés avec machines ou claviers. là le but, c'était de proposer un son plus direct et cru.

PB : Exactement!!!

 

Xiberoland : Puisqu'on en parle, c'est quoi vos influences?

 

RL : Pour les influences... c'est un peu compliqué. Je crois qu'aucun de nous quatre n'écoute vraiment les mêmes choses chez soi^^

PB : Ben moi, vu mon grand âge, je viens du death old school du début des années 90. J'ai grandi avec ça et ce sont des groupes comme Death, Pestilence, Sepultura, Asphyx, Gorefest, Grave, Entombed, Dismember, etc... qui m'ont donné envie de faire cette musique.

RL : C'est vrai qu'on retrouve bien ce feeling 90's chez nous, surtout dans le traitement du son ou dans le riffing.

 

Xiberoland : Votre son est pourtant très propre, ciselé... je dirais qu'on entend distinctement tous les instruments. Avec un léger recul pour les solis de guitares.

 

PB :  Oui et non, c'est vrai que les techniques actuelles permettent d'obtenir un son clair et puissant plus facilement...

RL : Ben pas tant que ça. En fait il est très naturel. on a un peu bataillé à la prise mais au final, sans trop d'artifices, on a obtenu un son assez gras et dégoulinant

PB : C'est clair!!! On voulait vraiment garder un aspect cru et organique. Disons que c'est plutôt old school mais que ça reste clair!! :D

RL : Pour les soli, c'est vraiment volontaire. je ne suis pas fan de ces soli ultra criards qui prennent le pas sur la rythmique.

PB : D'ailleurs on va supprimer les solis comme ça, plus de problème!! Je déconne, moi je suis fan des solis "à" Romain... :D

RL : Enfin une parole sensée^^

 

Xiberoland : D'accord. Vous avez commencé par éditer un ep gratuit online. Vous retenez quoi de cette expérience? C'était un sacré pari, quand même...

 

RL : Pour ce qui est de l'ep, ça été très positif pour nous car l'accueil a vraiment été au delà de nos attentes.

PB : C'est vrai... de très bonnes chroniques un peu partout et bientôt 1000 téléchargements... c'est bien plus que ce qu'on espérait!!!

RL : En fait, au départ, c'était juste une démo pour que nous puissions nous rendre compte nous même de la direction que nous prenions. Nous avions besoin de recul.

PB : On l'a fait pour nous c'est vrai...

RL : Puis, vu qu'on était satisfaits du résultat, pierre a commencé à démarcher les webzines et les mags, histoire de nous faire connaître. Le coup du téléchargement gratos est aussi un excellent moyen de promotion.

 

Xiberoland : Et alors là, du coup, vous avez commencé à écrire de nouveaux morceaux en vue du premier album! Qui fait quoi?

 

PB : Voilà!!! C'est surtout Romain qui compose en fait... C'est qu'il n'arrête jamais de jouer le bougre! Du coup il arrive souvent en répétition avec des débuts de compos, voire des compos entières, que nous retravaillons tous ensemble...

RL : Pour l'album, j'ai proposé beaucoup de riffs en effet, et parfois même des compos entières ("buried dreams" par exemple). d'autres morceaux sont construits directement dans le local. Par exemple, "frozen life" est parti d'un riff de Cindy, puis nous avons bataillé pour pondre un morceau de six minutes ensemble. et on s'est même pas étripés !

PB : Non c'est vrai, on reste plutôt zen en général ;)

RL : Pierre écrit quant à lui tous les textes...

 

Xiberoland : C'est un travail d'équipe alors!

 

RL : Plus que dans n'importe lequel de mes autres projets!

PB : Je pense que Romain a beaucoup d'idée et il sait exactement la direction dans laquelle il veut aller avec Scars... Mais en même temps il nous connaît bien et il nous laisse aussi une marge de manœuvre importante...

RL : Je pense que c'est ce qui rend cet album si riche, toute prétention mise de côté. J'aime beaucoup composer, mais Pierre et Cindy ont aussi beaucoup d'expérience et lorsqu'ils mettent leur grain de sel dans mes compos, ça ne les rends que meilleures.

 

Xiberoland : Les textes, justement, Pierre, de quoi ça parle, pour tous ceux qui n'ont pas encore acheté le disque (qui je le rappelle s'intitule "Into dead lights") ou écouté l'ep? Par exemple, le morceau "Hate mask"?

 

PB : Les textes, comme déjà dans Hypnosis, sont assez sombres et introspectifs. Ils résultent souvent d'un profond malaise face à notre monde moderne, notre société... ou servent à canaliser certaines pulsions destructrices. ;)

"Hate Mask", parle d'humiliation, de revanche... C'est quelque chose qui me vient de loin, du fond de mon enfance je pense... Ne plus être un souffre-douleur, se battre et relever la tête. Tu sais, ça peut paraître idiot, mais j'ai l'impression que ma vie a réellement commencé le jour ou j'ai formé Hypnosis... Cette musique lui a donné un sens, et m'a beaucoup apporté!

 

Xiberoland : C'est quand même assez positif, dans le fond, même si on sent "confusément" la souffrance.

 

PB : Tout à fait... il y a souvent deux lectures en fait... et un message que l'on peut interpréter, ou pas, selon le vécu de chacun...

 

Xiberoland : Que disent les chroniqueurs métalliques de "Into dead Lights"? ça leur plait? Il parait (Romain m'a dit) qu'on vous retrouve sur Metallian et Hard-Rock Mag?

 

PB : Et bien pour l'instant c'est plutôt positif je crois... Ce qui revient souvent, c'est qu'il s'agit d'un album honnête et sincère... Ca fait super plaisir en effet de figurer dans les gros mags français! On devait aussi faire Terrorizer, mais je n'ai pas de news à ce sujet...

RL : Pour le moment, les chroniques y sont bonnes, on y a une petite place en interview ainsi qu'une piste sur leurs samplers.

PB : Cette sortie d'album, c'est vraiment que du bonheur en fait!!!

 

Xiberoland : Bon, maintenant que le disque est sorti, que la presse l'a un peu écouté, il va falloir aller le défendre sur scène... J'ai vu Silent Opera, j'ai vu Hypnosis, mais il manque Scars On Murmansk à mon palmarès! Vous avez des dates?

 

PB : Pour les dates, on commence à réfléchir... Mais on ne veut pas se précipiter...

RL : On essaie de se planifier ça pour la fin de l'année.

 

Xiberoland : Donc on peut imaginer un concert à Mauléon pour Noël (lol)?

 

PB : Ca dépend, y'a de la place au pied de ton sapin? :D ^^

Xiberoland : Dans la chambre de ma fille! On a déjà testé avec Romain !

RL : Ah bravo... va savoir ce que les gens vont penser maintenant ! Ce qui me réconforte, c'est que cette interview ne sera pas lue par tant de gens que ça^^. N'empêche, même si "Carnage" ne volait pas haut niveau riffing, je crois que c'est vraiment à cette période que j'ai pris goût à la composition. Good old time...

 

Xiberoland : Bon les gars, avez-vous quelque chose à ajouter? Un truc que je n'aurais pas vu, et qui vous parait ultra important?

 

PB : Ouais, z'avez pas soif vous à force de parler? :D

RL : Ben puisque t'en parles et comme tu as l'air de dire que cette interview sera lue à grande échelle, j'ai plus de bière dans mon frigo. envoyez vos dons!!!!!

Xiberoland : T'as raison : c'est l'heure de l'apéro!

PB :  Bon sinon sérieusement, faut acheter l'album maintenant!! :)

 

Xiberoland : Ah voilà : j'ai oublié de parler du label et de la prod...

 

PB : Le label, c'est Great Dane Records, pour moi le meilleur label death français actuellement!! \m/

RL : Oui, on n'a pas parlé non plus du grand Frédéric Motte qui a fait un putain de boulot pour le mastering de cet album.

PB : C'est clair, un mastering Conkrete Studio, ça vaut de l'or pourtant!!! En plus c'est un gars super le Mobo ! Il va d'ailleurs s'occuper aussi du prochain album de Silent Opera!!! Ca risque envoyer du lourd!!!


Xiberoland : Ah, oui, il sort quand, celui là?

 

RL : Pas avant fin 2012 début 2013.

PB : Hein? non mais ça va pas? J'espère qu'on pourra écouter ça avant oui!! ;D

   

Xiberoland : et Romain, tu vas gérer deux salves de concerts en même temps, pour Scars et Silent? (genre concerts en commun?)

 

PB : On fera en sorte d'adapter les plannings oui, je pense qu'il n'y aura pas de problèmes ;) Et puis comme je disais, avec Scars on préfère se concentrer sur les plans qui valent le coup plutôt que de s'éparpiller...

RL : Je pense qu'il n'y aura pas de doublons dans les plannings en effet.

PB : On va gérer oui... ;)

RL : Carrément! Bon, maintenant, avant de retrouver des photos de moi cheveux courts période Txitxai sur ce post, je me casse!!!!!

 

Merci les gars, pour ce petit moment de good vibes, et longue vie à Scars On Murmansk !

 

Repost 0
Published by E.H.BOYER - dans METALSTASE
commenter cet article
14 mars 2011 1 14 /03 /mars /2011 20:50

Yiiiihaaa! Je reviens juste de Bordeaux où je suis -avec quelques potes- allé voir Silent Opera en concert. Je ne me souviens pas vous avoir parlé de ce groupe dans lequel officie mon ami Romain Larregain aka "Big Buck" (y'a que moi qui l'appelle comme ça, en souvenir du bon vieux temps de Carnage), et si je ne l'ai pas fait, c'est que je suis un parfait salopard de faux-ami. Ce post est sensé rattraper la boulette... Peut-être?!

Donc Silent Opera est un groupe de Heavy Metal Mélodique et gothique français (du BAB), avec paroles en anglais, chanteuse lyrique à la Nightwish, voix mâle black/death à la Dimmu Borgir et petites incursions progressives à la Dream Theater. Je résume, mais c'est grosso modo l'esprit de ce combo qui a su faire cette synthèse avec brio, adoptant même (à tort ou à raison) certains éléments du décorum pour parachever le tableau. 
 

 

Silent Opera - Black Of Despair Live au Salem... par ZolZtiZz


Silent Opera
a sorti un premier album intitulé "Act One" en septembre dernier, et après une longue période de répétitions, s'est lancé dans une tournée française de onze dates au début du mois de mars, terminant son périple au bar le Salem au Haillan, près de Bordeaux. C'est donc là que nous les avons retrouvés, fatigués de ce marathon scénique sans day-off, mais en parfaite santé (comme ils nous l'ont prouvé une fois branchés). Vous n'avez qu'à regarder les vidéos (et les photos) pour vous en persuader! A déplorer juste au début du gig : quelques pannes intempestives de micro pour la chanteuse et la clavier. Mais bon... à part ces petits hics, le son n'était globalement pas si mauvais (surtout avec des bouchons de silicone ).

Et pour nous montrer qu'ils ne sont pas que des tarlouzes emperruquées amatrices d'hélicoptère capillaire, ils ont terminé leur set par une célébration de la Soule et des souletins (dont le public était composé à 20%, ce soir là) en entonnant la reprise de l'hymne punkporn "Bite-chatte-direct" inventé par le duo malheureusement inconnu "Térus et Gin", transfuge du regretté Txitxaï... La foule (pas loin de 60 personnes à son maximum quand même) était aux anges! Enfin je crois ;-)
 

 


Silent Opera - The Fall, Live au Salem 2011-03-12 par ZolZtiZz

Plus sérieusement, si je devais faire une critique rapide du premier opus de Silent Opera, je dirais en substance que les guitares sont trop en retrait (ce qui est dommage quand on connait la virtuosité du gratteux), et que le clavier, par ailleurs un peu trop omniprésent à mon goût, sonne un peu "daté" par moment, mais c'est peut-être voulu... Autre chose qui est assez déroutant à la première écoute, c'est la quantité assez conséquente de breaks progressifs dans chaque morceaux (dont certains sont assez longs).

Mais sinon les compositions sont intéressantes et originales, le son de l'enregistrement est très bon, et le packaging global (la pochette est signée Tommy Lorente) a de la gueule! Je dirais en conclusion que pour un premier essai, c'est quand même très prometteur et de grande qualité. 

 


Pour vous dire : c'est tellement efficace que ça a même plu à Laurent Caudine (je lui ai fait découvrir cela lors de cette émission de Bloga Bloga) qui est pourtant un parfait ignare (et fier de l'être) en matière de culture Metal, c'est dire!

Pour ceux qui voudraient écouter le produit de leur propre oreille, le disque est à emprunter à la bibliothèque de Mauléon (chez qui on trouve aussi le petit dernier de Kamelot, bordel!) 

Repost 0
Published by E.H.BOYER - dans METALSTASE
commenter cet article
12 novembre 2009 4 12 /11 /novembre /2009 13:04

Devin Townsend Project - Addicted 17/11/09Guettez les bacs : mardi prochain (le 17 novembre 2009) sort "Addicted", le tout nouvel opus de Devin Townsend, musicien canadien évoluant dans la sphère Métal, et dont je suis fan absolu depuis le début des années 90' (J'ai eu la révélation lorsque j'ai entendu sa voix pour la première fois sur Sex And Religion, du guitariste Steve Vai).
Ce disque fait partie d'une quadrilogie qui porte le titre générique "Devin Townsend Project", et dont le premier épisode -intitulé "Ki" est sorti peu avant l'été dernier.
Autant "Ki" était une surprise musicale (venant du bonhomme), avec ses mélodies bizarres et un son épuré (presque vintage par moments), autant "Addicted" est un retour aux sources, mélangeant allègrement tout ce qui fait le style du génie canadien : du gros son en couches superposées, des mélodies aguicheuses, des breaks improbables et dissonnants, et toujours ce petit grain de folie qui le caractérise (omniprésent sur l'album précédent). On y retrouve de l'Océan Machine, du Terria, du Physicist, du Infinity, du Accelerated evolution, du Ziltoïd The Omniscient, et même parfois quelques accents brutaux des deux derniers Strapping Young Lad.

La réussite, avec Anneke

Addicted est un album résolument rock et accessible (une fois passé le mur du son, quand même), fait pour les fans, et visiblement destiné à en ratisser d'autres, plus largement.
La différence cruciale, c'est la présence de la lumineuse hollandaise Anneke
Van Giersbergen, (Ex-The Gathering, actuelle vocaliste de Agua De Annique), dont la voix pleine et magnifique est un véritable enchantement qui orne presque tous les morceaux du disque.
Il m'est difficile aujourd'hui de vous dire quel est mon titre préféré, tant je les aime tous, et tant c'est subjectif.. Mais si je devais vous donner une piste, je dirais que la seconde partie de l'album est meilleure. A partir de Supercrush, puis Hyperdrive (excellente reprise de Ziltoïd), la ballade ih-Ah!, The way home, Numbered (avec en final le chant cristalin d'Anneke sur plusieurs voix) et bien sûr Awake et son long fade-out ambiant-disco. Cela ne veut pas dire que les autres morceaux sont mauvais, hein? C'est juste que, s'ils m'ont émus, ils ne m'ont pas surpris.
En conclusion, Addicted est un très bon disque plutôt enjoué et positif qui porte bien son nom (puisque j'en suis déjà accro avant même sa sortie officielle), même s'il manque le je-ne-sais-quoi de magique d'Ocean Machine.

Ingestion jusqu'au-boutiste

D'ailleurs, si vous ne connaissez pas Devin Townsend et que vous voulez vraiment y goûter, commencez graduellement... Ocean Machine (le top du top chez Townsend. il n'y a rien à jeter dans ce premier disque encore d'actualité, et il n'a jamais fait mieux à mon sens depuis), puis Terria, Accelerated Evolution, Synchestra, et Addicted pour le hors d'oeuvre...
Après ça, vous pourrez passer à la vitesse supérieure, avec les albums solos vraiment barrés du canadien : Physicist, Infinity, Ziltoïd The Omniscient. C'est le passage obligé pour pouvoir apprécier Strapping Young Lad. Là, on passe un cran de plus en terme de puissance sonique. Commencez par le dernier The new Black (qui a quelques incursions pop de très bon aloi), puis Alien, le monstrueux et excellent City, puis SYL. Les deux autres (dont le live australien) sont carrément indigestes, sauf pour les die-hard.
Et pour le dessert, je vous propose d'écouter Punky Brüster (une parodie punk-rock faite pour conduire comme un dingue sur l'autoroute, majeur levé au ciel). Vous prendrez le pousse-café avec Devlab (à écouter seul, loin des oreilles sensibles), histoire d'aller vomir, pour recommencer jusqu'à ce que petite-mort s'en suive.

 

Ce que d'autres ont dit d'Addicted :

L'article d'Obsküre

l'article de Un Serpent dans le Capharnaüm

l'article sur Metal Hang

l'article de Stargazer

Repost 0
Published by E.H.BOYER - dans METALSTASE
commenter cet article
30 mai 2008 5 30 /05 /mai /2008 17:13
Voilà un disque qu'il est excellent... C'est "Objectif : Thunes", le dernier album du trio Metal-extrême Nantais Ultra Vomit.

Une galette qui change complètement du précédent (et premier opus) "Mr Patate", tant au niveau du style musical qu'au niveau des lyrics. Bien sûr, on reste dans le registre du Xième degré, de la parodie grasse et dégueulasse, mais le groupe a su se renouveler, dans le genre bonne grosse blague de potaches... Même le son est bien plus carré, et moins brouillon qu'auparavant! Abusivement comparé à "Gronibard", un groupe de porno-grind, Ultra Vomit se démarque vraiment, et ça fait du bien!

Bref, moins de Grind, et plus de Rock n' Roll ou de Black Metal, plus d'influences assumées et ridiculisées pour le plaisir (ça va de Lemmy -Mötörhead- Kilmister à Michael Jackson ou Michel Delpech, en passant par Amon Amarth, Dimmu Borgir, et même Kyo...). Les morceaux sont globalement plus longs, et j'oserais le dire : plus mélodiques (oui oui), même si c'est pour servir cette perpétuelle autodérision qui caractérise le groupe. C'est qu'on a affaire à de vrais musiciens, mais aussi à de vrais humoristes!
Et pour les paroles : moins d'inspiration pub et dessins-animés, et plus de souvenirs d'écolier rigolos ("Mountains of maths", "Boulangerie Pâtisserie", "Les bonnes manières", "Maïte Ravendark"...)...

On retrouve pourtant quelques titres abominables parsemés ça et là parmi les 24 tracks de l'album, LA recette imparable qui a fait le succès d'Ultra Vomit ("Crôute de pus", "Poil de cul", "Pauv' connard", et le mythique et carrément atroce "je possède un cousin", qui plairait sans nul doute à mon pote Cyclotor...) dans le milieu Metal. Mais le groupe s'est aussi mis à la chanson "engagée" : l'excellent et punkisant "Jack Chirac" en est la meilleure preuve...

Le morceau final ("Outro", à ne pas confondre avec Outreau... Quoi que...) est une pure réussite de déconnade. La question qui me hante : Est-ce que Fétus (le chanteur et guitariste du groupe) et sa clique savaient qu'ils venaient de composer le tube de l'été avec ce titre, prélude et conclusion au monstrueux "je collectionne des canards (vivants)"?

"Objectif : Thunes" est un grand album qui s'écoute comme on regarde un film des bronzés : toujours à la recherche du petit truc rigolo à côté duquel on serait passé la première fois...
Et vous savez quoi? Ultra Vomit vient au festival EHZ à Idaux-Mendy! Cool, non?

Allez, on écoute quelques unes des dernières compositions d'UV, qui figurent sur cet album!
Mais surtout, achetez-le! C'est l'objectif, il paraît...

free music
Repost 0
Published by E.H.BOYER - dans METALSTASE
commenter cet article

Mes liens

Persos :

Etienne H. Boyer

Mon Flickr

Mon Dailymotion

Mon Facebook


Immersive Lab

Immersive Lab

E-commerçons

David Castéra

Pette Etcheverry

Richard Malterre

J-Pierre Etchegoyhen

 

CLP :

la vie rennaise (Blog de Manon)

Asso interdépartementale des CLP

Glossaire journalistique

Obtenir la carte de presse

Le droit et l'image

CLP : ce qu'en dit l'URSSAF

PresseNews

le site de GBR

Categorynet

Le site d'Estelle, écrivain public et CLP

Le BloG de Sharon

Le BloG de Flo

Le BLoG de Cadichon001

Le BloG d'un autre CLP énervé

Le BLoG de J-L. Modat

 

Écrire :

Dictionnaire

Encyclopédie libre

Synonymes

Conjugueur

Grammaire

Locutions

Proverbes

Traducteur universel

Ponctuation!!!

Retourne au CM1!

 

Pays Basque/Béarn :

Les éditions Le Grand Chardon - Atobelarra

Paroles d'écolos
Le forum du SAM

Pirenifoto

Barnekaldedik

La Communauté de communes Xiberoa

Karaté Mauléon

Le BLoG de Bil Xokoa

Ekhi Electronic

Langues au chat

Mairie de Mauléon-Soule

Commune d'Ordiarp

Radio Xiberoko Botza

 

Mes potes :

Le BloG de LaureG

L'autre BloG de LaureG

Le BLoG de Cyclotor

Le BLoG de Maaatch

Le BLoG de "monsieur"

Le BLoG de Laurent Caudine

PireniFoto BloG

Pruneau cuit, pruneau cru...

 

J'en suis fan :

Le BloG de Laurel

le site de Peggy Cardoso

le site de Peio Serbielle

Les "pensements" de Laurent Caudine

Le site de Marc Large

Xan de L'ours

Dessins de presse de Large

Sigrid Daune, aka Willow Ahn

Matthew Tyas

 

L'info, la vraie :

Rue89

AgoraVox

Médiapart

la Mèche

France Info

 

Ecolos :

Covoiturage 64

Collectif Anti-OGM du Pays Basque

Réduire nos déchets

La cuisine Amapienne!