Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Xiberoland - ex CLP64
  • : Ce blog est celui d'un ex-correspondant local de presse des Pyrénées Atlantiques vivant en Soule, écrivaillon, gribouilleur et web-addict à ses heures. Mais surtout très casse-pieds...
  • Contact

Un peu de pub perso...

 
 

"L'infection T2 : Pandémie",
par Etienne H. Boyer


Éditions Astobelarra - le Grand Chardon

15 euros, 306 pages, format 11.5x20

Le blog officiel du livre


Genre : roman fantastique

 

Résumé : Tandis que Patrice végète à l'hôpital psychiatrique, que Sébastien est tombé en disgrâce et que Pascal se morfond à Paris, Beau Smart revient de plus belle, causant de terribles dégâts sur toute la planète. 
Mais cette fois-ci, le président Obaba – à qui l’intelligence artificielle a eu la mauvaise idée de s’attaquer – est bien décidé à la traquer et la détruire coûte que coûte. Pendant ce temps, un autre tueur monstrueux et insaisissable est lui aussi entré en scène…

Cette fois-ci, exit les mondes virtuels en trois dimensions : le thriller fantastique écolo et nihiliste se déroule majoritairement aux États-Unis d’Amérique, en Soule et dans le monde réel !


Commander le livre

 l'infection

"L'infection T1 : Contage",
par Etienne H. Boyer


Éditions Astobelarra - le Grand Chardon

16 euros, 378 pages, format 11.5x20

Le blog officiel du livre


Genre : roman fantastique

 

Résumé : Patrice est tombé amoureux de Mathilde, une jeune femme qui vient d'arriver en Soule. Lui est tout sauf un Don Juan, mais il a plus d'un tour dans son sac, malgré les apparences...
Il va contourner ses défauts rédhibitoires grâce à Internet. Mais il va vite apprendre que tout se paie, en ce bas- monde.
Rencontré dans un monde virtuel en trois dimensions, un génie digital exauceur de voeux va se charger de le lui rappeler, en l'entraînant dans une spirale cauchemardesque sans fin...


Commander le livre

 mauvais-berger

"Mauvais berger!",
par Etienne H. Boyer


Éditions Astobelarra - le Grand Chardon

10 euros, 90 pages, format A5

Le blog officiel du livre


Genre : tranche de vie

 

Résumé : Afin de s'installer en tant que berger, Etienne suit une formation agricole qui le conduit à effectuer des stages dans l'exploitation d'un berger éleveur en estives, dans les Pyrénées.
Mais petit à petit, le rêve de notre héros "néo-rural" s'émiette : les conditions de vie dans la bergerie sans confort sont difficiles, et le travail harassant est nullement reconnu.
Mais tout ceci ne serait rien sans les brimades de... la bergère!

 

Ce qu'en dit la presse :

 

Journal du Pays Basque, 12 avril 2008 : "(...) le style descriptif et le langage parfois cru donnent un ton réaliste à ce récit sans concession".

SudOuest, le 17 avril 2008 : "(...) un texte illustré par l'auteur lui-même, plein d'humour et d'autodérision (...)".

 

La Rébublique des Pyrénées, le 24 avril 2008 : "Une tranche de vie où toute ressemblance avec des personnages et des faits ayant existés n'est pas fortuite..."

Magazine Vent d'Oc, septembre 2008 : "Une lecture qui se fait à la vitesse de la lumière, tant l'on veut savoir à quelle sauce sera mangé ce néo-rural!!!"


Commander le livre

Rechercher

DARK XIBEROA

 

2 juillet 2020 4 02 /07 /juillet /2020 14:37

Les élections municipales de Mauléon viennent à peine de se terminer. Le communiste Louis Labadot a réussi à détrôner le maire sortant, Michel Etchebest et son équipe (sans étiquette, donc "divers droite") en place depuis 14 ans. La liste divers gauche/Abertzale de Beñat Elkegaray est en troisième position, comme la fois d'avant, mais avec un score meilleur et deux élus au conseil municipal, au lieu d'un (ce qui est logique puisqu'il y avait seulement 3 listes en lice cette fois-ci, au lieu de 4). 

Comme à chaque fois (depuis que je suis en Soule et sans que ce soit à chaque fois ma faute), la campagne a été émaillée de coups bas et autres attaques en règles de part et d'autre. La différence, par rapport aux fois précédentes, c'est que cette année, chacune des trois listes s'est fendue de petites vidéos Youtube bien senties (il faut vivre avec son temps) que chacun s'est empressé de partager sur les réseaux sociaux. Elkegaray pour déboiter la gestion d'Etchebest, Labadot pour déboiter les projets d'Etchebest, et Etchebest... pour se défendre (pas toujours très adroitement) et contre-attaquer

Mais voilà. Aujourd'hui, la mairie de Mauléon est (enfin) à gauche et à la majorité ! 

Ceux qui me lisent savent que Louis Labadot et moi, ça n'est pas l'entente cordiale depuis 2007 (époque où je soutenais ardemment l'équipe Alkarkide). En 2014, j'étais même dans la liste divers gauche "Mauléon pour tous" conduite par Mathias Davant. Cette fois-ci, n'habitant plus à Mauléon depuis 2015, je ne pouvais pas intégrer une liste. J'avoue que l'expérience de 2014, même si je ne regrette rien, m'a laissé un goût amer. J'ai eu un peu de mal à digérer les "logiques de parti" qui ont poussé Mathias à se coucher au second tour au profit de Louis Labadot (je rappelle que notre liste s'est créée du fait d'une "non entente" avec le leader communiste souletin). Et ce, alors même que nous avions recueilli plus de voix que la quatrième liste qui elle, s'est maintenue ! Bref...

Enfin bon... C'était globalement une bonne expérience, mais on ne m'y reprendra pas. Je préfère observer ça de loin et rire de ces guéguerres épiques dignes de Game Of Thrones, et tout ça pour une commune de 2969 habitants (selon le dernier recensement de 2015)... C'est quand même pas banal, même si Mauléon est et reste "la capitale" de ce tout petit pays qu'on appelle la Soule.
A ce propos, j'ai découvert sur le tard le dernier numéro d' "Astapito" (le journal satirique souletin) sur le thème des municipales, et j'ai ri comme un demeuré. C'était vraiment un excellent cru. Et au regard des derniers évènements, quelque chose me dit que le feuilleton promet d'être passionnant et mouvementé. Il me tarde le prochain opus des "bites d'âne" !

Comme je disais, j'ai eu des différents avec Louis Labadot par le passé, si bien que je ne pense pas pouvoir travailler avec lui un jour (il ne me le demande pas... remarquez, moi non plus !) ; mais je ne peux pas dire que je me sente très éloigné de ses idées. Je suis du genre rouge et vert, au fond de moi, malgré les apparences.
Mais si j'avais dû rejoindre une liste, ça aurait été de préférence celle de Beñat Elkegaray, pour sa sensibilité gauche Abertzale et écolo.
Je n'ai pas eu à le faire et quelque part, c'est tant mieux. Moins de stress à gérer. Et puis, je laisse volontiers la place : j'ai assez à faire avec Astobelarra et mes propres activités. Et puis être élu, c'est un métier pour les gens qui prennent les choses au sérieux. Moi je ne suis pas suffisamment rigoureux pour ça. J'irais pas taper dans la caisse, hein ? (pas mon style). Mais je serais plus du genre à rire bêtement (la preuve, ce dessin ci-dessus) plutôt qu'à faire ce pour quoi on m'a élu. Il y a ceux qui sont faits pour diriger une collectivité et ceux qui ne sont bons qu'à les critiquer. J'ai choisi mon camp.
Chacun son truc et sans rancune, car qui aime bien, châtie bien ! 

Partager cet article

Repost0
22 mai 2019 3 22 /05 /mai /2019 09:36

Un véritable déni - je dirais même que c'est un kidnapping - de démocratie, cette année, l'organisation de ces élections Européennes. Pourquoi ? 

D'abord parce qu'il ne reste que 3 jours ouvrés pour recevoir les professions de foi des 34 listes en lice. Quand croit-on, en haut lieu, qu'on trouvera le temps de les lire de façon assez concentrée pour pouvoir faire un choix judicieux ?
Alors oui, les pisse-froids diront que tout est sur Internet... Et pour ceux qui n'ont pas Internet ou qui ne savent pas s'en servir ? Ils n'ont qu'à crever de leur ignorance. De toute façon c'est soit des vieux, soit des décroissants, soit des pauvres. 

Ensuite parce que selon la presse (entre autres : France Inter) les petites listes n'auront pas les moyens de faire imprimer leurs bulletins de vote. En d'autres termes, si vous voulez voter pour l'une d'elles, vous devrez l'imprimer par vous-même en la téléchargeant sur le site qui va bien, et l'imprimer sur le papier de 70g (en pénurie actuellement), imposé par le ministère de l'intérieur. Si vous l'imprimez sur du papier normal, celui que vous avez chez vous, le bulletin pourra être compté comme nul. 

Ce qui revient à dire que vous ne pourrez, en définitive, voter que pour les grosses listes, celles pour lesquelles vous n'avez plus envie de voter parce que vous savez déjà, pour les avoir testées, qu'elles ne résoudront rien. Avec ces listes, l'Europe sera toujours la même : celle des lobbies et des premiers de cordée, celles des députés corrompus qui vont à la soupe et qui se foutent carrément de nos gueules.

Car ne soyons pas dupes : cette Europe continuera d'imposer son système et ses normes aux populations en faisant fi des territoires et des humains qui y vivent. Avec ces grosses listes, c'est évident, nous n'aurons le choix qu'entre la peste, ébola, ou le choléra, mais toujours avec un soupçon de déchets nucléaires, de glyphosate et de migrants parqués dans des camps insalubres (quand ils ont - par chance (?) - passé l'épreuve de l'eau) ou renvoyés dans des pays en guerre ou en ruine.

Avec ces grosses listes, en prenant en compte les jeux d'appareils et les alliances de fortune, je vous parie que RIEN ne va changer. Au contraire, le système sera bien assis et pourra même empirer de façon exponentielle, jusqu'à ce qu'il finisse par s'écrouler sur lui-même, nous entraînant tous dans sa chute.

Il est où le choix ? Elle est où la démocratie ? Aujourd'hui, à 4 jours des élections, je me demande encore si ça vaut le coup de perdre une précieuse autant que rare grasse matinée pour ça...

 

EDIT 23/5/19 : Hier midi, alors que j'écrivais cet article, j'ai (enfin) reçu une enveloppe officielle contenant 13 professions de foi et 10 bulletins de vote. Il manque donc 21 listes et 24 bulletins. Si c'est pas du GROS foutage de gueule, ça ? Mais que dis-je ! C'est à l'image même de notre société ultralibérale et de cette Europe pour laquelle il faudrait absolument voter : seuls les "gros riches" (les solvables) s'en sortent. Quant aux autres, on s'arrange pour les maintenir dans la plus totale invisibilité...

Partager cet article

Repost0
2 avril 2019 2 02 /04 /avril /2019 09:09

ATTENTION : DOSSIER ! Le 25 juillet 2018, j'adressais un email à la mairie de Garindein. Voici ce que j'y décrivais : 

 

Bonjour,

Habitant de Lambarre, Je passe tous les jours plusieurs fois pas jour sur le chemin qui est appelé Parotaldia sur Google Maps et qui mène aux crêtes de Lambarre (devant la ferme de la famille Erbin). 
Au niveau de la barrière canadienne, juste avant la montée, il y a une décharge sauvage.
Jusqu'à présent, je constatais que les indélicats n'y déposaient que des déchets verts (cailloux, terre, branchages, tonte). Ce n'est déjà pas terrible, mais bon... ce sont des déchets "verts". 

Le problème, c'est que cela incite d'autres types de contrevenants, moins respectueux des lieux, à venir y déposer leurs ordures ménagères. C'est le cas depuis plusieurs semaines (voir photo ci-contre). Ces ordures sont ensuite traînées un peu partout dans la colline par les éléments et les animaux sauvages. 

Il y a quelques jours, j'ai croisé un riverain (administré de Garindein) qui vit un peu plus loin sur la route à l'orée du village et qui y déposait des déchets (je n'ai pas regardé de quelle nature ils étaient), alors même que la déchetterie de Mauléon n'est qu'à une poignée de kilomètres... 

Je note que l'endroit en question sert aussi d'aire de repos pour les vaches et chevaux en liberté. Je ne sais pas dans quelle mesure ces déchets peuvent - ou non - nuire à ces animaux. 

 

Dans cette lettre, je demandais à la mairie de Garindein si elle pouvait installer un panneau afin de rappeler à l'ordre les éventuels contrevenants. Je suis parfaitement conscient du fait qu'un simple écriteau ne ferait pas reculer un imbécile déterminé, mais au moins, il aurait le mérite d'exister et de montrer que la commune se soucie de  son environnement. De plus, le maire étant également le conseiller départemental de la basse-Soule, je me suis dit que s'il montrait l'exemple, peut-être que l'abruti qui a pollué la montagne aurait des scrupules et/ou cesserait ses exactions par peur de la sanction. 

Ce mail est resté lettre morte. Quelques temps plus tard, j'ai constaté qu'une barquette de polystyrène (utilisée par les supermarchés pour conditionner la viande)  qui faisait partie de ces déchets avait été traînée plus haut dans la colline, par quelque animal sauvage... Le reste des déchets a fini par être recouvert par d'autres déchets "verts". 

 

*****

 

Le premier avril 2019, l'odieux salopard (lui ou un autre) avait remis ça. Cette fois-ci, il a essentiellement jeté des déchets ménagers recyclables dans la nature (voir la photo ci-contre). Des bouteilles de vin en verre, des cartons d'emballage de produits alimentaires (Nutella B-ready), des bouteilles  en plastique de Perrier, Tropicana ou d'eau de javel, des journaux (notre pollueur est un lecteur assidu de l'Eclair des Pyrénées), de la ferraille et un cache-pot en plastique. Et tout cela alors qu'à 300 mètres en contrebas, on trouve des colonnes à verre, à plastique et à déchets ménagers même pas remplis !

Qu'en conclure ? Que le type qui a fait ça est un gros con, et qu'il a agi ainsi sciemment ça, c'est certain.
 

En tout cas, en témoignent ses lectures et comme me l'a suggéré un ami sur Facebook, il n'est probablement ni jeune ni de gauche et ni écolo (ça c'est une évidence). Le profil de 70% de la population souletine. Autant chercher une aiguille dans une botte de foin...   

 

*****

 

On va encore raconter partout que je suis un fou qui veut mettre le "feu à la Soule" (j'emmerde profondément ceux qui pensent ça - je précise), mais de rage, j'ai réécrit à la mairie de Garindein hier soir : 

 

Bonjour.

Je me permets de vous relancer car le salopard (pas d'autre mot pour décrire celui qui commet ces actes) a remis ça ces jours-ci (voir photos en PJ).

J'aimerais savoir quelles actions la mairie peut-elle mettre en place pour prévenir le dépôt de déchets sauvages et punir les contrevenants. J'envisage très sérieusement, en tant que citoyen, de porter plainte auprès de la gendarmerie de Mauléon pour ces actes répétés. J'envisage également de rameuter la presse locale afin de mettre en lumière ces exactions, et que le coupable ait enfin un éveil de conscience ou qu'il cesse définitivement.

En vous remerciant par avance de prendre ce mail en considération...

 

Et comme je ne m'attends pas plus à une réponse que la première fois, j'ai immédiatement transféré ces mails à la presse locale :

 

Salut mesdames et messieurs de la presse.

 

Je vous transfère ci-dessous un mail que j'ai envoyé à la mairie de Garindein ce soir. C'est le second que j'envoie car le premier est resté lettre morte et le contrevenant a recommencé à jeter des déchets ménagers, dont des exemplaires du journal l'éclair 😉

Si vous voulez, j'ai aussi des photos de cartouches de chasse jetées négligemment dans un chemin juste au dessus (ci-contre, cette fois, c'est sur le territoire d'Ordiarp et j'en ai trouvé une trentaine dimanche après-midi - NDEHB). Si vous ne savez pas où ça se trouve et que vous avez envie de "porter le pet", je peux vous emmener aux endroits en question.

C'est quand même dingue que ce soit un mec comme moi, qui n'est même pas né ici, qui se soucie de la propreté d'un village où il n'habite même pas, alors que c'est visiblement un gars du coin qui pollue sa montagne.

Oui, je suis furax, j'avoue. Mais franchement, ça le mérite !

Je vous souhaite une bonne soirée et me tiens à votre disposition si nécessaire, Amicalement,

 

Next step : les képis ! Car enfin, il va falloir que ça cesse et que les souletins commencent enfin et malgré eux à voir leur pays comme un véritable paradis à protéger, pour eux-mêmes comme pour les générations futures, et non comme une putain de décharge publique, nom de Dieu de bordel de merde ! 

C'est quand même malheureux qu'en 2019, alors qu'on parle de réchauffement climatique, de pollutions diverses, de destruction systématique de la Nature, il y ait encore ce genre de sinistre individu pour en rajouter des couches et que personne ne s'en offusque parmi nos représentants élus. Bien sûr que la mairie de Garindein n'est pas responsable de la connerie de ses administrés (s'il s'agit bien d'un villageois vicieux, comme je le soupçonne, parce qu'il faut connaître le coin, quand même), mais moi je dis : qui ne dit mot consent.

Il ne faudra pas venir se plaindre ensuite, quand les touristes ne viendront plus randonner chez nous parce que c'est dégueulasse, ni quand la population locale refusera de payer ses taxes parce que le service public pour lequel elle paie rubis sur l'ongle n'est pas rendu.

 

Et là je n'embraye même pas sur l'état des poubelles (le conteneur à verre de Lambarre est plein à craquer depuis au moins trois semaines - des personnes ont même posé leurs bouteilles au sol...) et les sacs éventrés jetés un peu partout autour...

Il y a un vrai problème de déchets en Soule. Il y a les administrés, dont certains n'ont a priori pas d'âme pour transformer leur lieu de vie en taudis, mais il y a aussi la Communauté d'Agglo Pays basque et ses prestataires, dont on peut légitimement se demander ce qu'ils branlent...

 

Et c'est pour tout ça que dans mon titre, je dis très clairement qu'il n'y a - à mon avis - aucun espoir pour les Hommes. Notre espèce est en train de s'auto-détruire et en toute connaissance de cause, en plus ! Et ça va arriver très vite, beaucoup plus qu'on ne le pense. Mais après tout, puisque c'est ce que vous voulez...

Partager cet article

Repost0
5 décembre 2018 3 05 /12 /décembre /2018 11:18

I know most of you know it already, but Trump and Fox news lie to you. The "Yellow vests" don't protest against migrants and THEY DON'T WANT TRUMP (like - at all !).
The "Yellow vests" protest against the government's decisions so far removed from the realities of the field.

They protest against too many taxes for the common people while they suppress those of the richest.

They protest against life that is becoming more and more expensive due to the decisions of elected officials taken without consultation with the people (apart from universal suffrage, which serves as a pretext for all their abuses and lies).

They protest against the systematic destruction of public services (which is felt everywhere, but especially in rural areas furthest away from major urban centers), etc.

Most of all, they protest against Président Macron's contempt for the poor, his collusion with the big fortunes, his green hypocrisy.
The fact that while people cannot make ends meet, he renovates his palace at great expense and unscrupulously without an ounce of discretion, drives everyone crazy. People are tired of this descending and contemptuous power and have the feeling that que french revolution of 1789 was useless, after all. They want everything to change quickly and they want it now, and this despite all the contradictions of their demands, obviously pointed out by the media and officials.

Finally, I have to confess that I - myself am not a "Yellow vest" and I personally don't know where all this is going to lead us, but there is something big going on, here in France. Maybe (hopefully) the beginning of a new era, a new society model more fair and respectful of our planet. Maybe just nothing. 
But the walls are shaking.
EHB.

 

En français maintenant : 

À TOUS MES AMIS AMÉRICAINS!

Je sais que la plupart d’entre vous le savent déjà, mais Trump et Fox News vous mentent. Les "gilets jaunes" ne protestent pas contre les migrants et ILS NE VEULENT PAS DE TRUMP (du tout).

Les "Gilets jaunes" manifestent contre les décisions du gouvernement, tellement éloignées de la réalité du terrain.

Ils protestent contre le trop plein d’impôts pour le petit peuple tandis qu’ils suppriment ceux des plus riches.

Ils s'insurgent contre la vie qui devient de plus en plus chère à cause des décisions des élus prises sans consultation du peuple (mis à part le suffrage universel, qui sert de prétexte à tous leurs abus et leurs mensonges).

Ils se battent contre la destruction systématique des services publics (qui se fait sentir partout, mais surtout dans les zones rurales les plus éloignées des grands centres urbains), etc.

Surtout, ils protestent contre le mépris du président Macron pour les pauvres, sa collusion avec les grandes fortunes, son écolo-tartufferie.
Le fait que, bien que personne ne puisse joindre les deux bouts, il rénove son palais à grands frais, sans scrupule et sans une once de discrétion, rend tout le monde cinglé. 

Les gens en ont assez de ce pouvoir descendant et méprisant et ont le sentiment que la révolution française de 1789 était inutile, finalement. Ils veulent que tout change rapidement et ils le veulent maintenant, et ce malgré toutes les contradictions de leurs demandes, bien évidemment pointées du doigt par les médias et les élus. .

Enfin, je dois vous avouer que je ne suis pas un "gilet jaune" et que personnellement, je ne sais pas où tout cela va nous mener, mais il se passe quelque chose d'important, ici en France. Peut-être (je l'espère) le début d'une nouvelle ère, un nouveau modèle de société plus juste et respectueux de notre planète. Peut-être rien du tout.
Mais les murs tremblent.

EHB.


Jusqu'à aujourd'hui, je ne voulais pas trop m'en mêler. Pas que je ne me sente pas concerné par les combats des gilets jaunes, mais il y a eu trop "d'incidents" auxquels je ne peux pas adhérer. Le forcing fascisant, les dénonciations de migrants et autres saloperies insupportables du genre. Mais je comprends aujourd'hui que ce sont des évènements à la marge, perpétrés par une poignée de cons dans un mouvement plus global. 

Je suis maintenant moi aussi en colère, et ce n'est pas contre les gilets jaunes... Je suis furax contre ces élites qui nous font vivre dans un monde anxiogène alors qu'on en a qu'une seule, de vie. Je veux qu'ils paient le prix fort, qu'ils soient renversés, jugés, condamnés. Je veux qu'on reparte sur de nouvelles bases, qu'on construise une nouvelle société où "Liberté, Egalité Fraternité" a vraiment un sens, et pour toute l'humanité, pas que pour
une poignée de fils de pute esclavagistes, riches à crever.
Je suis furax à cause de ça :
https://bit.ly/2SwvTjr
Et je me prépare au pire. 

Voilà, c'est dit.

Partager cet article

Repost0
29 novembre 2017 3 29 /11 /novembre /2017 20:00

C’est décidé : au risque d’attrister mes enfants ou de passer pour un pisse-froid « bien-pensant » (le mot est à la mode), je n’installerai PLUS JAMAIS de déco de Noël chez moi. Exit le sapin, les boules et les guirlandes. A dégager les grosses chaussettes colorées bourrées de chocolats et de sucres d’orge. Exit les illuminations nunuche bouffeuses d'énergie. Et adios les calendriers de l’avent Kinder. Quant à la crèche, c’est bien simple :  je n’en ai jamais eu.

Ça fait un moment que ça me trotte dans la tête, mais il était temps que je prenne une décision ferme à ce sujet. Je ne peux plus cautionner ce dégoulinage annuel de guimauve et de bons sentiments hypocrites, cette fête de la naissance d’un « fils de Dieu » qui n’existe pas.

Je peux encore moins supporter la version commerciale du truc : le petit Papa Noyel qui vient du nord de la Finlande avec ses rennes volants et ses cadeaux par milliers, fabriqués par les petites mains de ses petits lutins malins (et sodomites). Ce gros bonhomme rubicond et cocacolesque qui distribue des joujoux aux enfants sages en passant par la cheminée… Qui peut croire ça? 

J’en ai assez de ces chimères, de ces mensonges dont on nous gave avec complaisance depuis la plus petite enfance. Déjà, je n’ai jamais été de ces pères qui hurlent à la mort lorsqu’un adulte vend la mèche à son gamin. Je l’ai moi-même vendue, la mèche, à mes propres gosses, au grand dam de mon ex. Et je ne comprends pas comment on peut engueuler ses enfants lorsqu’ils sont pris en flagrant délit de mensonge, et dans le même temps raconter soi-même et sans scrupules des craques pareilles.

Pourtant, il va bien falloir que les gens ouvrent enfin les yeux un jour : le père Noël N’EXISTE PAS. Dieu N’EXISTE PAS. De ce fait, Noël n’a pas d’autre argument que purement mercantile. Cette fête justifie le travail des enfants en Asie, les travailleurs sous-payés, les marques (déjà pleines aux as) qui s’en foutent encore plus dans les poches en revendant à des gogos leur marchandise 20 fois le coût de sa production. Noël justifie le gavage des oies et des canards, la coupe de millions – de milliards – d’arbres qui n’ont rien demandé. Noël justifie les emballages superflus d’objets superficiels, sinon mauvais pour la santé ou sexistes. 

Alors oui, je sais que c’est une décision un peu bizarre voire un peu hypocrite, de se passer du sacro-saint « esprit de Noël », compte tenu du fait que je vais quand même continuer à offrir des cadeaux à droite et à gauche à mes proches tout comme je vais continuer à vous prendre la tête avec ma pub pour mes bouquins (même si je peste sans cesse contre la société de consommation), mais voilà : dans ma tête, je cloisonne bien les choses. Je sais que Noël a un sens pour la plupart des gens. Et même si ce n’est pas le cas, je sais qu’ils attendent les fêtes de fin d’année avec impatience, qu’ils apprécient le fait de recevoir des cadeaux, de faire bombance, de se retrouver en famille autour du feu de cheminée et d’une coupe de champagne… toutes ces petites réjouissances qui font que leur courte vie morne et absurde leur parait plus acceptable.

Je pense qu’on peut tout à fait faire la fête sans ce prétexte, sans pour autant donner du crédit à des histoires de curés. Le petit Jésus et la « vierge » Marie, ils ne mettront pas les pieds chez moi, même s’il fait -10° dehors. Et Santa (contrepèterie de Satan – amusant, non ?), qu’il sache bien que ma maison n’a pas de cheminée !  

Ceci dit, il y aura un poêle un jour. Mais je doute qu’il puisse passer par la tuyauterie. Par contre, l’inverse est toujours faisable…

A bon entendeur !

Partager cet article

Repost0
21 août 2017 1 21 /08 /août /2017 20:30

A défaut d'être systématiquement plaisant, tout ce que j'écris ici n'a qu'un seul but : faire évoluer les choses dans le bon sens. Quand les choses me paraissent bien, je le dis, même si je ne suis pas toujours d'accord avec les personnes qui les mettent en oeuvre. Par exemple je trouve absolument génial que la commune de Mauléon-Licharre finance une partie du permis de conduire de ses jeunes habitants, contre 70 heures de bénévolat dans une asso locale. L'idée (même si je suppose qu'elle a été piquée ailleurs) est géniale et le fait que ce projet soit mis en place ici est génial. Ce serait la perfection absolue si la Communauté de Communes voulait bien reprendre cette compétence et généralisait cela sur toute la Soule.
On peut toujours rêver... 

Mais je dis aussi quand les choses m'insupportent (même si ça ne fait pas plaisir à tout le monde). Et aujourd'hui, les amis, on va reparler de gestion des déchets. Possible que ce ne soit pas le dernier épisode de la saison...
Vous l'aurez deviné, cet article fait suite à un premier tir, encore lisible ici.

 

*****

 

Mais commençons par le commencement : j'habite un petit quartier d'un petit village de Soule. Un hameau, devrais-je dire... C'est un endroit assez préservé où je suis loin de la ville et de ses bruits et divertissements divers, mais pas trop non plus. Quand t'as oublié de prendre des bières (ou des cacahuètes), c'est dommage pour toi !
J'ai aussi des voisins, mais pas vraiment à touche-touche, comme en plein centre de Mauléon : il doit y avoir tout au plus 30 habitants au km². Et encore... 

Dans mon quartier, comme partout ailleurs en Soule, il y a une coin pour se débarrasser des déchets. Une de ces aires où l'on retrouve les trois conteneurs habituels (verre, divers recyclables et déchets ménagers). Mais, et peut-être est-ce dû à son isolement, c'est la deuxième fois en moins de six mois que je trouve cette aire dans un triste état. Et cette fois, j'ai eu droit aux trois-en-un !

 

1) Commençons par le conteneur à verres : il est vieux et moche.
Moi aussi, certes. Bon, ok, c'est pas une raison pour se fâcher sur Internet...
Ce que je veux dire, c'est qu'il est aussi en piteux état. Les bavettes en caoutchouc qui servent à empêcher les insectes et autres bestioles assoiffées d'y entrer sont cassées.

Du coup, chaque fois que je vais jeter mes bouteilles de bière vides (c'est à dire relativement souvent), je me fais littéralement agresser par des hordes de guêpes, qui font je ne sais quelle rave-party dans ce foutu conteneur. J'en ai compté 25 avant-hier, mon fils peut en témoigner... On a mis plus de 10 minutes pour tout jeter, à raison de 3-4 bouteilles toutes les minutes, avec repli dans la voiture en attendant que les guêpes se calment.

Notez le très beau spécimen de vespula germanica que j'ai réussi à prendre en photo sur le rebord d'une de ces fameuses bavettes cassées (ci-dessus à droite - Clic-droit / ouvrir l'image dans un nouvel onglet)...
Désolé, j'ai pas tenté la macro... 


En cette période de fort tourisme, et même si je ne suis pas certain qu'il y ait beaucoup de passage dans mon quartier, je suis par contre absolument sûr que le fait d'exposer du matériel aussi vétuste et dangereux n'est pas une excellente idée. En plus, au risque de me répéter, ce conteneur est LAID. Même un collectionneur de vaginettes kitsch n'en voudrait pas dans sa cave secrète !
C'est pas parce qu'on est planqués sous le tapis, loin des passages obligés à la vue de tous qu'il faut nous refourguer toutes les merdes !

 

2) Au tour du conteneur à papiers, cartons et recyclables divers, maintenant...  
Il se trouve que ce matin encore, il était encore archi-plein. J'ai eu du mal à trouver une place pour y glisser mes propres déchets. J'ai dû pousser comme un taré sur la bavette, au risque de me blesser sur des objets tranchants, genre boite de conserve... Quand on sait qu'une simple feuille de papier, selon l'angle où on la prend, peut couper comme un couteau, hein, bon ! 

Je rappelle que mon quartier, s'il est étendu en terme de territoire, est très peu peuplé par des humains, grands jeteurs de déchets non-naturels devant l'éternel. Alors je veux bien qu'il y ait parmi nous quelques gros consommateurs de produits emballés, mais quand même : faudrait pas attendre de retrouver des déchets partout par terre dans un si joli coin de verdure pour venir vider ces putains de conteneurs ! Je veux dire : on paie des impôts locaux. Je crois savoir que la part de la gestion des déchets est assez significative dans le coût global. Ce serait bien d'embaucher assez de personnel pour faire le boulot correctement. Parce que sinon, on va s'exposer à ça : 

 

3) La poubelle des déchets ménagers qui dégueule. Encore une fois, le conteneur était plein à craquer. Du coup, quelqu'un, (je ne sais pas qui et je m'en fous) a déposé ses ordures devant la benne et voilà.
Je trouve que c'est une incivilité dégueulasse (moi, j'ai fait 10 km aller/retour pour aller jeter la mienne dans le village d'à côté, comme l'indique le mode d'emploi - et vive le gasoil, vive l'écologie, vivent l'énergie positive et la croissance verte !!!), mais "en même temps", comme dirait Macron, je ne vais pas jeter la pierre à celui (ou celle) qui l'a commise.

En effet, c'est ultra pénible d'arriver à la poubelle, de badger et de se rendre compte en levant la bascule qu'il y a déjà un gros sac dans le tiroir, et que ton badgeage sera comptabilisé comme si tu avais jeté ta "propre" poubelle, alors que tu l'as encore dans tes mains.
C'est même rageant... Si la benne avait été en papier mâché, elle aurait volontiers pris un bon coup de boule !
C'est rageant, surtout quand ça fait plusieurs fois que ça t'arrive, tsé ? Eh oui, parce qu'évidemment, le système électronique sophistiqué de la poubelle ne te dit pas quand elle est pleine... Ou alors, si c'est techniquement prévu, c'est pas super au point, laissez-moi vous dire...

Et donc si un premier "indélicat" ne pose pas ses sacs devant la benne, tu ne peux pas savoir qu'elle est déjà pleine à craquer et que tu vas te faire baiser, encore une fois ! C'est certes un geste incivique (passible d'une grosse amende, selon la Communauté de Communes Xiberoa), mais cependant utile à la communauté. Et c'est là qu'est le paradoxe...

On nous a bassiné avec ce nouveau système de gestion de déchets par apport volontaire - censément plus juste - qui a dû coûter une blinde (mais pas de souci, ça sera répercuté sur nos impôts locaux - qui ne sont pas près de disparaître - ne croyez pas une seconde ce que raconte Macron...), et on voit maintenant ses limites. 

 

Attention ! Je ne suis pas en train de dire que les préposés au ramassage des déchets sont des jean-foutres qui préfèrent aller au casse-croûte 4 fois par jour plutôt que de faire leur boulot, hein? J'ai fait ce job un été au SICTOM du haut-Béarn, il y a 17 ans. Je sais ce que c'est : c'est pas très fun de rester accroché derrière un camion-poubelle, peu importe le temps qu'il fait.
Alors non, je n'incrimine pas les salariés ; je dis juste que s'il y avait plus de personnel, peut-être que le travail friserait la perfection.

 

Alors que faire pour améliorer ce système, qui n'a fort heureusement pas que des défauts ?

 

Voici quelques éléments de réflexion pour nos décideurs locaux : 

1) Embaucher suffisamment de personnel pour traiter les déchets efficacement en Soule. Parce qu'évidemment, il n'y a pas que dans mon petit quartier que c'est comme ça. Allez jeter un oeil à l'aire d'apport volontaire située derrière le Lidl de Mauléon, pour rigoler... 
La qualité du service public, c'est essentiel au bien être de la communauté. Et puisque ce système va de toute façon nous coûter un bras, autant y aller comme il faut.

2) En complément, ou à défaut d'embaucher (si c'est trop cher), privilégier l'intelligence artificielle : faire en sorte que les conteneurs équipés d'électronique deviennent intelligents et connectés. Comme un frigo ou une montre intelligente. Il détecterait le niveau de déchets dans la benne ou tout autre défaut et préviendrait par Internet les équipes de ramassage. En tout état de cause, il empêcherait l'usager de badger si la poubelle est pleine.
Mieux, même : pourquoi ne pas répertorier tous les points d'apport volontaire de Soule sur une Google Map et répercuter ces infos ("poubelle pleine" ou "pas pleine") dans une appli disponible gratuitement sur smartphone, hein ? 
Allons, un petit effort ! Si j'y ai pensé, c'est que ça existe déjà, nécessairement ! On est un département 100% numérique ou on reste des ploucs ? 

3) Remplacer les matériels obsolètes, défectueux, trop petits. Et les bavettes de ma moche benne à verre, là ! Vous me pétez ces pauvres rivets et vous me les remplacez pour empêcher ces connes de guêpes de venir m'agresser quand je vais jeter mes cadavres de bière, rhum et autre bourbon, Merci !
Non, parce que contribuer à maintenir une Soule propre : OK, mais pas au risque d'y laisser ma peau ! 
Ou mieux : vous remplacez la vielle benne dégueulasse par ces nouvelles colonnes en plastique recyclé, trop classes et esthétiquement cohérentes avec les autres équipements !

 

Voilà. C'est tout ce que j'avais à dire. 

Bien cordialement... ^^

Partager cet article

Repost0
30 septembre 2016 5 30 /09 /septembre /2016 11:23

Une fois n'est pas coutume, je vais à nouveau écrire au sujet des élections... 
Mais cette fois-ci, ce n'est pas pour vous vanter les mérite d'untel ou d'untel, ou de vous dire qu'il faut aller voter, quitte à aller voter blanc ou nul. Cette fois-ci, je vais vous expliquer en 5 points pourquoi je n'irai pas voter en 2017. Eh oui, je ne vais même pas me déplacer. Je n'arrive pas encore à définir si je prends cette décision parce que je muris ou à l'inverse, parce que je régresse... 

Je n'irai pas voter aux présidentielles parce que : 

1) Aucun candidat ne propose de rompre avec le système en place. Tous, je dis bien TOUS, de droite comme de gauche cautionnent ce système pyramidal qui ne me convient pas. Pour moi, il faudrait le renverser, comme une mauvaise construction en Légo et reconstruire autre chose de plus juste, plus équilibré, plus respectueux de la planète et des hommes. Et cela ne se fera ni avec la droite et ni avec la gauche qu'on connaît car ils sont tous aux ordres de ce système broyeur d'individus, fabriquant de masses stupides et incultes à la solde des lobbies, des banques, des grands groupes industriels et des religions.
Dans la configuration actuelle, c'est un peu comme si on me demandait de choisir entre des bras de 9 mètres ou une jambe cassée... Si bien qu'objectivement : voter ne sert à rien. Comme aurait dit Coluche "si ça servait à quelque chose, il y a longtemps que ça aurait été interdit !"

2) Les candidats sont TOUS malhonnètes. Ils voudraient nous faire croire qu'ils se présentent aux élections présidentielles pour aider le pays, que leur vocation est de se mettre au service de ses habitants, mais en réalité, c'est eux-même les premiers bénéficiaires de leur élection. Ils veulent TOUS aller manger à la cantine de l'Elysée. Y'en a même qui ont tellement aimé la bouffe (et qui veulent tellement se soustraire à la justice, surtout) qu'ils veulent y retourner à tout prix (même à celui de leurs mensonges et du déni de la réalité). Il n'y a qu'à voir le nombre d'encravatés qui postule aux primaires de droite et de gauche, se tirant dans les pattes les uns des autres pour que tout ce petit monde finisse par adouber un champion (généralement le plus corrompu d'entre eux). Ecoeurant. 
Alors pensez donc !

3) C'est mon droit le plus strict, de ne pas le faire. Il n'y a aucune obligation. Et qu'on ne me ressorte pas les arguments éculés habituels : "Ouiiiii, c'est ton devoir de citoyeeeeeen... Pense à tous ceux qui sont mooooorts pour que tu aies le droit de voteeeeer...", ou encore le sempiternel "Ouiiiii, si tu ne vas pas voteeeeer, tu vas faire élire Marine Lepeeeeen..." Les plus forts me diront : "Que je ne t'entende pas te plaiiiindre, si les élus ne font pas ce que tu veuuuux..." T'inquiète : je m'en fous. Aucune de ces canailles ne fera jamais ce qu'il faut.
Et ceux qui éliront le Front National sont ceux qui votent pour le Front National, pas ceux qui refusent de se prononcer parce que tout cela n'est que du pipeau de bas étage, en fin de compte. On a les dirigeants qu'on mérite. 
Quant à mon devoir de citoyen, je crois que je le fais déjà bien assez en payant mes impôts et la TVA, qui servent entre autre à financer le train de vie de tous ces clowns, puis leurs retraites et autres privilèges scandaleux. 

4) Les élections, ça devient vraiment du n'importe quoi à l'américaine : publicité à outrance, montagnes de pognon dépensées en conneries, tout ça pour la gloriole (non mais sérieux : il leur faut même des hymnes de campagne !!!). Dans les médias, on s'entoure désormais de pléïades d'experts et on convie des politiques (candidats ou soutiens, qui souvent ne représentent qu'eux même) pour débattre de sujets de société super importants, comme le burkini, la "théorie du genre" ou le braquage de Kim Kardashian... 
Mais ça, c'est que la partie la plus légère. Le pire, c'est les petites phrases des uns et des autres, débitées comme des vérités universelles, fruits d'une réflexion qu'on imagine très profonde. Abyssale, même. C'est à celui ou celle qui sera le plus populiste, celui ou celle qui dégainera une connerie plus grosse et plus rapidement que les autres. Tout ça pour avoir une chance de faire le buzz, voire de remonter dans les sondages (truqués, ou auxquels on peut faire dire ce qu'on veut)! Ils rivalisent TOUS de bêtise pour racler le fond de la France moyenne, peu importe qu'ils passent pour des demeurés congénitaux avec leurs approximations, leur xénophobie malodorante, leur homophobie rampante et leurs idées réactionnaires moisies. C'est lamentable. 
Et ça me fait penser à ce sketche des Inconnus, qui n'a pas vieilli d'un pouce.

5) Je ne comprends pas la notion de "nation", ou de "patrie". Les frontières, pour moi, sont une hérésie. Pour moi, ce n'est pas le chef de la France ou de l'Allemagne, ou de la Syrie ou des USA qu'il faudrait élire, mais LE REPRESENTANT DE L'HUMANITE. Car en vérité, nous sommes tous frères (et soeurs), qu'on le veuille ou non.
Et les grandes religions (quelles qu'elles soient) qui font
 soit-disant partie de nos racines, elle n'ont pas 3000 ans (pour la plus ancienne). L'homme moderne (homo sapiens) existerait depuis 150 000 ans et notre espèce proviendrait du grand rift (en Afrique). Donc chez les "français", il n'y a pas plus de racine chrétienne que d'ancêtre gaulois. Nos racines, c'est l'humanité. Tout le reste est venu bien après. Très tardivement, même, si on regarde attentivement la chronologie. Quant à ce qui fait la spécificité de "notre peuple", c'est à dire sa langue, elle est le fruit de l'évolution, de l'histoire et ses conquêtes. Rien de glorieux, rien de divin, rien qui ne nous définit comme le peuple élu. Notre chance, c'est d'être né sous un climat tempéré sur une terre fertile (enfin... tant qu'on ne l'a pas encore trop pourrie de pesticides et de radiations nucléaires). 

Bref, tout cela n'est que du cinéma, du cirque, des fadaises, des postures politiciennes et c'est vain.
Je ne voterai pas. Et je crois même que je ne voterai plus. Jamais.

Partager cet article

Repost0
30 mars 2016 3 30 /03 /mars /2016 19:45

J'aime la viande. Je l'ai toujours aimée. Toutes les viandes, même celle de cheval (que je ne mange plus depuis plus de 10 ans, parce qu'un cheval, c'est tellement plus que de la viande ^^ - marrant comme culturellement, on arrive à faire la différence entre un chien ou un chat ou un cochon d'inde, et un boeuf ou un poulet ou un putain de mouton).
On pourrait même dire que la viande sous toute ses formes fait partie intégrante de mon régime alimentaire. A tel point que mon ex-épouse - qui voulait réduire la consommation de viande de notre ménage et qui m'avait pour ce faire plus ou moins forcé à stopper le saucisson, le steak, le canard au profit de quinoa, boulgour et autres tofus répugnants - avait dû jeter l'éponge au bout de quelques mois. Car en vérité, il n'y a rien qui me fasse autant plaisir que d'aller déguster une bonne côte de boeuf de 500g bien juteuse chez Tintin (à Mauléon-Licharre, en Soule, province du Pays basque dans laquelle je rappelle à mes lecteurs que je vis), ou encore un méga steak tartare parfaitement assaisonné, préparé par le cuistot du Trinquet (à Oloron), le tout accompagné d'un gouleyant trois-quart de vin rouge.

Oui mais voilà. Pour faire une bonne viande, il faut d'abord tuer un animal. Et pour le tuer dans les règles d'hygiène imposées par les normes européennes et surtout le faire dans "le respect de l'animal" (les règles de l'art de tuer quoi), il faut un abattoir agréé. Et il faut des mecs payés à tuer et découper la bête, bien avant que les sucs poivrés qui s'écoulent de ce morceau d'onglet bien charnu revenu un aller-retour à la poêle ne viennent embaumer dans mon assiette. C'est comme ça : on ne fait pas d'omelette sans casser des œufs ; et la faim justifie les moyens...

Soyons honnêtes, pour une fois : que celui qui croyait que les tueurs en abattoir sont des gens délicats emplis de compassion envers les animaux (qui recommandent l'esprit de  chaque agneau au grand manitou avant de le saigner et qui l'étripent avec tendresse) aille se jeter immédiatement dans le gave. A commencer par Stéphane Le Foll, qui s'offusque et fait comme s'il ne savait pas... Il croyait quoi, le ministre de l'agriculture, sous son casque poivre et sel? Qu'un abattoir intercommunal, c'est mimi comme une agence matrimoniale? Et après, on traite les écologistes de bisounours? Mais même les gosses le savent, qu'un abattoir, c'est pas Disneyland!

Tuer, ce n'est JAMAIS propre. C'est un acte violent pour la bête qui se débat parce qu'elle sait, parce qu'elle sent qu'elle va crever dans d'atroces souffrances et violent pour l'homme qui l'égorge sans autre forme de procès. Et c'est JAMAIS facile, même si ça le devient techniquement parlant, avec le temps, avec l'expérience... Soyez sûrs que dans certains contextes, un honnête père de famille finit par banaliser la violence et perdre très vite son sens de la normalité et de la morale, ainsi que toute notion de respect pour la vie, toutes les vies. Croyez-en mon témoignage d'ancien ouvrier agricole!
J'ai l'air blasé quand j'écris ça, non? Mais en fait, je ne suis pas surpris. Quand les conditions sont réunies, quand l'exemple est montré, n'importe qui peut péter un câble et tomber dans l'extrême. Surtout quand en plus des caractéristiques déshumanisantes du job, la pression de l'encadrement et du rendement s'en mêlent... 

Ce qui m'amène à cette réflexion : clairement, là, les responsabilités sont partagées. Comment cela pourrait-il en être autrement? 
Car enfin, on ne me fera pas croire que dans cet abattoir (comme dans tous les autres qui ont été incriminés ces derniers mois), l'encadrement ne savait pas que le pistolet d'abattage ne permet pas de tuer l'animal sans le faire souffrir mais ne fait que l'étourdir, ce qui fait qu'il est égorgé vif et conscient de l'être. De même qu'on ne me fera pas croire que la direction ne savait pas que ses salariés entassaient plusieurs animaux paniqués dans une cage avant de les étourdir les uns à la suite des autres, pour aller encore plus vite. Les vidéos sont plus que parlantes sur ce point...
 Mais bon... Pas vu à la télé, pas pris!

BOURREAUX ET VICTIMES DANS LE MÊME PANIER

Mais la majorité des amateurs de viande cloisonne cet état de fait dans un coin de son cerveau. On se délecte de chair fondante et gouteuse à souhait tant qu'on ne voit pas les immondes images tournées en caméra cachée par L214. Or, la réalité, c'est celle-là, mec : avant, ton roti façon Orloff, c'était un petit veau qui caracolait joyeusement aux pieds de sa mère. Et ta tranche de gigot pascal bien saignante, ben c'était un agneau qui têtait vigoureusement et qui ne s'imaginait pas une seconde qu'on allait l'enlever, puis le malmener comme un sac à patates avant de l'écarteler vif. Car avant, c'était un être vivant, comme toi, comme moi. Oh, pas une lumière, hein? Peu de chances qu'il soit un jour capable d'inventer le fil à couper l'eau chaude, évidemment, mais enfin une vie quand même et qui ressentait des choses, fussent-elles très basiques. 

La sagesse populaire a coutume de dire qu'il n'y a pas de sot métier, mais il y a bien des boulots de merde. Je le sais : j'en ai commis ma part, en mon temps. Tuer en abattoir, ce n'est pas ce qu'on peut appeler une activité professionnelle épanouissante, sauf si on a autant de sensibilité que notre Francis Heaulme national, ce Dieu de l'opinel. Mais voilà : ça paie les factures. Et vue la demande (et l'offre) grandissante(s) de barbaque, il en FAUT un paquet de gens qui n'ont pas les moyens de se poser trop de questions d'éthique, pour exercer ce métier ingrat qui ne devrait être réservé qu'à des machines sans état d'âme...
La frontière entre l'être humain et le monstre est très ténue : il s'en faut de peu pour la traverser, parfois même sans en avoir réellement conscience... 

Reste que ce scandale, qui est du même niveau que celui de la viande de cheval dans les lasagnes au boeuf, constitue un coup dur pour la Soule. Si l'abattoir ferme, c'est une trentaine de personnes qui perdent leur job directement, mais aussi l'activité de centaines d'agriculteurs qui pâtira de sa disparition. Sans compter l'image négative que cette triste affaire va véhiculer dans l'inconscient collectif. Notre petite vallée enclavée n'avait vraiment pas besoin de ça...

Là, j'en vois plein qui se demandent où je veux en venir... 

Eh bien en fait, je ne sais pas trop moi même. Bien sûr que j'ai été choqué par les vidéos tournées dans l'abattoir de Mauléon-Licharre. Mais je ne suis pas dupe : c'est dans la nature humaine que de traiter les animaux (et très souvent ses semblables) comme quantité négligeable, comme du consommable, du corvéable à merci. Et les salariés qui se sont rendus coupables de ces maltraitances intolérables ne sont que les conséquences de notre société productiviste, le reflet négatif de ce que nous sommes tous plus ou moins, au fond : des hypocrites, des rois de la mauvaise foi, des sangsues qui transforment tout ce qu'elles touchent en cadavres et vident la terre qui les porte de ses ressources. Tout ça pour produire plus, faire plus de business et plus de pognon. C'est notre modèle socio-économique et nos habitudes qu'il faudrait revoir intégralement.
Si on voulait faire preuve d'humanité, pour une fois, nous qui nous croyons supérieurs au reste de la création, peut-être devrions-nous tout simplement arrêter de manger de la viande, et également arrêter d'esclavagiser des animaux et des hommes pour produire de l'Etorki ou des blousons en cuir en série... C'est pas comme si on ne savait pas remplacer les protéines animales par autre chose d'aussi nourrissant, ni comme si on n'avait pas la connaissance technologique suffisante pour créer une fibre synthétique capable de nous faire affronter les affres de l'hiver aussi bien que dans une doudoune en plumes d'oie, hein? 

Je dis ça alors que je ne sais même pas ce que je vais faire à manger ce soir... Tout ce boniment de branleur écolo alors qu'au frigo, il reste une bonne grosse part de ce succulent boeuf bourguignon cuisiné avec amour par ma compagne... Je vais quand même pas tout jeter parce que j'ai des scrupules, ce serait gâcher!

Mais demain j'arrête la viande...

Ou pas...

 

 

PS : pour vous montrer à quel point j'ai de la volonté, Après 6 mois d'abstinence, je reprends les commandes de mon compte Facebook! Et ça va envoyer du steak! ^^

Partager cet article

Repost0
4 février 2016 4 04 /02 /février /2016 19:30

Hier, j'ai à nouveau piqué une crise de barreaux de chaise. Il m'en faut peu pour m'énerver, remarquez.

Cette fois-ci, je pestais contre le nouveau système de collecte de déchets en Soule, instauré de manière un petit peu unilatérale par la communauté de communes Xiberoa

En effet, Il y a deux trois systèmes de collecte de déchets : 

1) si vous avez la chance d'habiter en plein centre d'une des 8 plus grosses communes souletines (dont Mauléon), on vous a distribué deux poubelles personnelles (une à couvercle jaune pour le recyclable, une à couvercle vert pour les autres déchets hormis le verre) qui sont collectées hebdomadairement à jour fixe. Vous payerez à chaque prélèvement (levée) de votre poubelle à couvercle vert.

2) si vous habitez dans un bled (Ordiarp, pour en nommer un au hasard), pas de collecte : on parle alors d'apport volontaire dans une borne spécialement dédiée.
Il y a trois bornes différentes : la jaune, pour les déchets recyclables que vous aurez triés au préalable, la verte pour le verre, et la grosse boite en métal pour le tout-venant.
Vous pouvez jeter autant de boites de préservatifs ou de bouteilles de bière vides que vous voulez, il n'y a pas de traçage de vos "apports". A moins d'analyser vos empreintes digitales ou d'éventuelles traces d'ADN, personne ne saura jamais que vous êtes un baiseur invétéré ou que vous êtes alcoolique.
Par contre, chaque fois que vous voulez jeter vos sacs poubelle contenant vos ordures ménagères, vous devez utiliser le badge qu'on vous a fourni pour pouvoir ouvrir la boite en métal. C'est comme ça que la Communauté de Communes de Soule-Xiberoa (CCSX) calculera (à partir de l'an prochain) le montant de votre taxe d'ordures ménagères. 

3) Reste l'apport volontaire à la déchetterie. Quand elle est ouverte. C'est à dire pendant vos heures de travail. Quand vous ne pouvez pas vous y rendre... Bref...

Je suis dans le second cas : je dois badger pour jeter mes merdes. Le principe n'est pas stupide à la base. Au lieu d'être "solidaire" (tout le monde payait la même chose avant, en fonction du nombre de personnes déclarées au domicile et peu importe la quantité ramassée dans les conteneurs communs), le système est maintenant plus "juste". Je paie pour ce que je jette, à moi de réfléchir à ce que j'achète en amont si je veux baisser ma facture, point.
Le but du nouveau système est parait-il de faire des économies, car le précédent était soi-disant déficitaire... Et puis il y aurait une obligation liée à la Loi dite Grenelle 1. Admettons. 

Cela dit, hier, je pestais pour au moins deux très bonnes raisons : 

1) mon badge ne fonctionne pas sur toutes les bornes (et je ne suis pas le seul à qui ça arrive). Notamment sur celle qui est la plus proche de mon domicile. Je suis donc obligé de prendre ma voiture pour aller jeter mes poubelles dans la borne suivante, située à 6km dans le village voisin... On m'objectera que je pourrais y aller en vélo, que ça me ferait du bien au gras, tout ça... Le fait est que la géographie des lieux m'empêche dy aller à vélo.
Donc voiture, et ça, c'est dans le cas où la seconde poubelle n'est pas en panne ou pleine, elle aussi. Car dans ce cas, il faut que j'avance jusqu'à la prochaine borne, et ainsi de suite... Donc re-voiture... Re-gasoil... Re-microparticules = dans ton cul l'agenda 21 si cher au maire de Mauléon!

2) Je tombe souvent sur des poubelles défectueuses : soit elles sont pleines à craquer, soit quelqu'un a déposé un sac poubelle trop gros pour l'ouverture de la poubelle, ce qui fait que j'arrive quand même à badger, j'arrive à faire coulisser le tambour de la poubelle, mais il se bloque à mi chemin. Résultat : l'ordinateur a noté mon badgeage (il me sera donc facturé lorsque le système sera en place) et j'ai toujours mon sac poubelle sur les bras... Grrrr!

Il est où, là, le système plus "juste", plus incitatif, plus écolo? Je ne sais pas combien ce nouveau système a coûté à la communauté (conteneurs, maçonnerie, camions spécifiques, formation des agents...), mais franchement, il y a des failles importantes...
Même si je n'approuve absolument pas le geste, je comprends pourquoi les gens, excédés, laissent leurs sacs poubelles à côté de la borne, à la merci des animaux errants, et ce au risque de prendre une mémorable douille gendarmique de 400€!

Quand faudra vraiment raquer, ça sent bien les dépôts sauvages, tout ça... On vivra dans "Poubelles la vie"! Remarquez, peut-être que ça va attirer les touristes?

Je vais finir sur une note optimiste : si la CCSX ne facture pas encore les usagers, c'est sûrement pour procéder aux divers réglages des bugs dont je parle plus haut. J'espère... ^^

Partager cet article

Repost0
9 décembre 2015 3 09 /12 /décembre /2015 11:32

Nous avons la chance extraordinaire d'être libres. C'est même l'un des fondements de notre société, de notre démocratie. Nous sommes libres de décider pour qui nous votons, de choisir nos idées, notre avenir parmi ceux proposés. Lorsque nous allons aux urnes, nous pouvons choisir d'accélérer la fin de notre monde en votant pour les candidats du système en place, et parfois nous pouvons choisir de le changer radicalement, pour le meilleur ou pour le pire. Mais à chaque fois, nous avons aussi cette chance de pouvoir exprimer notre mécontentement ou notre désaccord en votant blanc (ou nul). 

On me dit : "voter blanc ou nul, c'est comme ne pas aller voter : c'est pas pris en compte, ça ne sert à rien". D'autres sont dans la culpabilisation : "tu vas aider le Front National en faisant ça!" C'est faux! Et j'ai des arguments valables contre ces deux affirmations péremptoires. 

1) Le vote blanc ou "nul", C'EST une forme d'expression. Si elle n'est pas prise en compte en tant que résultat des élections, elle a bien un sens : elle signifie "ce que vous me proposez ne me convient pas, mais je viens voter car je me sens quand même concerné par mon avenir. J'ai ce droit (qui n'est pas un devoir - je le rappelle) de vote, alors je l'use comme bon me semble. Voilà ce que je pense de ce que vous me proposez : c'est nul! Et vos candidats sont nuls.
Rien à voir avec l'abstention, donc, qui n'exprime rien de plus qu'un "je m'en branle complet de vos élections, ça ne me concerne pas. J'ai mieux à faire". Quand on ne va pas voter, on perd le droit de se plaindre, puisque qui ne dit mot consent. On est résigné, on accepte tout ce qui viendra, quoi que ce soit. Mais c'est aussi un droit. C'est ça, la Liberté!

2) Etrangement, voter "blanc" n'aide pas le FN. En revanche, ce qui est avéré, c'est que le seul truc qui puisse vraiment aider le Front National, c'est de voter pour le FN. 
Si je vote nul, je n'utilise pas ma voix pour favoriser le clan LePen (avec tout ce que cela implique). Je ne l'utilise pas non plus pour donner un chèque "en blanc" à Hollande, Valls, Macron et à leur politique de merde. Je ne la donne pas non plus à Sarkozy et sa clique d'enfoirés mondains. 
Mais je commets un geste démocratique qui ne favorise aucun de ces camps, car aucun d'eux ne me convient. Il n'y a pas de meilleur ou de pire : ils sont tous les mêmes! Ils veulent tous le pouvoir ou le conserver pour ceux qui y sont. Ils servent tous le même intérêt : le leur, celui des lobbies et du pognon. 

3) La différence entre le vote "blanc" et le vote nul, maintenant, car il y en a une : le vote blanc (enveloppe intentionnellement laissée vide) est une façon "politiquement correcte" et non argumentée de marquer son désaccord. Inconvénient : il peut être pris pour une erreur. Un oubli. Il peut aussi être pris pour de l'indécision : "Boarf, chais pas trop pour qui me prononcer... Chais pas quoi faire..." Dans les deux cas, vous prenez le risque de passer pour un demi-débile. Mais bon.. On s'en fout puisque personne ne sait, en théorie, ce que vous irez voter dans l'isoloir. 
Le vote "nul", lui, est protéïforme. Il peut s'exprimer par une simple feuille blanche, un bulletin annoté ou injurieux, une caricature, des épluchures de patate ou même par une feuille de papier toilette usagée. En la matière, seule l'imagination est une barrière... Mais en tout état de cause, il a un sens. C'est un vote exprimé qui ne peut pas être pris pour une omission ou un manque de caractère. Certes, vous pouvez aussi passer pour un demi-débile (surtout si, comme moi, vous avez la bonne idée de raconter votre plan partout sur l'Internet). Mais au moins, pas de doute possible : vous l'avez fait exprès. 

Le vote nul peut être très "courtois" ou juste immonde. Chacun le voit comme il l'entend et ça aussi, c'est la Liberté. Personnellement, je suis plus en faveur du "nul rigolo" que du "nul crado".
Pourquoi? Parce que votre enveloppe républicaine ne sera JAMAIS ouverte ni lue par les hauts responsables qui devraient se sentir concernés outragés par votre prose, mais par des citoyens moyens comme vous et moi, réquisitionnés pour faire le dépouillement... Donc en glissant dans votre enveloppe un PQ merdeux, ce n'est pas Hollande qui sera emmerdé, mais un péquin moyen qui n'a surement pas mérité ce manque de respect indigne. 

En conclusion, ne vous sentez pas coupable de ne pas trouver votre compte dans les listes et alliances contre-nature proposées : sans scrupule, votez nul, votez blanc, mais votez proprement!

Partager cet article

Repost0